En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d’analyse et de statistiques visant à améliorer le contenu du site et votre expérience En savoir plus
Logo color
Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 09 février 2012

L’hiver et l’auto : quelques conseils pour mieux y résister

Même si vous savez que vous avez immigré dans un pays nordique, il est fort possible que l’hiver vous réserve des surprises au Québec. Des bonnes (« Ah, que la ville est belle sous la neige ! »), mais aussi de mauvaises, comme devoir sortir votre auto d’un banc de neige savamment compacté par la « charrue » (chasse-neige). Ou une batterie morte de froid.

J’ai contacté deux ex-collègues de travail : George Iny, président de l’Association pour la protection des automobilistes1, et Jesse Caron, responsable de la section auto au magazine Protégez-Vous2. Leurs conseils, et les miens, vous éviteront peut-être d’arriver 2 heures en retard au bureau le lendemain d’une bordée ou après une nuit à -30 °C.

Pour l’hiver, ta voiture tu prépareras

Huile, système de charge et de refroidissement

Pour faciliter le démarrage en hiver, une huile plus fluide est nécessaire, ainsi qu’une batterie en pleine forme. « Faites faire rigoureusement les entretiens recommandés dans le carnet du propriétaire, conseille George Iny. Ils comprennent nécessairement un changement d’huile, ainsi que la vérification de la batterie et du système de charge. » Vous n’avez pas le carnet du propriétaire ? Téléchargez-le dans internet. Et même si vous ne suivez pas tout ça à la lettre, assurez-vous minimalement de faire faire une mise au point complète de votre auto en octobre et en avril.

Sachez que même si votre auto est louée sous garantie, vous n’êtes jamais obligé d’aller chez le concessionnaire. « Vous pouvez fréquenter un garagiste indépendant de confiance sans risquer de voir cette garantie annulée en cas de problème, explique Jesse Caron. La seule condition : respecter le calendrier d’entretien et conserver des factures détaillées pour chaque intervention ».

Pour ma part, depuis que mon véhicule n’est plus sous garantie, j’utilise de l’huile synthétique, très efficace pour faciliter le démarrage par grand froid, car elle reste beaucoup plus fluide qu’une huile minérale. Elle coûte trois fois plus cher, mais les vidanges sont moins fréquentes (tous les 12 000 km environ).

Traitement antirouille

Au Québec l’épandage de sel contribue à la corrosion du châssis et de la mécanique du véhicule. Les signes apparaissent après 5 ou 6 ans.

Un traitement antirouille est donc recommandé. « Privilégiez un traitement à base d’huile ou de graisse, moins cher et au moins aussi efficace que les antirouilles dit «permanents» vendus par les concessionnaires d’autos neuves. La qualité d’application du traitement est primordiale; posez des questions au comptoir de l’atelier pour mieux juger de son sérieux » précise Jesse Caron. Un autre truc suggéré par nos deux experts : faites appliquer le traitement de préférence lorsqu’il fait chaud, car les pores du métal s’ouvrent et absorbent davantage les produits anticorrosifs.

À faire vous-même

– Procurez-vous des essuie-glaces d’hiver ou 4 saisons. « Privilégiez un modèle couvert d’une gaine en caoutchouc, qui évite l’accumulation de glace dans les charnières de l’essuie-glace, ou une lame de type monopièce flexible, sans pièce mobile ni joint », conseille Jesse Caron. Et peu importe le modèle choisi, la durée de vie dépasse rarement un an; il est donc normal de remplacer souvent les balais des essuie-glaces ».

Les essuis-glaces et le gel

– Assurez-vous d’avoir du lave-glacequi tient le coup jusqu’à -40 °C. Sachez que certaines conditions hivernales augmentent beaucoup la consommation de ce précieux liquide : gardez-en toujours un contenant de réserve dans le coffre.

– Pour protéger les tapis de base des ravages du sel et de l’humidité, remplacez-les par des tapis en caoutchouc. Assurez-vous qu’ils sont bien retenus en place pour qu’ils ne gênent pas le mouvement de l’accélérateur.Le truc maison de Jesse Caron : « Placez de vieux journaux entre les tapis en caoutchouc et la moquette du plancher. Ils absorberont l’excès d’humidité et d’eau causé par la neige fondue, susceptible de favoriser la corrosion. »

– Songez à l’achat d’un service d’assistance routière. « Plusieurs constructeurs automobiles l’incluent dans leur garantie », rappelle George Iny. Que vous ayez recours à leur service, à celui d’un assureur ou à celui d’un club automobile, le plus important est d’en connaître les détails : prix (de 50 à 80 $ environ), exclusions, nombre de dépannage inclus, le service est-il rattaché au véhicule ou au conducteur, etc.? Mon truc pour les distraits comme moi : ayez toujours le numéro dans votre portefeuille ET dans la boîte à gants.

– Des lunettes de soleil de réserve dans la boîte à gants sont essentielles : « Les routes sont plus éblouissantes en hiver, et le soleil et plus bas », explique George Iny.  

Dans la voiture, toujours tu auras

Un racloir

Procurez-vous un modèle de bonne qualité, avec un long manche, afin de déneiger adéquatement le toit de l’auto. « En cas de verglas accumulé sur l’auto, n’attaquez la glace trop agressivement afin de ne pas fissurer le pare-brise ou endommager la carrosserie » recommande George Iny. Mon conseil en cas d’accumulation de glace importante sur le pare-brise : démarrer l’auto et régler le système de chauffage au maximum, sur la fonction dégivrage du pare-brise. Ce n’est pas écolo, mais des vitres d’auto bien dégagées, c’est essentiel pour votre sécurité, d’autant plus quand les rues et les routes sont particulièrement glissantes. Un autre conseil  : n’utilisez jamais le lave-vitre sur un pare-brise froid

Une pelle, des plaques antidérapantes (traction aids) et des câbles de survoltage (« câbles à booster »)

Attention, tous ces accessoires demandent des précautions importantes :

Même si vous êtes pressé, ne maniez pas la pelle avec trop d’ardeur, c’est une chose d’arriver en retard au bureau, c’en est une autre de se démettre l’épaule, de se faire un tour de rein ou même de se retrouver à l’urgence pour cause de crise cardiaque!

