En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d’analyse et de statistiques visant à améliorer le contenu du site et votre expérience En savoir plus
Logo color
Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 07 novembre 2016

Montréal, un coup de cœur qui dure depuis trente ans

Montréal, un coup de cœur qui dure depuis trente ans pour Catherine Pont-Humbert

catherineponthumbert4natachaviguie Pour Carnets de Montréal, l’auteure française Catherine Pont-Humbert s’est entretenue avec 24 créateurs montréalais afin de recueillir le témoignage de chacun sur « son » Montréal. Que savons-nous du quotidien des artistes, de leurs parcours, de leurs lieux de vie, de leurs interrogations, de leurs regards sur la ville qui abrite leurs créations ? Partager la richesse artistique de Montréal à travers les yeux des créateurs, des immigrants...   

Qu’est-ce qui vous a  attirée initialement  au Québec?

carnets_montreal La genèse  du projet  remonte aux années où j’ai vécu à Montréal il y a 30 ans. Et ensuite c’est une histoire qui s’est tissée au fil des années lors de mes différents séjours ici. J’ai fait de  nombreux allers et retours entre Paris et Montréal et j’ai peu à peu développé un lien privilégié avec la ville et ses créateurs.

Un lien fort qui a débuté par votre thèse. Quel en était le thème ?

Ma thèse portait sur la littérature du Québec.  À l’époque, presque personne ne lisait la littérature du Québec en France, c’était un peu comme être une pionnière. Depuis, heureusement, cela a bien changé.  C’est fou, on ignorait la richesse de la littérature d’ici ! Je dois avouer que moi-même je l’ai découverte à Montréal en tant qu’étudiante en lettres, très curieuse des livres.  J’ai découvert des milliers de textes d’auteurs écrivant en français dont j’ignorais tout. J’ai trouvé cela excitant de travailler sur un territoire vierge.

Montréal est une ville métissée,  il semble que vous soyez attirée par la rencontre des cultures :

Montréal est une ville de métissage. C’est un des aspects de la ville que j’apprécie énormément. Dans les rues, on entend parler toutes les langues et on voit même au niveau de l’urbanisme que cette ville s’est construite au fil des années, des siècles avec l’apport des immigrants qui venaient du monde entier. Au  bord du fleuve,  on voit bien que ce sont les communautés francophones et anglophones qui se sont installées là, ensuite  on rencontre la communauté chinoise, puis le quartier grec, portugais, le quartier italien, plus au nord les haïtiens.  Donc, on voit très clairement que la ville s’est construite avec l’apport des immigrants. Dans un premier temps,  sont-ils venus certainement trouver un abri à Montréal puis il y ont fait souche. C’est une caractéristique de Montréal, c’est que les gens ne sont pas de passage. Les gens restent et ils enrichissent la communauté.

Qu’est-ce qui vous a le plus touchée, bouleversée il y a trente ans quand vous êtes arrivée et est-ce que cela demeure aujourd’hui au Québec?

[caption id="attachment_14177" align="alignright" width="330"]Alex Tran Alex Tran[/caption] À Montréal, je parle de Montréal parce que, hélas,  je ne connais pas bien le reste du Québec, c’est probablement le rapport à l’espace que qui m’a plu. Cela m’a intéressée d’emblée, c’est une ville dans laquelle on respire différemment, le rapport à l’espace n’est pas le même qu’en France, une dimension nord-américaine. Les lumières, la largeur des rues, la hauteur des immeubles. En tant que française et parisienne, j’ai senti là un dépaysement très fort qui m’a séduite. Ensuite, cette richesse culturelle dont nous avons parlé qui est quelque chose de très fort et en troisième lieu, une grande facilité de contact avec les gens. Il y a moins d’obstacles dans un premier temps, après les hiérarchies se font comme partout bien évidemment, mais les contacts sont plus immédiats et plus spontanés, il y a moins de portes qui se referment  par rapport à la vieille Europe.

Si je vous demandais trois traits distinctifs de Montréal ?

[caption id="attachment_14178" align="alignleft" width="279"]2-carnets_farinefiveroseslr_alextran Alex Tran[/caption] Montréal est éclectique,  imprévisible, ce n’est pas une ville qui se donne facilement. Comme ce n’est pas une ville qui attire par sa beauté de prime abord, il faut se donner la peine d’aller à sa rencontre. Elle a beaucoup de charme et ne se livre pas aisément.  Il faut aller chercher dans les petits coins, s’installer dans les cafés, prendre son temps pour la découvrir.  En fait, il faut y vivre.        
85c56d0a debc 4f86 9ce2 13c6bc06697e

Auteur :

Autres actualités

58bd4c1c 49d7 4a04 92f6 f923ad9f5186
De la collecte de bonbons aux mystérieuses ruelles hantées, armez-vous de courage et suivez le guide pour passer, en famille, une fête d’Halloween 100 % montréalaise !

Publié le : 25 octobre 2018

664a6620 f1f1 42d0 ae34 d9c6972058ab
Chaque mois, La Vitrine invite une personnalité montréalaise, ambassadrice de la diversité culturelle, à nous partager ses idées de sorties culturelles. Ce mois-ci, notre invité est artiste multidisciplinaire : Monsieur Ralph A. Maingrette.

Publié le : 02 août 2018