Logo color
Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 01 décembre 2017

2 000 $ par enfant pour financer leurs études?

Nous nous penchions récemment à l'intérêt, pour les parents, d'anticiper le financement des études de leurs enfants et à la solution offerte par le Régime enregistré d’épargne-études (REÉÉ). Intéressons-nous aujourd'hui plus précisément aux revenus modestes, inférieurs ou équivalents à 45 916 $ pour des familles de 1 à 3 enfants nés à partir de 2004. Sous réserve d'admissibilité, la création d'un REÉÉ ouvre droit au Bon d’études canadien (BEC), une subvention du gouvernement canadien qui peut atteindre jusqu'à 2 000 $ par enfant, sans aucune obligation de cotisation pour les parents.

Comment fonctionne le BEC?  

À l’ouverture du régime, un premier versement de 500 $ est fait par le gouvernement. Par la suite, pour chaque année où le revenu est admissible, un montant de 100 $ par année est versé, jusqu’à un maximum de 2 000 $ par enfant. Rappelons que vous n’êtes pas obligé d’y verser un seul sous.

Malheureusement, cette subvention est mal connue. Seulement 37 % des familles admissibles en bénéficient. Les associations coopératives d’économie familiale (ACEF) constatent sur le terrain que les familles à faible revenu croient à tort qu’elles sont obligées de déposer de l’argent. C’est donc pour cette raison qu’elles n’ouvrent pas de REÉÉ. Mais il n’est pas trop tard pour agir car le BEC est rétroactif ! Si votre enfant est né après 2004, les montants pour chaque année suivant votre arrivée au Canada où le revenu familial était admissible seront versés.

Des subventions s’ajoutent si vous cotisez. 

Dès lors que vous contribuez au REÉÉ de vos enfants, des subventions fédérales et provinciales variant entre 30% et 60% s’ajoutent à vos cotisations, que vous soyez admissible au BEC ou pas. Plus vos revenus sont bas, plus les subventions sont généreuses.

Attention de bien choisir votre REÉÉ.

Ne signez pas avec le premier vendeur qui vous sollicite sans d’abord vous informer ailleurs et comparer. Un grand nombre d’institutions offrent des REÉÉ, mais elles n’offrent pas toutes les trois types de régimes individuel, familial et collectif. Certains régimes impliquent des frais d’inscription importants, souvent mal expliqués, des cotisations obligatoires chaque mois et diverses conditions pour le versement des bourses aux étudiants. Il s'agit de vous renseigner précisément et poser vos questions. Nous avons vu dans nos ACEF des personnes qui ont perdu de l’argent et qui regrettent d’avoir signé sans s’être informé davantage.

Pour bien choisir, visitez le  www.reee-info.net, développé par Union des consommateurs. Vous y trouverez, entre autres, une liste de questions à poser et le numéro de votre ACEF pour avoir de l’information ou demander notre brochure gratuite.

Participez au CONCOURS, vous pourriez GAGNEZ 1 000 $ 

pour les études de vos enfants!

4 600 $ en prix

Tous les détails sur  www.reee-info.net

Auteur :

Autres conseils d'experts

E127c20b db22 46ff 92a6 d0d104eee0b4
Nombreux sont les immigrants qui connaissent des difficultés à se faire des amis québécois. De toutes les questions liées à l'immigration, celle de l'intégration sociale est sans doute l'une des plus sensibles, car elle l'une des plus imprévisibles avant son arrivée.

Publié le : 11 avril 2018

59f2364a a5ee 4c9d adbe 9d0b0cefc17b
Alors que 86 % des personnes immigrantes et des nouveaux arrivants au Québec s’installent à Montréal, 55 % des emplois se trouvent en réalité… à l’extérieur de la métropole, en régions !

Publié le : 11 avril 2018