En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d’analyse et de statistiques visant à améliorer le contenu du site et votre expérience En savoir plus
Logo color
Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 28 novembre 2012

Le Québec gagnerait à bien intégrer les nouveaux arrivants

Mieux intégrer les immigrants au Québec

Le Québec aurait tout intérêt à bien intégrer les immigrants sur son territoire d’après une récente note socio-économique de l’Institut de la recherche et d’informations socio-économiques (IRIS). L’étude montre qu’en 2006, 51% des immigrants très récents au Canada de 25 à 64 ans (établis au Canada depuis moins de 5 ans) détenaient un diplôme universitaire. Ce taux s’élevait à 19% pour les Canadiens d’origine. Mais malgré des niveaux de scolarité plus de deux fois supérieurs à ceux des natifs, le portrait socio-économique des nouveaux arrivants est marqué par une situation d’inégalité sociale avec des revenus inférieurs et un taux de chômage supérieur à ceux des natifs. En 1980, les immigrants au Canada gagnaient en moyenne 85% du salaire moyen des Canadiens, ce taux a chuté à 65% en 2005. En 2006, le taux de chômage des 25-64 ans nés au Canada était estimé à 4,9% alors qu’il était de 11,5% pour les immigrants très récents.

Une situation plus compliquée pour les immigrants au Québec

La situation des immigrants au Québec serait même pire selon cette étude de l’IRIS : « Avec des taux de scolarisation largement plus élevés que la moyenne des natifs du Québec, les immigrants affichent des taux de chômage 2 à 3 fois plus élevés et d'importantes différences salariales ». Ce clivage étant encore plus important pour les immigrants venant des nouveaux bassins d’immigration (Asie, Afrique, Amérique Centrale et du Sud). Pour expliquer cette situation, les chercheurs de l’IRIS avancent plusieurs arguments. Premièrement, le problème de la non-reconnaissance des diplômes étrangers,  nettement plus important au Québec que dans les provinces canadiennes, notamment l’Ontario et la Colombie-Britannique. Le Québec est la province canadienne où la probabilité que l'expérience de travail étrangère soit reconnue est la plus faible (32%). Ensuite, les auteurs de la note expliquent également cette situation par une mauvaise application des politiques d’intégration et la discrimination au travail. « Un exemple patent de discrimination systémique est celui du mode de recrutement par bouche-à-oreille. Sans qu’une telle pratique indique nécessairement une attitude raciste, il n’en demeure pas moins qu’elle tend à exclure les nouveaux arrivants qui, en raison de leur capital social moins élevé, peuvent plus difficilement s’insérer dans des réseaux socioprofessionnels. Loin d’être un facteur marginal, cette méthode informelle de sélection de la main-d’œuvre est la plus fréquente pour 70 % des employeurs »,démontre l’étude. Il y est également précisé que « de récentes études menées à Toronto et à Montréal ont montré que  la perception d’être la cible de discrimination est plus importante chez les immigrants du Québec (21,8 %) que chez ceux de l’Ontario (17,1 %). »

Des solutions pour mieux intégrer les immigrants au Québec

Néanmoins, l’IRIS propose des solutions afin de mieux intégrer les travailleurs venus d’ailleurs. «Je sais que l’immigration n’est pas le remède pour résoudre tous les maux du Québec, mais je crois que ses contributions au développement économique et social seraient plus efficaces si les programmes d’adaptabilité professionnelle et de lutte contre la discrimination étaient renforcés». Les auteurs proposent ainsi de sensibiliser les ordres professionnels aux difficultés que rencontrent les immigrants, de renforcer les programmes de stage et de mentorat et de mettre à jour le programme de mise à niveau ou d’adaptabilité des compétences. Selon les statistiques émises par l’IRIS, si les compétences des personnes immigrantes étaient pleinement reconnues, l’économie canadienne gagnerait l’équivalent de 370 000 travailleurs. Les revenus des immigrants augmenteraient alors de 30,7 milliards $, soit 2,1 % du PIB. Pour consulter l'intégralité de l'étude : www.iris-recherche.qc.ca/publications/l%E2%80%99integration-des-immigrants-et-immigrantes-au-quebec

Auteur : Maël Cormier

Autres actualités

4383ccf9 3d2a 43d3 9ac4 3bc413785c48
La langue française est à l’honneur ce week-end. On la célébrera sous bien des coutures en Abitibi-Témiscamingue et à travers les livres à Sept-Îles. Montréal sera quant à elle le point d’attache des amateurs de design en quête d’inspiration !

Publié le : 25 avril 2018

D4acaa3a 4f16 4b29 aa68 90e417c6efcc
Voici venu le moment tant attendu par les enfants – et redouté par les parents : la fin de l’école. Vous êtes toujours au travail, les vacances d’été en famille sont encore loin et cette année encore vous vous demandez comment occuper vos têtes blondes.

Publié le : 20 juin 2018