Votre média pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec, Canada

Les maux de l’immigration

Publié le 08 septembre 2015

Les maux de l’immigration

On a parfois tendance à sous-estimer le versant psychologique de l’immigration. Pour bon nombre de nouveaux arrivants en quête d’Eldorado ou de nouveaux défis, l’acclimatation à la terre d’accueil peut pourtant vite devenir une source de stress, avec tous les effets que cet inconfort plus ou moins passager peut provoquer sur le mental et l’organisme.

Le choc culturel, une réalité pour les immigrants

« Les aspects du choc culturel sont variés : du stress dû à l’effort requis pour s’adapter psychologiquement, des sentiments de perte et de manque envers les amis, le statut, la profession, les biens, un rejet de la société d’accueil et de ses habitants ou un sentiment d’être rejeté, de la confusion quant aux rôles, aux attentes sociales, aux valeurs, au sentiment et à l’identité de soi, de l’anxiété voire du dégoût et de l’indignation face aux différences culturelles et un sentiment d’impuissance lié à l’incapacité de fonctionner dans le nouvel environnement culturel. »

L’immigration n’est pas toute rose

Ces mots de la psychologue Catherine Petit ont le mérite d’appuyer là où ça fait mal, et ils résonnent avec acuité. Car on l’oublie parfois, mais l’immigration n’est pas toute rose. Elle vous fait la totale en cumulant le deuil, la rupture, le déménagement et la recherche d’emploi. Dans ces conditions, mieux vaut être prévenu ! Oui, elle réserve son lot d’épreuves et de déceptions, lesquelles seront vécues et résolues différemment d’une personne à une autre, en tenant compte d’un tas de facteurs comme le pays d’origine, la personnalité, l’âge, la religion, la situation familiale… ou encore les antécédents migratoires.

Immigrer au Québec ne résout pas tous les problèmes

Penser que sa terre d’adoption va résoudre tous ses vieux problèmes d’un bon coup de baguette magique, ou que ces derniers vont rester sur le tarmac de son ancienne vie, relève de l’utopie, pour ne pas dire d’une grande naïveté. C’est au contraire l’effet inverse qui peut se produire, alors que d’autres obstacles se dressent sur le chemin du nouvel arrivant, contraint de cumuler ses difficultés passées et actuelles. Et avec un sac à dos trop lourd, on ne voyage jamais très loin… Un article d'Olivier Pierson La suite de l’article dans notre dossier thématique « Quand l’immigration fait mal » en téléchargement gratuit.  
Autres actualités
Ce que vous devez savoir sur ArriveCAN, l’application pour les voyageurs qui entrent au Canada

Depuis son entrée en vigueur et jusqu'aux dernières mises à jour réglementaires, l'application ArriveCAN a été utilisée par plus d’un million de voyageurs. Voici ce que vous devez savoir à son sujet si vous prévoyez d'arriver en sol canadien.

Du concret pour soutenir les travailleurs étrangers temporaires

Deux premiers projets ont reçu un financement en vertu de la. nouvelle mesure de en soutien aux travailleurs étrangers temporaires touchés par la COVID-19.