En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d’analyse et de statistiques visant à améliorer le contenu du site et votre expérience En savoir plus
Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

10 erreurs à ne pas commettre en affaires

Publié le 05 juin 2016
Juliana Zerda est entrepreneure immigrante et coordonnatrice des projets internationaux au SAJE.

1. Se croire maître et seigneur

Quand on se croit maître et seigneur, notre égo est très grand et l’on ne se laisse pas aider. Il faut plutôt baisser un peu la tête, être humble, apprendre des autres et utiliser l’aide technique mise à notre disposition. Ce n’est pas parce que nous avons de nombreux diplômes et doctorats dans notre pays que l’on connaît le marché et les formalités québécoises.

2. Être centré sur soi

Si l’on est centré sur toi, on manquera d’ouverture pour penser à sa clientèle et pour comprendre les besoins du marché.

3. Négliger la culture québécoise et le français

L’entrepreneur doit parler français au Québec. C’est important d’un point de vue culturel, mais aussi d’un point de vue stratégique. En parlant français, on s’ouvre davantage de portes sur le marché québécois.

4. Rester enfermé dans son bureau

Ici, le réseautage est très important. Il faut être partout, toujours participer à différents événements, faire du bénévolat pour élargir son réseau de contacts.

5. Croire que le système est le même que dans son pays

Si l’on adopte cette attitude en pensant que les autres doivent s’adapter, on n’aura pas l’ouverture suffisante pour comprendre le système et le système va carrément te manger. Retrouvez la suite de l’article en téléchargeant gratuitement le dossier "Démarrer une entreprise au Québec" .

Autres actualités

Promenons-nous à Montréal sur les traces de Léonard Cohen, un peu plus de trois ans après sa mort et à quelques jours de la sortie d'un nouvel album posthume de l'artiste.
Covid-19 : Les principaux organismes assurant des missions de service public, comme les compagnies privées, s’adaptent autant que possible pour soulager leurs clients et usagers.