Les tractions aids

En ce qui concerne les plaques antidérapantes, que tout le monde appelle traction aids ici, ne restez surtout pas près de l’auto lorsqu’elles sont installées, car elles pourraient bien être éjectées par l’accélération et vous blesser sérieusement.

Quand aux câbles de survoltage, qui permettent de démarrer même quand la batterie est morte, « soyez sûr de savoir vous en servir, car inverser les câbles peut cause de graves dommages à l’auto », prévient George Iny. Jesse Caron explique le principe de base : « Les pinces rouges vont sur le pôle positif de chacune des batteries. Une pince noire se place sur la borne négative de la batterie du véhicule de secours (celle qui est chargée) ; l’autre ne doit pas être raccordée directement à la batterie morte, mais plutôt à une pièce métallique solide sous le capot (par exemple, le bloc-moteur). »

Une ou deux couvertures, des chauffe-mains, des chauffe-orteils, des barres tendres

Ça peut vous paraître excessif, mais ça ne coûte pas cher de prévoir l’imprévisible : une panne en pleine nuit, plus un téléphone cellulaire « mort » ou ne captant rien au milieu de nulle part, le tout par -20 °C : je vous garantis que vous, ou vos enfants, allez apprécier la barre tendre, même si elle est un peu rassie, et que d’avoir le corps au chaud fera toute la différence entre un cauchemar et un souvenir que vous raconterez avec un sourire en coin.

De l’essence dans le réservoir

« Lorsque vous prenez la route, ne descendez jamais sous le quart du réservoir d’essence », insiste George Iny. Ainsi, en cas de problème, vous aurez une réserve pour laisser tourner le moteur en cas d’embouteillage, ou en attendant la remorqueuse en cas de sortie de route (n’oubliez pas d’entrouvrir une fenêtre pour assurer un apport d’air frais).

Un pneu de secours bien gonflé

Demandez au garagiste d’en vérifier la pression au moins une fois par année. « Contrôlez vous-même la pression des autres pneus une fois par mois, à l’aide d’un manomètre acheté dans une grande surface, conseille Jesse Caron. Les directives de gonflage figurent sur un autocollant apposé sur le cadre de la portière du conducteur. » Sachez que plus il fait froid, plus la pression diminue.

La météo tu écouteras

Tempête et neige

Quand une tempête s’approche, mieux vaut le savoir. Vous pouvez ainsi prévoir de prendre les transports en commun. Je sais, ils seront bondés, mais ils vous amèneront à bon port bien avant votre auto, à moins que vous partiez à 5 heures du matin. Si vous en doutez, c’est que vous n’avez jamais expérimenté un embouteillage causé par une bordée de neige urbaine : relisez le conseil « De l’essence dans le réservoir », si vous tenez vraiment à passer des heures au volant.

Si on annonce de la pluie verglaçante, attendez-vous au pire. Y compris à annuler ou reporter une escapade de fin de semaine si les conditions routières sont mauvaises.

Lentement tu conduiras

Si vous n’avez jamais expérimenté la conduite hivernale en ville ou sur les routes, ralentissez! Faites attention aux piétons : quand il fait froid ou que les trottoirs sont glacés, ils sont parfois imprudents.

Un des pires scénarios, c’est la pluie verglaçante : prenez-là au sérieux, car il est bien difficile de savoir si la chaussée est glacée avant d’avoir à freiner brutalement dessus et de se rendre compte que la voiture glisse, glisse, glisse…

Les pneus d’hiver sont obligatoires au Québec depuis quelques années, une bonne chose. Vous en savoir plus sur ce vaste sujet : Les meilleurs pneus d’hiver 2011-2012 selon l’APA et Protégez-Vous.

D’autres conseils en ligne

Guide de Survie pour l’Hiver, un document produit par le Conseil Entretien Auto en collaboration avec Ressources naturelles Canada.

Questions au sujet des pneus. Les réponses de l’APA.

1. L’Association pour la protection des automobilistes (APA) est un organisme indépendant qui offre des services conseils à ses membres. L’APA et la revue Protégez-Vous publient conjointement un guide annuel de l’auto au mois d’avril.

2. Le Magazine Protégez-Vous est publié depuis 35 ans au Québec. Sa mission : « informer le mieux possible les consommateurs et les accompagner vers une consommation intelligente ».

A516a561 7932 4254 b162 1e4b18a462eb

Auteur : Françoise Ruby

Autres actualités

61625d01 609f 4b4e a54f 842d8e0d71ce
Le soleil est là et, avec lui, les envies d’escapades le temps d’une fin de semaine ou de quelques jours, loin de la vie citadine. Emblématique de l’expérience de pleine nature, le camping se trouve être l’une des activités les plus populaires au Québec. Idéal entre amis aussi bien qu’en famille, le camping demande malgré tout un minimum de préparation.

Publié le : 05 juillet 2018

C6483165 9a29 4ccc bf48 ce19ab6d0503
Chaque mois, La Vitrine invite une personnalité montréalaise, ambassadrice de la diversité culturelle, à nous partager ses idées de sorties. Ce mois-ci, notre invitée est artiste peintre et illustratrice : Madame Daniela Zekina.

Publié le : 05 juillet 2018