En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d’analyse et de statistiques visant à améliorer le contenu du site et votre expérience En savoir plus
Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 05 octobre 2011

La Délégation générale du Québec à Paris a 50 ans

Ce 4 octobre, se tenait un colloque organisé par la Commission franco-québécoise des lieux de mémoire à l’occasion des 50 ans de la fondation de la Délégation générale du Québec à Paris.

Prenant lieu dans des locaux du Ministère des Affaires étrangères dans le 15ème arrondissement de Paris (dans les mêmes locaux que ceux où se tient l’Assemblée des Français de l’Etranger), ce colloque s’intéressait à toutes les formes de la collaboration franco-québécoise. Il n’était pas sans rappeler, dans le fond et dans la forme, le colloque de septembre 2009, organisé par la même commission, mais à l’occasion du 150ème anniversaire du Consulat général de France à Québec.

Des personnalités politiques (Clausse Massé, Louise Beaudouin, Alain Juppé, Jean-Pierre Chevènement) et des chercheurs (Didier Poton, Gérard Bouchard, Jacques Porte, Maurice Vaïsse, etc.) étaient présents et participaient au colloque.

Du vaste tableau qui nous était présenté et qui abordait, comme à chaque fois, le général de Gaulle, la coopération et les échanges d’enseignants dans les années 60, quelques points ont attiré notre attention.

[caption id="attachment_1945" align="alignright" width="183" caption="Délégation du Québec à Paris"]Délégation du Québec à Paris[/caption]

Tout d’abord, une erreur, et pas n’importe laquelle, dans les documents fournis à l’entrée du colloque, il est écrit que 35.000 Français vivent au Québec. Sur quoi se basent ces chiffres ? Ils ne viennent pas des inscrits aux deux Consulats de France au Québec, puisqu’ils dépassent les 45.000 inscrits. Et quand bien même, on sait qu’ils sont en dessous de la réalité puisque beaucoup de Français ne sont pas inscrits au Consulat.

Ensuite, l’historien Jacques Porte a souligné un élément essentiel dans les relations entre la France et le Québec. Depuis les années 60, nombreux furent les projets culturels et économiques entre les pays. Mais seuls les projets culturels et associatifs se sont maintenus et même dans des périodes (1981-1985 et 2005-aujourd’hui) où les gouvernements français n’étaient pas sensibles à la collaboration franco-québécoise. Le point est important et souligne la force du lien culturel et sa manifestation associative.

Enfin, les individus et les associations de Français vivant au Québec ont été une nouvelle fois absents. On y parle statistiques, mouvements migratoires généraux mais à chaque fois qu’il est question de la relation France-Québec, on oublie totalement ceux qui créent directement un lien avec le Québec, les Français qui y vivent, s’y installent, y fondent une famille. On ne sent pas d’ouverture au dialogue et, comme à Québec en septembre 2009, les séances de questions sont monopolisées par les officiels, les institutionnels. C’est bien dommage car les principaux acteurs de la relation France-Québec sont bien souvent de simples individus.

Lire aussi l'article du 4 octobre de Michel Dolbec dans La Presse : "50 ans de coopération franco-québécoise célébrés à Paris".

Autres actualités

Depuis l’introduction de l’esclavage en Nouvelle-France, en 1628, la présence des Noirs au Québec jalonne la construction de la province canadienne jusqu’à ses fondements. Pourtant, cette réalité se heurte à une perception bien différente de l’histoire.

Publié le : 27 février 2019

Loyers en hausse, taux d’inoccupation des logements bas, il est aujourd’hui de plus en plus difficile de trouver le bon appartement, au bon prix. Comment mettre toutes les chances de son côté ?

Publié le : 09 mai 2019