En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d’analyse et de statistiques visant à améliorer le contenu du site et votre expérience En savoir plus
Logo color
Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 08 novembre 2017

Anticipez les études de vos enfants avec le REEE

Savez-vous qu’il existe une épargne spécialement conçue pour les études post-secondaires et qu’elle bénéficie de subventions publiques ? C’est le Régime Enregistré Épargne Études (REEE). Voici un mode d'emploi en quatre points pour saisir l'opportunité de mettre de l’argent de côté et aider vos enfants à financer leurs études.

Pour quoi ?

Au Québec, poursuivre sa formation après le secondaire coûte de l’argent quel que soit le domaine choisi : programme d’apprentissage, université, école de métier, etc. Même s’il s’agit d’un établissement public, il y a des droits de scolarité à acquitter. C’est pourquoi il peut être judicieux d’anticiper ces dépenses en commençant à épargner le plus tôt possible.

Pour qui ?

Toutes les familles y ont droit sans conditions de revenus. Le REEE peut s’ouvrir dès la naissance de l’enfant jusqu’à la fin de l’année civile de ses 17 ans. Cela concerne tous les enfants qui vivent sur le sol canadien, y compris ceux qui n’ont pas la citoyenneté, à condition toutefois d’être titulaire de la résidence permanente. Si vous êtes arrivés au Québec alors que vos enfants sont déjà adolescents, sachez que vous pouvez quand même y prétendre avant la fin de l’année civile de leurs 15 ans.

Comment ça fonctionne?

Première chose à faire : vérifiez que l’établissement financier auquel vous souhaitez vous adresser est bien mandaté et peut vous proposer un REEE, que celui-ci soit individuel ou familial. Sauf exceptions, il n’y a pas de montant minimum à prévoir et, comme tout produit financier, le REEE varie en fonction des frais ou du taux de rendement proposé ainsi que du type de régime auquel il est soumis (privé ou collectif). Autant d'éléments déterminés avec votre conseiller au moment de dresser votre profil d’investissement.

Une fois votre décision prise, vous ferez des versements mensuels ou annuels selon les montants que vous aurez établis. Vous pourrez les modifier en cours de route avec comme seule restriction, un plafond cumulatif de 50 000 dollars. Pour chaque 100 dollars que vous déposerez, l’Agence du Revenu du Canada (ARC) versera 20 dollars et le gouvernement québécois 10 dollars. La subvention fédérale peut aller jusqu’à 500 dollars maximum par enfant et par année et l’incitatif québécois à l’épargne-études jusqu’à 250 dollars.

Enfin pour les familles dont les revenus nets sont inférieurs à 45 282 dollars par an, même dans le cas où ils ne peuvent pas contribuer au régime, le Bon d'études canadien (BEC) peut remettre un montant plafonné à 2 000 dollars par enfant né après le 31 décembre 2003.

Si l’enfant ne fait pas d’études ?

En principe, le REEE est actif jusqu’au 35ème anniversaire de son ouverture et peut être transféré à un membre de la fratrie, sous certaines conditions. S'il n’est pas utilisé dans un programme de formation admissible, les subventions gouvernementales devront être totalement remboursées. Le compte peut aussi être clôturé à tout moment contre paiement d'impôts sur les revenus de placement accumulés - à moins de transférer ces derniers à son Régime enregistré d'épargne-retraite (REER).

Prenez contact avec les conseillers Desjardins qui communiqueront avec vous à propos du REEE. Vous pouvez également vous informer directement sur leur site.

Auteur : Desjardins

1er groupe financier coopératif au Canada. Afin de faciliter votre intégration, nous vous accompagnons pour tous vos besoins financiers.

En savoir plus

Autres conseils d'experts

Deee3ce1 378a 4d6e 8468 1b657a518ae7
On compte près de 10 000 bus scolaires qui assurent le transport de près de la moitié des jeunes Québécois inscrits à l’école, publique ou privée. Mais comment fonctionne ce service si pratique pour les familles ?

Publié le : 06 septembre 2018

0ba687b1 3755 436a ad5d 103e6dc27579
Si un grave accident ou une maladie dégénérative vous privait de vos facultés mentales, qui pourrait légalement s’occuper de vous ?

Publié le : 30 août 2018