Votre média pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec, Canada

Une meilleure reconnaissance des compétences des comptables formés à l'étranger

Publié le 08 juillet 2012

Le 14 mai dernier, le ministère de l'Immigration et des Communautés culturelles et l'Ordre des comptables agréés du Québec ont signé un accord visant à faciliter l'obtention d'un permis d'exercice pour les comptables formés à l'étranger.

La ministre Kathleen Weil a précisé la nécessité de favoriser l'intégration professionnelle des comptables formés partout dans le monde : leur diversité de formation et d'expérience semble être un véritable atout pour le Québec et son développement économique.

L'Ordre des comptables agréés du Québec peut désormais organiser des sessions d'informations pour préparer les nouveaux arrivants au contexte québécois de travail : les codes culturels en entreprise, le système professionnel du Québec, la réglementation d'encadrement et de surveillance de la profession...

Par ailleurs, un accord de réciprocité a été signé avec une quinzaine de pays, dont la France, la Belgique, le Mexique, le Japon... Les candidats formés à l'étranger pourront donc suivre une session de préparation à l'examen de réciprocité et recevoir une formation sur le système québécois.

Toutes ces mesures sont prises puisque la profession de comptable est l'une des plus demandées au Québec et cette tendance devrait se poursuivre jusqu'en 2015. Plus généralement, l'intégration des diplômés formés à l'étranger dans les différents ordres professionnels fait partie des priorités du Québec : une trentaine d'accords ont été signés avec les ordres et une soixantaine de projets ont été mis en place pour accélérer la reconnaissance des acquis.

Plus d'informations sur : www.micc.gouv.qc.ca/fr/presse/communiques/com20120514.html

Auteur :
Autres actualités
Bienvenue dans le Grand Montréal !

Le guide Vivre à Montréal et dans ses environs fait peau neuve.

Étudiants étrangers : comment s’adapter à la pandémie ?

La rentrée universitaire d’automne a été marquée par une baisse du nombre d’étudiants étrangers, confrontés à une nouvelle réalité qui influence leur intégration autant que leur réussite.