En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d’analyse et de statistiques visant à améliorer le contenu du site et votre expérience En savoir plus
Logo color
Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 23 janvier 2013

Le Québec en dernière position sur le taux d’emploi des immigrants

Situation de l'emploi au Québec pour les immigrants

Une récente étude réalisée de 2008 à 2011 par Statistique Canada sur la situation des immigrants sur le marché du travail canadien nous apprend que c’est au Québec que l’on enregistre le plus bas taux d’emploi du pays pour les nouveaux arrivants.

Des taux d’emploi importants dans les provinces des Prairies

Au niveau national, en 2011, l'emploi chez les immigrants de 25 à 54 ans a augmenté de 4,3 % par rapport à 2010. L'essentiel de cette croissance a été observé chez les immigrants établis, c'est-à-dire ceux qui sont au pays depuis plus de 10 ans. Pendant la même période, l'emploi chez les natifs du Canada est resté quasiment identique. Le taux d'emploi chez les immigrants se situait à 75,6 % en 2011, alors qu’il était de 82,9 % pour leurs homologues nés au Canada. Plus de la moitié de la croissance de l’emploi chez les immigrants reçus du Canada est attribuable aux immigrants vivant dans les Prairies (Alberta, Saskatchewan, Manitoba) et en Colombie-Britannique. Même s’ils représentent 31% de la population active immigrante, ils sont à l’origine de 53 % de la croissance de l’emploi parmi les immigrants entre 2010 et 2011.

Des écarts importants d’emploi au Québec entre les immigrants et les natifs du Canada

L’étude montre également que c’est au Québec que l’on enregistre le plus bas taux d’emploi du pays pour les immigrés. En 2011, le taux d’emploi des immigrants du Québec  s’élevait à 70,3 % alors qu’il était de 85,6 % en Alberta et 75,4 % en Ontario. De plus, c’est également au Québec que les écarts de taux d’emploi entre la population immigrante et les natifs du Canada sont les plus importants. De 2008 à 2011, ces écarts sont d’ailleurs restés constants et demeurés les plus importants que dans d’autres provinces, notamment dans le cas des immigrants très récents. De même, leur taux de chômage, qui a atteint 11,9 % en 2011 — le plus élevé de toutes les provinces —, était le double de celui des Québécois nés au Canada (5,6 %). Néanmoins, pour relativiser ces chiffres, il faut noter que le Québec est la province canadienne qui a la plus forte proportion d’immigrants très récents (depuis 5 ans ou moins) sur son territoire : en 2011, 28,1 % de la population immigrante de 25 à 54 ans au Québec  étaient des immigrants très récents alors que ce taux était de 15 % en Ontario et 22 % en Alberta. Comme les immigrants très récents sont confrontés à davantage de défis et difficultés sur le marché du travail, leur plus forte proportion dans une province influence sur les taux de chômage et d’emploi. Sources : Statistique Canada Pour consulter l’étude complète : http://www.statcan.gc.ca/pub/71-606-x/71-606-x2012006-fra.pdf

Auteur : Maël Cormier

Autres actualités

2db1cf1a 122a 4d6e b77a f6f4ae5cfffa
Trouver des réponses aux (nombreuses) questions qu'engendre le processus d'immigration, rencontrer de nouvelles personnes, bénéficier de judicieux conseils, mais aussi s'acculturer au typique 5@7 québécois... il est temps de passer en mode réseautage!

Publié le : 24 septembre 2018

413a3ebd c3fb 4d8c 993c 05cf1c094bf4
Un dossier pratique pour bien comprendre les enjeux et rouages du marché de l'emploi au Québec, du point de vue des salariés comme de celui des employeurs !

Publié le : 02 novembre 2018