En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d’analyse et de statistiques visant à améliorer le contenu du site et votre expérience En savoir plus
Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 28 novembre 2017

Ici et là-bas : le casse-tête des démarches

Quel que soit son statut et son niveau d’intégration au Canada, un retour définitif dans son pays d’origine s’accompagne d’un certain nombre de démarches au départ comme à l’arrivée.

On a beau être célibataire et résident temporaire de courte durée, on ne coupe pas aux manoeuvres qui précèdent le retour au pays : désabonnement du téléphone et d’internet, résiliation de bail d’habitation et autres services affiliés, vente des biens acquis que l’on ne peut ramener avec soi… Si l’on a étudié ou travaillé, que l’on vit en couple ou que l’on a des enfants, la liste s’allonge. Et pour peu que l’on ait le statut de résident permanent ou de citoyen canadien et que l’on achève un séjour de plusieurs années, départ peut vite rimer avec cauchemar.

Depuis le Canada, l’essentiel des démarches revient à notifier le Canada et votre ambassade que vous n’y êtes plus : RAMQ (santé), SAAQ (permis de conduire), désinscription du registre de l'ambassade de votre pays et vous réinscrire à la liste électorale à votre retour. On n’oubliera pas de résilier ses abonnements Communauto, Bixi et Good Food. Les heureux propriétaires immobiliers organiseront la vente ou la mise en gestion de leur bien et ceux qui souhaitent rapatrier meubles, auto ou animal de compagnie devront négocier auprès des transporteurs et se renseigner sur les formalités douanières. On conservera un compte bancaire au Canada pour les retours d’impôts à venir et les transactions immobilières éventuelles, en attendant le meilleur taux de change pour rapatrier ses dollars.

De retour au pays, on s’attellera à notifier son pays de son retour, à commencer par les impôts. On veillera à sa réinscription aux services de santé ainsi qu’à ceux liés au travail (Pôle Emploi en France - que l’on ait demandé le report de ses droits au chômage, ou que l’on souhaite avoir le statut de demandeur d’emploi, même en fin de droits). Les autres démarches (logement, assurances, écoles, aides diverses) sont à la discrétion de chacun. Mais attention aux oublis qui peuvent plomber un retour qui ne se planifiera jamais mieux qu’au moins 3 mois à l’avance.

Auteur : Immigrant Québec

Immigrant Québec informe toutes les personnes désireuses de s’installer au Québec sur l'immigration et la vie dans la Belle Province.

En savoir plus

Autres actualités

Depuis l’introduction de l’esclavage en Nouvelle-France, en 1628, la présence des Noirs au Québec jalonne la construction de la province canadienne jusqu’à ses fondements. Pourtant, cette réalité se heurte à une perception bien différente de l’histoire.

Publié le : 27 février 2019

La cabane à sucre est l'un des symboles de la culture populaire québécoise. Mais d’où nous vient ce temple bucolique à la gloire du sirop d’érable ?

Publié le : 05 avril 2019