Votre média pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec, Canada

Bien choisir une auto usagée

Publié le 17 novembre 2020
achat voiture auto occasion québec

Voici ce que vous devez savoir si vous magasinez une voiture d’occasion.

Le budget

À moins de 6 000 $ CAN, les bons véhicules sont rares. À ce prix, vous trouverez des véhicules d’entrée de gamme. Regardez par exemple du côté des autos japonaises ou coréennes, souvent fiables et faciles à réparer, selon Jesse Caron, expert automobile à CAA-Québec.

Surtout, n’oubliez pas de compter l’entretien du véhicule dans votre budget, et prévoyez environ 1 000 $ CAN par an pour les futures réparations.

Pour votre magasinage, vous pouvez consulter les recommandations de Protégez-Vous, ainsi que la liste des « citrons » à éviter. Jetez aussi un œil aux rappels de sécurité automobile de Transports Canada, vous saurez si le modèle visé connaît des problèmes à répétition.

Concessionnaire, revendeur ou particulier ?

Des experts préfèrent faire affaire avec le premier propriétaire du véhicule pour avoir l’historique d’entretien complet. Si vous passez par les petites annonces, méfiez-vous des revendeurs qui se font passer pour de « faux particuliers ». C’est illégal et vous risquez de vous retrouver avec une auto défectueuse ou mal entretenue.

Essai et inspection du véhicule

Examinez l’auto, tentez de repérer des traces d’accidents : corrosion, soudure, etc. Ouvrez les portières, testez les accessoires. Roulez avec le véhicule sur un trajet familier. « Faites-le radio éteinte et vitres fermées, pour mieux entendre les bruits suspects », recommande Jesse Caron.

L’auto vous plait ? Faites-la inspecter par le garagiste de votre choix. Un commerçant ne peut vous le refuser. Des problèmes mineurs vous aideront à négocier le prix à la baisse. S’ils sont majeurs, vous éviterez un mauvais achat. Si un particulier refuse l’inspection, cherchez ailleurs. 

Vérification des dossiers

Demandez au vendeur le dossier d’entretien du véhicule. S’il ne l’a pas, vous pouvez obtenir un rapport d’historique auprès de Carfax, pour la somme de 40 $ CAN, ou encore de la Société de l’assurance automobile du Québec (13 $ CAN). Avec le numéro de série du véhicule, vous pouvez aussi contacter le concessionnaire pour connaître l’entretien qui a été réalisé sur place.

Enfin, vérifiez auprès du Registre des droits personnels et réels mobiliers si le véhicule est libre de dettes (coût : 3 $ CAN).

À calculer avant de signer

S’il vous faut un prêt, comparez les taux d’intérêt : un emprunt de 6 000 $ CAN à 9 % sur trois ans coûtera 868 $ CAN en intérêts ; à 13 %, ce sera 1 277 $ CAN. Attention aussi aux « petits » paiements plus fréquents qui donnent l’impression que ça entre dans votre budget, ou aux versements étalés sur une longue période, qui font grimper les intérêts.

Un commerçant doit vous remettre un contrat écrit détaillé, incluant les réparations et les accessoires inclus gratuitement. Entre particuliers, un contrat n’est pas obligatoire, mais il est recommandé. Le site de Protégez-Vous propose un modèle de contrat.

La garantie

La Loi de la protection du consommateur dit que le véhicule doit pouvoir servir à l’usage auquel il est destiné pendant une durée raisonnable. Sinon, l’acheteur peut demander les réparations nécessaires. Le commerçant doit réparer ou proposer une solution équivalente.

Cela ne s’applique pas aux particuliers. Votre seul recours est la garantie légale contre les vices cachés, qui font que vous n’auriez pas acquis le véhicule ou que vous l’auriez payé moins cher.

Rédigé à partir d’un article d’Emmanuelle Gril, publié en septembre 2019.

Protégez-Vous est un organisme sans but lucratif indépendant qui aide les Québécois à faire les meilleurs choix en matière de consommation.
En savoir plus
Autres conseils d'experts
Une rentrée universitaire bien outillée

Pour trouver la bonne information sur les programmes universitaires, il est indispensable d’avoir identifié les bonnes ressources d’information.

Baie-James, mythes et réalité

Ce territoire reculé du nord du Québec est encore mal connu de beaucoup, des personnes immigrantes, mais aussi des Québécois, qui en ont parfois une conception éloignée de la réalité.