En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d’analyse et de statistiques visant à améliorer le contenu du site et votre expérience En savoir plus
Logo color
Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 20 juin 2017

Comment éviter le surendettement ?

Olga Cherezova est conseillère budgétaire à l’ACEF, l’association coopérative d’économie familiale. Elle anime des conférences sur la gestion d’un budget, l’endettement et la consommation et accompagne individuellement des personnes dans la reprise en main de leurs finances.


Quelles sont les causes principales du surendettement chez les nouveaux arrivants ?

Les premiers mois d’un nouvel arrivant sont souvent très couteux. Il faut trouver un logement, le meubler, ouvrir les différents comptes qui y sont associés : Internet, électricité, téléphone. S’il y a des enfants dans le foyer, il faut payer matériel scolaire, services de garde, etc. Même si les immigrants arrivent avec des économies, elles ne suffisent pas à couvrir longtemps tous les besoins, surtout si la recherche d’emploi dure plus longtemps que prévu.
C’est souvent pendant cette période que les immigrants accumulent des dettes, la plupart du temps à cause d’une mauvaise compréhension du fonctionnement du crédit (surtout cartes de crédit). Il faut bien comprendre que si on emprunte de l’argent, il y a les intérêts à payer et le taux d’intérêt sur les cartes de crédit est, en général, près de 20% sinon plus (28,99% – pour les cartes de crédit des magasins). Les compagnies-émettrices de cartes de crédit ne demandent que les remboursements minimums qui couvrent en grande partie seulement le paiement des intérêts, mais le montant de la dette, lui, ne diminue pratiquement pas !

L’utilisation de la carte de crédit peut être utile pour se créer un dossier de crédit ou anticiper un paiement, mais la carte de crédit devrait demeurer un mode de paiement et jamais un poste budgétaire. On ne devrait pas compter sur une carte de crédit pour arrondir ses fins de mois, si on sait qu’on ne sera pas capable de la payer en totalité arrivée à l’échéance. C’est lorsque la carte sert à payer des choses dont nous n’avons pas les moyens que la spirale du surendettement commence. L’ACEF conseille d’avoir une seule carte de crédit avec solde à zéro.

Comment faire pour éviter de tomber dans cette spirale ?

Certes, la période d’arrivée se fait souvent dans l’urgence, mais si possible prenez le temps de la réflexion que ce soit pour le choix d’un logement, de services bancaires ou d’une laveuse-sécheuse ! Il est important de faire un budget en vous rappelant que l’immigration implique souvent une forte baisse de revenus, au moins dans les premiers temps. Peut-être serait-il plus judicieux de baisser ses exigences matérielles pour commencer en se concentrant sur les essentiels, quitte à rehausser ses exigences ou déménager une fois la situation financière stabilisée.

Retrouvez l’intégralité de l’article en téléchargeant gratuitement le webmagazine « Bien gérer ses finances au Québec ».

1d4ab960 f9a6 43bb bc15 6b579d39efc2

Auteur : Justine Rastello

Justine Rastello est une journaliste née en France. Depuis ses 16 ans, elle parcourt le monde: Inde, Cambodge, Singapour, Israël, Grande-Bretagne. En 2009, elle a posé ses valises au Québec par hasard. Elle a choisi de s'y installer définitivement pour y élever ses enfants. Justine est passionnée par les questions d'immigration, d'identité et de féminisme.

Autres actualités

C6483165 9a29 4ccc bf48 ce19ab6d0503
Chaque mois, La Vitrine invite une personnalité montréalaise, ambassadrice de la diversité culturelle, à nous partager ses idées de sorties. Ce mois-ci, notre invitée est artiste peintre et illustratrice : Madame Daniela Zekina.

Publié le : 05 juillet 2018

664a6620 f1f1 42d0 ae34 d9c6972058ab
Chaque mois, La Vitrine invite une personnalité montréalaise, ambassadrice de la diversité culturelle, à nous partager ses idées de sorties culturelles. Ce mois-ci, notre invité est artiste multidisciplinaire : Monsieur Ralph A. Maingrette.

Publié le : 02 août 2018