Votre média pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec, Canada

Une formation pour une nouvelle vie

Publié le 20 décembre 2021
Photo : Adriana Marie Hélèna Folio

Aujourd’hui, nous donnons la parole à l’une de nos élèves, Adriana Marie Hélèna Folio, 23 ans, originaire de La Réunion, étudiante en secrétariat au Centre de formation professionnelle des Carrefours à Montréal. Adriana est arrivée en février 2021 au Québec pour vivre une nouvelle étape de sa vie. À travers son expérience, examinons les clés qui vous permettront de bien préparer votre projet !

La situation d'Adriana avant de partir au Québec

Je viens de l’île de La Réunion et j’ai vécu pendant 2 ans à Lyon où j’étais responsable du petit déjeuner dans un hôtel 4 étoiles.

Ce qui m’a poussée à aller au Québec, c’est mon désir de me reconvertir. J’ai beaucoup hésité parce que je me disais que je n’allais pas réussir, je n’avais pas les moyens et j’avais laissé de côté l’idée. Puis après réflexion, je me suis dit qu’il fallait que je tente ma chance. Qui ne tente rien n’a rien ! Du coup, j’ai foncé, je me suis lancée.

Les préparatifs du projet

Préparer un tel projet demande beaucoup de temps et de patience. Je recommande vivement de se faire accompagner. Moi, j’ai choisi l’organisme Québec métiers d’avenir. En effet, ils soutiennent toutes les personnes qui souhaitent faire une formation professionnelle durant toutes les étapes de leur projet d’études. J’ai eu ainsi un conseiller formidable avec qui discuter de mes doutes, des démarches et cela m’a complètement déstressée.

Conseils d’expert : un projet d’études à l’étranger peut occasionner beaucoup de questionnements et de stress. Pour bien planifier votre projet et les différentes étapes, n’hésitez pas à faire appel à un service d’accompagnement comme Québec métiers d’avenir, le représentant des centres de formation professionnelle du Québec.

Finances pour réussir son projet

Pour réaliser un tel projet, il faut bien penser au côté financier. En tant que Français, nous avons la chance de ne pas devoir payer les droits de scolarité. Cependant, une des conditions pour obtenir son permis d’études est de prouver que nous pouvons subvenir à nos besoins la première année. Étant célibataire, j’ai dû prouver à l’aide de documents bancaires que je disposais de 15 000 $ CAN. Vivant en région Auvergne Rhône Alpes et inscrite à Pôle Emploi avant mon départ, j’ai pu bénéficier d’une aide financière pour suivre une formation professionnelle au Québec. Pour le reste, j’avais des économies grâce à mon dernier travail à Lyon, pas beaucoup, mais suffisamment pour organiser le billet d’avion, acheter les vêtements d’hiver, payer les bagages, le loyer, les dépenses, les courses des premiers mois.  

Comme j’avais de quoi subvenir à mes besoins pour quelques mois, j’ai décidé de ne pas travailler tout de suite à mon arrivée. Depuis que j’ai trouvé un emploi, je vis sur mon salaire, mais il faut bien s’organiser. Je paie la moitié du loyer (je suis en colocation), les courses et je ne me prive de rien.

Conseil d’expert : Vérifiez le montant de la capacité financière qui correspond à votre profil. En effet, le montant change si vous partez seul, en couple ou en famille. Pour connaître le montant exact à prouver, ainsi que les documents justificatifs, rendez-vous sur le site du ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration(MIFI).

Préparation de l’arrivée — 1er logement

J’ai trouvé cela assez facile parce qu’avant d’arriver je me suis inscrite dans un groupe Facebook des Réunionnais du Québec. J’ai pu trouver une personne qui m’a hébergée pendant un mois, le temps de trouver un appartement.

J’ai finalement trouvé un logement permanent sur Marketplace, un 2 1/2 (1 chambre à coucher fermée, un salon, une cuisinette et une salle de bain) pour 700 $ CAN par mois, toutes charges comprises.

Pour ce qui est de la COVID-19, j’étais assez stressée de partir au Québec en temps de pandémie. Toujours grâce à l’aide du groupe Facebook, et de toutes les informations données par mon conseiller de Québec métiers d’avenir et par le centre de formation professionnelle, j’ai pu faire ma quarantaine sans souci. Au bout du compte, tout s’est bien passé.

Conseil d’expert : Participer au Groupe de la communauté Québec métiers d’avenir (QMA) sur Facebook pour échanger avec des personnes qui sont inscrites en formation professionnelle. Profiter aussi de la richesse des échanges et de l’envie d’entraide qui existe dans les autres groupes Facebook (Français au Québec, Les Françaises au Canada, Sortie entr’elles à Montréal, etc.) pour poser toutes les questions qui vous tracassent. Vous trouverez toujours des personnes dans la communauté pour vous guider.

Assurances  

En tant que Française, c’est une chance de pouvoir profiter de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) ! Elle prend en charge le médecin, gynécologue, les médicaments, etc.

Par contre, les soins dentaires ne sont pas couverts par la RAMQ. J’ai pris une assurance privée qui prend en charge une partie des coûts. Par exemple une consultation de contrôle qui devrait me revenir à 126 $ CAN me coûte 88 $ CAN avec l’assurance. C’est très cher, donc c’est important d’y penser. J’ai procédé à toutes les démarches en suivant les instructions données par mon conseiller, et tout s’est fait sans difficulté.

Conseil d’expert : Les soins dentaires (tout comme les soins pour les yeux, et l’achat de lunettes) ne sont pas couverts au Québec par le régime public. Prévoyez une visite de routine chez votre dentiste avant votre départ pour le Québec et peut-être même une assurance privée pour vos soins dentaires.

