Logo color

Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 21 août 2016

On cible des candidats et on les attire avec une offre d'emploi

En tant que directrice du volet attraction de talents et entrepreneurs internationaux à l’agence de développement économique régionale Québec International (QI), Marie-Josée Chouinard se spécialise dans le recrutement de travailleurs à l’étranger. En plus d’avoir élaboré le portail régional de référencement quebecentete.com, elle coordonne plusieurs missions de recrutement chaque année, qui ont permis à la région d’embaucher 1382 professionnels depuis 2008.

Quels sont les enjeux mais aussi les points forts de la région de la Capitale-Nationale ?

Notre économiste, chez QI, aime dire que Québec est un marathonien. On vit une croissance soutenue depuis de nombreuses années, malgré les soubresauts de l’économie mondiale. En plus de l’énorme secteur financier et des assurances qui est très stable, on a une industrie du savoir en pleine effervescence, quand on regarde les secteurs de l’informatique, des sciences de la vie, des jeux vidéo, ou de l’optique-photonique. Parallèlement, Québec a une des populations les plus vieillissantes du Canada. Donc, à l’heure actuelle, on a plus de gens qui quittent le marché du travail que de jeunes en âge de prendre leurs places. Les profils en technologies de l’information (TI) sont très recherchés, mais il ne faut pas négliger les secteurs manufacturier et touristique.

Vous attirez alors des travailleurs étrangers. Comment procédez-vous?

Depuis 2008, on fait des efforts d’attraction à l’étranger, en collaboration avec des acteurs gouvernementaux, municipaux, et des entreprises de la région. On cible des candidats pour des postes spécifiques à pourvoir, et on les attire avec une offre d’emploi. On fait trois missions de recrutement par année. Deux à Paris, où on cible surtout le bassin francophone, et une mission virtuelle en Amérique latine, où on vise des partenaires principalement au Brésil, en Colombie et au Mexique.

Que faites-vous pour favoriser la rétention?

On a un bon taux de rétention dans la région de Québec, certainement grâce à l’emploi. Il est de 90 %. En fait, l’employeur est vraiment une clé du succès de la rétention. Dès la première année d’arrivée des travailleurs, on fait un suivi avec tous les employeurs. Une de nos façons de faire est d’améliorer les compétences de gestion des ressources humaines des employeurs qui doivent composer avec une nouvelle réalité de diversité culturelle.

Selon vos observations, quels sont les obstacles à une bonne intégration?

Le plus gros enjeu est qu’une des deux personnes dans le couple a trouvé un emploi mais l’autre est encore à la maison. Dans ce cas, on encourage la personne à faire du bénévolat, parce qu’il faut vraiment éviter l’isolement.... Retrouvez la suite de l'article en téléchargeant gratuitement le dossier " Vivre en région au Québec".

Auteur :

Autres actualités

5a5c6c71 3370 45ea aba0 162241afd0a2
Pour une 7e édition, Place aux jeunes en régions (PAJR) et le Mouvement Desjardins organisent du 5 au 9 février la Semaine des Régions. Une série d’événements organisés conjointement à Montréal et à Québec.

Publié le : 07 février 2018

E60beda3 67e9 4813 8f2f 2eebdfc636f8
Voici les dernières mises à jour concernant les délais de traitement des dossiers pour une demande d’immigration au Québec communiquées sur les sites web du ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI) et d’Immigration, Réfugiés, Citoyenneté et Immigration Canada (IRCC).

Publié le : 15 février 2018

Publicité
Publicité
Publicité