Votre média pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec, Canada

Étudiants étrangers : état des lieux de la situation au Québec

Publié le 15 mars 2021
salon étudier étudiant québec canada immigrer

Depuis le début de la pandémie et la fermeture des frontières canadiennes en mars 2020, les mesures concernant les étudiants n’ont cessé d’évoluer. Pour y voir plus clair à quelques jours de la seconde édition du Salon virtuel Étudier au Québec, qui aura lieu du 17 au 21 mars 2021, voici un récapitulatif des règles en vigueur pour les étudiants étrangers du Québec.

Qui peut venir au Québec ? 

Tous les étudiants étrangers inscrits dans un établissement d’enseignement supérieur désigné peuvent entrer sur le territoire. L’agent aux frontières a cependant le pouvoir de refuser un étudiant s’il le juge nécessaire (s’il n’a pas les fonds requis, que ses motivations sont douteuses, etc.). Comme d’ordinaire, il faut pouvoir fournir à l’agent aux frontières un permis d’études ou une approbation de permis d’études, et démontrer que l’on vient au Québec pour étudier.

Les étudiants étrangers sont soumis aux mêmes règles sanitaires que les autres voyageurs. Il ne faut pas avoir de symptômes avant de voyager. Il faut avoir obtenu un résultat négatif à un dépistage au maximum 72 heures avant d’embarquer dans l’avion et réservé maximum 3 nuits dans un hôtel désigné, en attendant les résultats du second dépistage, passé à son arrivée à l’aéroport. Si le test est négatif, l’étudiant pourra finir sa quarantaine chez lui ou dans un lieu d’isolement, et se soumettre à un troisième test au 10e jour. Il faut aussi avoir rempli ses informations sur ArriveCAN. 

Un membre de la famille immédiate peut être autorisé à entrer au Canada, s’il vient pour des raisons essentielles (l’étudiant est malade, a besoin d’assistance pour s’installer, etc.)

À noter que certains travailleurs étrangers temporaires, y compris ceux qui ont un visa de travail dans les secteurs de l’agriculture, l’agroalimentaire, du poisson et des fruits de mer, ne sont pas soumis à l’obligation de demeurer dans un logement approuvé par le gouvernement à leur arrivée. Cette exemption est valable jusqu’au 21 mars 2021.

Le gouvernement canadien a réalisé deux listes de vérification pour ne rien oublier quand on arrive au Canada par voie aérienne ou terrestre

Comment venir étudier au Québec ?

Il importe de vérifier si l’on est inscrit auprès d’un établissement d’enseignement désigné. Si son établissement ne figure pas sur cette liste, on ne peut pas venir en tant qu’étudiant étranger. 

Quant aux échanges universitaires, certaines universités les ont temporairement suspendus. C’est le cas, par exemple, de l’Université de Montréal.

Les mêmes documents qu’à l’ordinaire sont requis, mais quelques règles ont changé avec la pandémie. 

Demander un Certificat d’acceptation du Québec (CAQ) : 

Depuis le 26 janvier 2021, toutes les demandes de sélection temporaire pour études (qui mènent à l’obtention de son CAQ pour études) doivent se faire en ligne. Il faut payer les droits exigibles et déposer les documents requis en ligne depuis le portail Arrima. Il en va de même pour les demandes de renouvellement.

En temps normal, on reçoit son CAQ en 20 jours ouvrables. Actuellement, il se pourrait que le traitement soit plus long.

Demander un permis d’études au fédéral : 

Les demandes de permis d’études se font toujours en ligne, et la COVID-19 n’a pas changé le fonctionnement de la procédure à suivre. Seuls les délais de traitement peuvent être plus longs, notamment pour les demandes présentées au Canada. 

IRCC se veut plus accommodant depuis la pandémie. Les étudiants incapables de fournir un document parmi ceux qui leur sont demandés peuvent rédiger une lettre expliquant son absence (ou une preuve que le document a été demandé/est en cours de production), et la demande de permis d’études ne sera pas refusée — simplement mise en attente. Il faudra fournir le document une fois qu’il sera reçu. De même, le délai pour fournir ses données biométriques a été prolongé.

À quoi s’attendre sur place ? 

Il est toujours autorisé de travailler à côté de ses études à raison de 20 heures par semaine maximum. Ceux qui occupent un poste dans un secteur essentiel peuvent travailler plus. 

Attention : IRCC insiste que malgré la COVID-19 et les changements qu’elle entraîne sur les études, les étudiants étrangers doivent rester inscrits dans leur établissement et continuer à assister aux cours en ligne. 

Si l’établissement a définitivement fermé, IRCC octroie à l’étudiant un délai de 150 jours pour s’inscrire dans un autre établissement, changer de statut ou quitter le territoire. 

Cours en ligne ou en présentiel ?

Depuis le 8 février, les cégeps et les universités en zone rouge peuvent offrir des cours théoriques ou d’autres activités en présentiel, à condition de respecter les mesures sanitaires en vigueur. Actuellement, seuls quelques cours pratiques se donnent en présentiel. Mais les établissements n’ont pas tous pu réagir assez vite pour y répondre et la majorité se donne encore en ligne. 

Certains établissements ont réussi à proposer plus de cours en présentiel. C’est entre autres le cas des cégeps et de l’Université de Sherbrooke (qui a une offre de cours en présentiel plus grande depuis l’automne 2020), de l’Université du Québec en Outaouais ou de l’Université de Montréal, qui a ouvert 48 salles d’études pour les travaux d’équipe. 

