Votre média pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec, Canada

« Le Mexique est mon premier amour mais le Québec, c’est l’amour de ma vie »

Publié le 14 mars 2019
Fairmont Le Manoir Richelieu carrières

La première fois qu’Angela Sosa Soto a entendu parler du Fairmont Le Manoir Richelieu, elle était encore au Mexique. « Une amie m’a parlé de l’hôtel et m’a montré une photo de l’endroit. Ç’a été le coup de foudre. J’ai su tout de suite que je voulais travailler à cet endroit. » Commence alors une aventure pleine de rebondissements, qui mèneront Angela à parfaire sa formation, à vivre une première expérience au Québec qui lui a ouvert les portes de la francisation, et enfin à faire l’objet d’un recrutement à l’international, qui lui permet aujourd’hui de vivre pleinement son rêve.

Un projet de carrière, un projet d’immigration

Angela a commencé par s’inscrire à l’Université Technologique de la Costa Grande de Guerrero au Mexique pour suivre un programme en Tourisme et hôtellerie. Un choix loin d’avoir été fait au hasard : elle allait pouvoir bénéficier de la collaboration existante entre l’université et le Fairmont Le Manoir Richelieu. Elle y a d’ailleurs gagné une bourse qui lui a permis de venir étudier au Québec en 2017 durant 6 mois. À son retour au Mexique, elle a finalement été mise en contact avec Fairmont Le Manoir Richelieu qui affichait alors plusieurs postes disponibles pour la saison 2018. Après avoir soumis sa candidature, l’équipe du Fairmont Le Manoir Richelieu a entamé le processus de recrutement avec elle, puis de demande d’un permis de travail afin qu’Angela puisse légalement débuter sa carrière au Québec. C’est donc en 2018 qu’Angela a réalisé son rêve en obtenant un emploi au Québec, au Fairmont Le Manoir Richelieu, à titre de préposée à l’entretien ménager. « J’aime le Manoir et les gens ici, tout le monde est gentil. »

Angela parlait un peu français à son arrivée au Québec, mais son immersion dans des classes francophones, au cours des premiers 6 mois précédemment passés au Québec, lui a permis d’apprendre et de s’intégrer encore plus vite dans son environnement professionnel. « Tous mes compagnons de classe étaient francophones, alors je n’ai pas eu d’autre choix que de m’adapter et d’apprendre. Maintenant, j’adore parler français », confie-t-elle. Bientôt, Fairmont Le Manoir Richelieu offrira des cours d’espagnol aux employés, elle espère donc avoir la chance de parler plus régulièrement dans sa langue maternelle. Pour le moment, quand elle croise des collègues dans les corridors, elle les salue d’un « hola ¿ como esta ? ».

Un nouveau cadre de vie, un nouvel équilibre

Quand on demande à Angela ce qu’elle apprécie de Charlevoix, elle n’a que de bons mots pour la région : les paysages à couper le souffle, la beauté du fleuve, les fleurs du printemps, les couleurs des feuilles l’automne et la neige en hiver. Angela s’est très rapidement adaptée à son nouveau milieu de vie. « Les collègues sont toujours très gentils avec moi. Je n’ai pas de voiture, mais certains d’entre eux m’offrent de me conduire ici ou là ».

Avec l’expérience de travail accumulée au Fairmont Le Manoir Richelieu, Angela déposera sa demande de résidence permanente dans les prochains mois afin de rester de façon permanente au Québec. « Les Québécois ont beaucoup de respect pour les femmes, personne ne se mêle de ma vie, mais tout le monde est toujours là pour m’aider », dit-elle. Toute sa famille est encore au Mexique, mais elle m’explique avec fierté qu’il est le moment pour elle de tracer sa propre voie, « Le Mexique est mon premier amour, mais le Québec c’est l’amour de ma vie ».

Pour en savoir plus, consultez les sites fairmontcareers.fr et accorhotels.jobs.

Autres conseils d'experts
Visages du Québec : Oswaldo, une nouvelle identité

Arrivé au Québec il y a 7 ans, Oswaldo voulait avant tout vivre une nouvelle expérience. Sans le savoir, il allait remettre toute sa vie en perspective.

Baie-James, mythes et réalité

Ce territoire reculé du nord du Québec est encore mal connu de beaucoup, des personnes immigrantes, mais aussi des Québécois, qui en ont parfois une conception éloignée de la réalité.