En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d’analyse et de statistiques visant à améliorer le contenu du site et votre expérience En savoir plus
Logo color
Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 21 mars 2016

Les assurances santé privées, utiles pour moi ou non ?

Les assurances santé privées, utiles pour moi ou non ?

L’excitation des préparatifs de départ et l’enthousiasme des premiers moments dans le pays d’accueil, nous feraient presque oublier qu’on n’est jamais à l’abri d’un incident et souvent très mal informé des couvertures offertes dans notre pays d’expatriation. Il est pourtant nécessaire de bien s’y préparer à l’avance et dans bien des cas, de souscrire à une assurance avant le départ ou dans les jours qui suivent notre arrivée. On l’appelle la RAMQ. La Régie d’assurance maladie du Québec assure à tous l’accès aux soins de santé gratuitement. Il vous suffit de brandir le sésame et on vous accueille avec un sourire. Le sésame ? C’est la carte d’assurance maladie. On lui donne aussi le petit nom de « carte-soleil ». Ne criez pas victoire trop vite, car vous n’y avez peut-être pas droit ou du moins pas tout de suite. Vous êtes Pvtiste ? Vous devrez attendre l’obtention d’un permis de travail temporaire. Vous êtes déjà résident permanent ? Un délai de carence de trois mois s’applique avant de pouvoir en bénéficier. Et si vous n’êtes pas couvert par la RAMQ, la facture peut vite devenir astronomique : une journée d’hospitalisation avec chirurgie coûte au minimum 3500 $ CAN ! D’où la nécessité d’être bien informé et de se poser les bonnes questions, selon son statut d’immigration.

J'ai un travail : mon employeur offre t-il des assurances collectives ?

Avant tout, il s’agit de bien comprendre comment fonctionne le système québécois. Supposons que vous ayez droit à la RAMQ. Vous avez alors l’obligation d’adhérer aussi à une assurance médicament : soit au régime public, soit au régime privé. Si vous êtes salarié, il y a de fortes chances pour que votre employeur propose un régime privé d’assurance collective. « C’est une assurance maladie complémentaire que vous avez par appartenance à un groupe privé, qui peut être un employeur, un ordre professionnel, un syndicat ou une association professionnelle », résume Claude Di Stasio, vice-présidente Affaires Québécoises, à l’Association Canadienne des Compagnies d’Assurances de Personnes (ACCAP). Les assurances couvrent en général les médicaments sur ordonnance, les séjours à l’hôpital en chambre seul, les soins infirmiers spéciaux, les appareils médicaux, les lunettes et certains spécialistes qui ne sont pas couverts par les régimes d’État comme les ostéopathes, physiothérapeutes, optométristes, etc. La plupart proposent aussi des assurances invalidité et assurances vie (cf. entrevue avec l’experte). Le plus souvent, elles couvrent également le conjoint et les enfants à charge de moins de 19 ans. Quant aux soins dentaires, c’est un peu la loterie. Ils sont optionnels et c’est l’employeur qui décide de les ajouter ou non dans l’offre d’assurance collective. Vous avez environ une chance sur deux de tomber sur un employeur généreux. Sinon, c’est votre porte-monnaie qui est mis à contribution. Mais que se passe-t-il si on n’a droit ni à la RAMQ, ni à l’assurance médicament, ni à une assurance collective ? C’est là que certaines assurances privées viennent combler le vide. Elles peuvent être votre meilleure amie, comme votre pire ennemi, si vous n’avez pas pris la peine de regarder avec attention votre contrat. « Il faut vraiment vérifier la portée de la couverture, les personnes couvertes, la durée et les exclusions », avertit Claude Di Stasio.

Je suis un PVTiste

Vous êtes un cas à part. Vous n’êtes pris en charge ni par le régime gouvernemental de votre pays ni par celui du Canada. Pour arriver au Canada avec un Permis Vacances Travail, vous devez avoir en main une preuve d’assurance voyage valide pour toute la durée de votre séjour qui couvre maladie/ rapatriement/hospitalisation. Il est possible que le douanier vous demande de présenter cette preuve à votre arrivée sur le territoire. D’où la nécessité de souscrire à une assurance avant votre départ. Pour faire votre choix, comparez les plafonds de garantie, les taux de remboursement, les franchises, les zones géographiques de couverture et les exclusions. Méfiez-vous, la plupart ne couvrent pas la maternité ! Si vous souhaitez une couverture maternité, la Caisse des Français de l’Etranger propose une formule spéciale pour les Pvtistes qui couple la protection sociale française à une assurance complémentaire. "Quand on est jeune, on a tendance à penser qu’il ne va rien nous arriver. Il y a des jeunes qui partent en étant mal renseignés et qui s’en mordent les doigts une fois sur place pour des choses négatives comme un accident ou des choses tout à fait positives comme une maternité », prévient Anne-Laure Chesneau, responsable de la communication à la Caisse des Français de l’Etranger.

Je suis un étudiant étranger

Les étudiants qui ont reçu une bourse d’étude ou de stage ont généralement droit à la RAMQ, ainsi que leur conjoint et les personnes à charge qui les accompagnent. De même pour les étudiants qui viennent d’un pays signataire d’une entente de sécurité sociale avec le Québec (1). Un article de Claire Sauvaire Pour lire la suite de l'article, télécharger gratuitement le dossier "Le système de santé et les assurances au Québec"

Autres actualités

F73ef36d a025 4d01 8a93 ee9002c30c09
Comme nous vous l’avions annoncé il y a quelques mois, le décret 963-2018 du 3 juillet 2018 entérine l’entrée en vigueur de la réforme tant attendue de la loi sur l’immigration au Québec, qui sera effective dès le 2 août prochain.

Publié le : 20 juillet 2018

26f6c43a eac7 4fb4 a2f8 faee76dbd7a6
Avec Québec en tournée, Immigrant Québec et ses partenaires vous convient à un cycle d’information et de rencontres dans cinq villes de France métropolitaine, du 19 au 26 novembre prochains.

Publié le : 17 octobre 2018