D’autres établissements se préparent à ouvrir davantage pour la session d’automne 2021 :

  • L’Université McGill a déjà annoncé que l’enseignement en présentiel reprendra à l’automne 2021. 
  • L’Université Concordia devrait prendre une décision dans les prochains mois. 
  • L’Université du Québec à Montréal ne s’est pas prononcée, mais pourrait entamer un retour partiel sur le campus dans les prochaines semaines. 
  • L’Université de Montréal et l’Université Laval pensent augmenter le nombre de cours en présentiel. L’offre devrait être « hybride et multimodale », comme l’annonçait la porte-parole de l’UdeM, Geneviève O’Meara. Ceux qui le souhaitent pourraient rester à distance. 

Renouveler ou rétablir son statut

Pour le renouvellement du permis d’études, IRCC fait preuve de la même souplesse que pour une première demande. Les demandes restent en suspens tant que tous les documents n’ont pas été reçus, à l’appui d’une lettre explicative.

Pour renouveler son permis d’études.

IRCC permet aux étudiants dont le statut a expiré avant le 31 mai 2021 de faire une demande de rétablissement de statut.

Comment rester après ses études ?

En raison de la COVID-19, les étudiants n’ont pu suivre leurs cours sur place ou de façon normale. Cela a créé des complications liées à l’accès aux technologies, des problèmes d’assiduité, de concentration ou d’intégration. Auparavant, seuls les étudiants étrangers dont 50 % des cours ont été suivis à distance et en ligne étaient admissibles au Permis de travail postdiplôme (PTPD). 

Désormais, les critères ont été assouplis : 

  • Les étudiants ayant commencé un programme de 8 à 12 mois en 2020 seront admissibles, même s’ils ont suivi tous leurs cours l’extérieur du Canada.
  • Les étudiants vivant au Canada qui ont suivi leurs cours en ligne à cause de la COVID-19 sont admissibles au PTPD.
  • Pour ceux qui ont suivi leurs cours en ligne depuis l’étranger, il est possible de faire 100 % de ses études en n’étant pas au Canada. Le temps passé aux études entre mars 2020 et le 31 décembre 2021 sera comptabilisé pour la demande de PTPD. 

Plus d’informations et précisions sur les conditions sur le site d’IRCC

L’étudiant doit tout de même avoir été inscrit à temps plein (au moins 12 crédits par session). Pour ceux qui ont étudié à temps partiel durant les sessions d’hiver ou d’été 2020, il est recommandé de demander à son établissement une lettre attestant que le temps complet était impossible.

Avec la pandémie, les délais de traitement des demandes de permis de travail ont augmenté, sachez que si vous avez demandé un PTPD et que votre permis d’études est encore valide, vous êtes autorisé à travailler à temps plein. 

Attention : tous ces assouplissements et modifications sont temporaires.

Permis postdiplôme expiré ou arrivant à expiration 

En février 2021, le gouvernement annonçait que les diplômés dont le permis de travail postdiplôme avait expiré ou était sur le point d’expirer pouvaient demander une extension pouvant aller jusqu’à 18 mois. Ils ont jusqu’au 27 juillet 2021 pour faire une demande. 

Pour voir le communiqué d’IRCC

Demander sa résidence permanente

Comme pour la demande de CAQ, la demande de sélection permanente par le Québec (qui mène à l’obtention du Certificat de sélection du Québec, ou CSQ), première étape vers la résidence permanente canadienne, se fait obligatoirement en ligne depuis le 26 janvier 2021, sur le portail Arrima. 

Les étudiants peuvent toujours demander la résidence permanente via le Programme de l’expérience québécoise (PEQ), volet étudiant. Seulement, depuis le 22 juillet 2020, de nouvelles conditions s’appliquent. Les diplômés doivent désormais avoir une expérience de travail d’au moins 12 mois dans une des catégories d’emploi désigné, et occuper un emploi au moment de la demande. 

Ceux qui ont obtenu leur diplôme avant le 31 décembre 2020 bénéficient de la mesure transitoire et peuvent demander leur résidence permanente selon les anciennes conditions du PEQ. 

Demander sa résidence permanente

Quelques ressources complémentaires

Notre guide gratuit Étudier au Québec, qui sera mis à jour à l’occasion du Salon virtuel « Étudier au Québec » (17-21 mars 2021).

Un guide pour les étudiants étrangers qui arrivent de l’étranger

La plateforme « J’étudie à distance » est en ligne. À destination des étudiants, ce site propose des capsules pour apprendre à gérer son temps, sa concentration ou son anxiété, mais aussi pour trouver la motivation.

Auteur : Marine Caleb
Journaliste indépendante, Marine est aussi cofondatrice du podcast Voix libres, de la Revue L’Esprit libre. Son parcours l’a amenée à travailler en France, au Liban, mais aussi en Israël/Palestine. Passionnée par l’Afrique, le Moyen-Orient et par les questions liées aux migrations et aux minorités.
Autres actualités
Créer des liens avec les travailleurs temporaires

Pas facile de briser l’isolement des travailleurs étrangers temporaires. Des organismes prennent les devants pour favoriser les rencontres et créer du lien social.

Dernières nouvelles de l’immigration — Octobre 2021

Revenons sur les principales annonces de ces dernières semaines, qui intéressent les personnes immigrantes au Québec.