Votre média pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec, Canada

Ce que vous devez savoir sur ArriveCAN, l’application pour les voyageurs qui entrent au Canada

Publié le 10 mai 2021

Depuis le 21 novembre 2020, tous les voyageurs entrant au Canada doivent déclarer leur situation, leurs coordonnées et leurs symptômes sur l’application ArriveCAN. Plus d’un million de voyageurs ont utilisé ArriveCAN, selon les données fournies par Santé publique Canada. Mais cela concerne-t-il les voyageurs terrestres ? Comment fait-on sans téléphone intelligent ou quand l’application ne fonctionne pas ? Que se passe-t-il le jour où l’on déclare des symptômes ?

Autant de questions essentielles à savoir avant d’arriver ou de revenir au Canada. Voici ce que vous devez savoir sur ArriveCAN.

Comment fonctionne ArriveCAN ?

ArriveCAN est une application gratuite de l’Agence de la santé publique du Canada. Elle a été créée et mise en place en avril 2020, au début de la pandémie. Elle peut être installée sur des cellulaires ayant des versions de logiciels récentes.

Les personnes qui n’ont pas la possibilité d’installer l’application peuvent utiliser la version web d’ArriveCAN. Il faudra alors remplir vos informations avant de voyager, faire une capture d’écran du code qui vous sera assigné, ou encore imprimer votre reçu pour le présenter aux autorités.

Malgré certaines informations selon lesquelles il est possible d’utiliser l’application en mode avion, sans connexion réseau, mieux vaut être connecté à internet pour remplir ses renseignements ou encore fournir ses symptômes lors de sa quarantaine.

L’application « n’utilise pas le GPS ni aucune autre technologie […] pour suivre votre position », précise le site du gouvernement fédéral.

Si un voyageur n’a pas rempli ses informations au préalable, l’agent des services frontaliers lui fera fournir ses coordonnées et ses autres informations sur papier. « Cette information est ensuite transmise à l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) pour soumission manuelle et pour la vérification et l’application des directives de quarantaine, le cas échéant », précise André Gagnon, porte-parole de Santé publique Canada.

Santé publique Canada a dédié une page entière pour aider les utilisateurs d’ArriveCAN, comprenant une section dépannage technique.

Qui doit utiliser ArriveCAN ?

Depuis le 21 février, tous les voyageurs y compris les voyageurs entrant au Canada par voie terrestre, doivent fournir un plan de quarantaine et ses coordonnées sur ArriveCAN.

Pour connaître qui est exempté de la quarantaine et donc de fournir ses renseignements sur ArriveCAN. Elles doivent cependant suivre un protocole.

Quelles informations sont demandées ?

Depuis le 21 février 2021, tous les voyageurs doivent employer ArriveCAN pour fournir :

  • Les renseignements portant sur le voyage et les coordonnées
  • Le plan de quarantaine (sauf cas d’exemption) ;
  • Les symptômes et l’auto-évaluation liés à la COVID-19 ;
  • Pour les arrivants par voie aérienne, preuve d’une réservation à un lieu d’hébergement autorisé par le gouvernement.

Quand remplir le formulaire ?

Il est recommandé de remplir ses renseignements sur ArriveCAN avant l’embarquement à votre aéroport de départ (et avant le premier embarquement si vous avez une escale), car le code ArriveCAN peut vous être demandé au moment de l’enregistrement et/ou à votre arrivée à l’aéroport canadien par un agent des services frontaliers.

Vous pouvez remplir vos renseignements jusqu’à 365 jours avant votre vol.

Attention, lorsque Santé publique Canada mentionne que « l’application ArriveCAN ne vous demande pas de fournir un résultat au test de dépistage de la COVID-19 », cela ne signifie pas qu’ArriveCAN remplace un test de dépistage de la COVID-19. Ce n’est pas le cas. Il reste obligatoire de fournir un test datant de 72 heures maximum avant l’embarquement. L’agent des services frontaliers demandera le code ArriveCAN et le résultat d’un test de dépistage.