Préparation de l’arrivée à l’aéroport

Tout s’est bien passé pour moi. Il faut juste bien préparer les documents qui peuvent être demandés. L’agent d’immigration peut vous laisser passer sans rien demander comme il peut exiger tout document qu’il juge nécessaire.

Conseil d’expert : Préparer une pochette avec tous les documents rangés dans l’ordre. Pour éviter de s’y perdre, un sommaire peut également vous faciliter la vie.

Le travail

J’ai trouvé un travail après 2 semaines de recherche. Je travaille 20 h/semaine en tant que caissière dans une chaîne de friperie qui a plusieurs magasins au Québec et aux États-Unis. Je m’y sens bien et mon employeur m’apprécie parce que je m’investis même si c’est un travail d’étudiant. Je pense y rester pour toute la durée de ma formation. Je suis payée 14 $ CAN de l’heure, j’ai 1000 $ CAN net pour le mois. Le paiement se fait toutes les 2 semaines.

Conseil d’expert : Assurez-vous de ne pas dépasser le nombre d’heures de travail (maximum 20 h par semaine) auxquelles vous donne droit votre permis d’études afin de respecter vos conditions de séjour au Canada. Vous pouvez travailler dans n’importe quel domaine, même en tant qu’entrepreneur.

Les bons plans

Le magasin où je travaille est un magasin de seconde main, mais qui propose de très belles choses, de très belle qualité et parfois même du neuf. Je me suis équipée pour l’hiver à des prix plus que raisonnables.

Pour les courses, un centre communautaire me fournit la base de ma nourriture. C’est ouvert à tous les étudiants qui, contre 16 h de bénévolat par mois ont accès à des légumes, de la viande, des œufs, des produits d’hygiène. Je ne fais que compléter dans les autres magasins.

Conseil d’expert : N’hésitez pas à faire appel à divers organismes communautaires ou encore à faire le tour des friperies pour vous aider à boucler votre budget. Que ce soit pour la nourriture, les vêtements, le transport, etc., ces organismes sont présents dans toutes les villes et régions du Québec.

La formation

J’ai commencé une formation en secrétariat en février 2021 au Centre de formation professionnelle (CFP) des Carrefours à Montréal. J’ai reçu un accueil chaleureux de la part du personnel du centre. J’ai trouvé que le rythme était rapide au début, mais aujourd’hui je suis heureuse d’avoir fait ce choix. La formation se passe super bien. J’ai passé tous les examens et je croise les doigts pour la suite.

La formation se fait en enseignement individualisé. Je vais 3 heures au CFP le matin et l’après-midi je rentre et je me connecte sur la plateforme de formation. J’ai 25 compétences à acquérir et cela nous apprend vraiment le métier. Pour chaque compétence j’ai un cahier de directives. Par exemple, compétence traduction en anglais, je sais que j’ai 3 h pour faire le chapitre 1 et ainsi de suite. Si je bloque sur un sujet, je peux contacter mon professeur qui est à l’horaire et je lui envoie un courriel. Je reçois un appel peu après pour élucider mon problème et pouvoir continuer. 

Tous les examens se passent en présentiel sauf la première compétence qui se passe à distance. Il faut avoir 80 %. C’est assez facile à partir du moment où tous les exercices ont été faits et étudiés.  

Conseil d’expert : Il faut être préparé à ce que dès le premier jour, la formation parte sur les chapeaux de roues. Même si vous avez quitté l’école depuis longtemps, ne pas se décourager parce qu’au bout d’un certain temps, on prend le rythme et c’est correct. Faire preuve de minutie, de rigueur et bien respecter les horaires de cours aide à bien suivre le programme et l’échéancier proposé.

La nouvelle vie d'Adriana

J’adore ma vie à Montréal. Franchement, je n’ai jamais pensé aimer autant ma vie ici. Avant, j’avais une vie chargée où je travaillais 40 h par semaine et j’étais épuisée. Aujourd’hui, malgré la formation et le travail, je sors tous les week-ends. Montréal, c’est une ville où il y a toujours quelque chose à faire, des concerts, des festivals… À la fin de ma formation, je veux continuer à étudier. C’est Québec métiers d’avenir qui a changé ma vie !

Conseil d’expert : Les Français ont la chance de pouvoir venir étudier en formation professionnelle au Québec sans avoir à payer de droits de scolarité. Si vous avez envie de changer de métiers, ou d’acquérir de nouvelles compétences professionnelles, n’hésitez pas à communiquer avec Québec métiers d’avenir. Ce service d’accompagnement pour étudiants étrangers pourra vous aider à faire le bon choix de formation et vous accompagner tout au long de vos démarches.

--

Québec métiers d’avenir – Service clé en main de promotion internationale de l’offre éducative québécoise en formation professionnelle et d’accompagnement des élèves internationaux dans leur projet

Quelques chiffres :

+ 3 500 élèves internationaux accompagnés
+ 90 centres de formation professionnelle représentés

+ 80 formations offertes partout au Québec
+ 95 % de taux de satisfaction

Québec métiers d’avenir est un service d’accompagnement clé en main créé par Éducation internationale . Éducation internationale est la coopérative sans but lucratif mandatée par le Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur du Québec pour coordonner la promotion des études en formation professionnelle à l’étranger.
En savoir plus
Autres conseils d'experts
Le mentorat comme stratégie d’insertion sur le marché du travail

L'accompagnement d'un mentor peut être déterminant pour une personne immigrante qui cherche à intégrer le marché du travail.

Le Certificat personnalisé en comptabilité de HEC Montréal : objectif CPA !

Le chemin le plus rapide vers le titre de comptable professionnel agréé.