« On n’empêchera pas les voyageurs aériens incapables de fournir leurs renseignements par l’entremise d’ArriveCAN de monter à bord leur avion », explique André Gagnon. Ils risquent cependant d’être retardés une fois arrivée à la frontière et de recevoir une amende de 1 000 $ CAN. Aussi, si l’agent aux frontières le juge nécessaire et dans le cas où le voyageur n’a pas de plan de quarantaine ou de lieu d’isolement, « on pourrait assigner ce dernier à une installation de quarantaine fédérale. Il s’agit ici d’une mesure de dernier recours ».

Une fois arrivé au Canada

Il faut garder ArriveCAN pendant toute la durée de sa quarantaine. L’application peut être supprimée après le 14e jour, pas avant.

Tous les jours, vous recevrez une notification entre 8 h et 10 h le matin via l’application, mais aussi par courriel. Cette communication est faite pour rappeler aux personnes de retour de signaler quotidiennement leurs symptômes. Cela prend quelques secondes seulement.

Il est possible de déclarer quotidiennement ses symptômes en ligne ou par téléphone au 1-833-641-0343. D’autant plus que des bogues subsistent et qu’il peut arriver que l’application et le site web ne fonctionnent plus.

Fin avril 2021, le gouvernement a mis à jour certaines dispositions relatives à l’application et à l’arrivée des voyageurs, notamment à destination des travailleurs étrangers temporaires et des travailleurs agricoles. C’est ainsi que, depuis le 23 avril 2021, il est prévu que les voyageurs doivent se soumettre à un nouveau test de dépistage au 8e jour, et non plus au 10e jour suivant leur arrivée. Autre mesure notoire : la prise en charge de l’espagnol dans l’application ArriveCAN, grâce à un nouveau service vocal interactif.

En cas de symptômes à la frontière

Si des symptômes se déclarent pendant le vol, un agent des services frontaliers accompagnera le voyageur jusqu’à son lieu d’examen. Les autres passagers seront amenés à se faire dépister.

En cas de symptômes pendant la quarantaine

Si vous pensez avoir des symptômes pendant votre quarantaine, il faut le signaler à Santé publique Canada. On peut faire son auto-évaluation auprès du ministère fédéral ou via la ressource de sa propre province, Santé Canada et Santé Québec. Vous n’aurez plus à déclarer vos symptômes quotidiennement sur ArriveCAN.

Il faudra s’isoler pour 14 jours supplémentaires à compter de l’apparition des symptômes.

Les risques encourus

Transports Canada informe que contrevenir aux exigences d’entrée au Canada (remplir le formulaire, présenter un plan de quarantaine, renseigner ses coordonnées) pourrait faire risquer 6 mois de prison et/ou 750 000 $ CAN d’amende.

Le gouvernement canadien a préparé deux listes de vérification pour guider les voyageurs entrant au pays par avion et par voie terrestre.

Les personnes occupant des postes dans les services essentiels, le soutien médical, le secteur frontalier, le commerce et le transport peuvent être exemptées de quarantaine. Pour lire la liste de travailleurs exemptés.

Le gouvernement du Canada met également à disposition des voyageurs, notamment des travailleurs étrangers temporaires et saisonniers, une vidéo accessible notamment ici.

Auteur : Marine Caleb
Journaliste indépendante, Marine est aussi cofondatrice du podcast Voix libres, de la Revue L’Esprit libre. Son parcours l’a amenée à travailler en France, au Liban, mais aussi en Israël/Palestine. Passionnée par l’Afrique, le Moyen-Orient et par les questions liées aux migrations et aux minorités.
Autres actualités
Ce qu'il faut retenir du rapport 2020 sur l'inclusion des personnes immigrantes à Montréal

Pour la deuxième année, la Ville de Montréal publie son baromètre de l’intégration des personnes immigrantes.

Infotetquebec.com, la référence pour les travailleurs temporaires et agricoles

Des initiatives sont prises pour soutenir et encourager l’accompagnement des travailleurs étrangers temporaires et saisonniers en période de COVID-19.