En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d’analyse et de statistiques visant à améliorer le contenu du site et votre expérience En savoir plus
Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 06 février 2019

Comment convaincre un propriétaire de vous louer son logement

cautionnement rassurer propriétaire logement location bail

Au Québec, louer un bien immobilier est en principe assez simple. Mais pour le nouvel arrivant qui cherche un premier logement, il est parfois difficile d’apporter toutes les garanties exigibles par le propriétaire, particulièrement financières. Mais l’absence des garanties habituelles ne signifie pas que le nouvel arrivant est dépourvu de levier pour rassurer son futur propriétaire – et obtenir à bon compte le logement de ses rêves ! 

Les conditions pour louer

Vous avez un statut d’étudiant, de travailleur temporaire ou permanent et vous venez d’arriver au Québec. Après des recherches approfondies selon les quartiers et établissement de votre budget, vous avez finalement déniché le condo parfait. Mais avant de signer le bail, vous allez devoir convaincre le propriétaire ou le courtier que vous êtes bien en capacité de payer le loyer demandé.

Des documents comme un contrat de travail à durée indéterminée ou encore des fiches de salaires peuvent vous être demandés. Mais être en mesure de payer est une chose ; être un bon payeur en est une autre. C’est pourquoi le propriétaire jouit d’un droit très important : celui de pouvoir réaliser une enquête de crédit sur son futur locataire, une solution bien plus fiable et précise qu’une attestation d’un hypothétique précédent bailleur québécois. C’est ce point qui peut poser problème aux nouveaux arrivants.

En effet, en Amérique du Nord, la confiance financière est directement liée à la façon dont vous payez les sommes dues à échéances (vos abonnements, par exemple), ainsi que vos dettes, à commencer par le solde de votre carte de crédit canadienne. Si vous payez à échéance, cela vous ouvrira la porte d’autres crédits. À l’inverse, si vous ne payez pas ou en retard, vous serez considéré comme mauvais payeur et risquerez d’avoir des difficultés à susciter la confiance de vos créanciers, dans toutes vos opérations financières.

Dans un cas comme dans l’autre, il vous faut avoir passé suffisamment de temps sur le territoire pour que l’on puisse évoquer un « historique ». Un temps bien souvent insuffisant pour le nouvel arrivant, qui est trouve dans l’incapacité de faire état d’une cote de crédit. C’est ainsi qu’à défaut de garanties suffisantes, il peut se voir refuser le logement convoité.

Le propriétaire peut-il exiger un dépôt de garantie ?

Pour sécuriser leurs rapports, certains gouvernements permettent au propriétaire d’exiger du locataire une caution, autrement appelé « dépôt de garantie ». Cela revient, pour ce dernier, à bloquer une somme d’argent équivalente à un ou plusieurs mois de loyer, accessible au propriétaire en cas de défaut de paiement. Mais cette option n’est pas envisageable au Québec, où le dépôt de garanti est tout simplement interdit. Aucun propriétaire ou organisme ne peut vous demander de leur adresser ainsi une somme d’argent pour garantir votre accès au bail et en aucune façon devez-vous répondre à une telle demande, dont l’illégalité met en péril votre droit au recouvrement de la caution en cas de refus de remboursement par le propriétaire.

C’est la raison pour laquelle la garantie financière réclamée en amont par les bailleurs est si importante et pourrait jouer en votre défaveur si vous ne répondez pas aux exigences d’une bonne cote de crédit. Si, pour une raison quelconque, le bail n’est pas honoré, le propriétaire sait que l’attendent des procédures longues et compliquées pour récupérer les loyers impayés. En théorie, le propriétaire n’a pas le droit de refuser la location sans raison valable, ce qui serait considéré comme discriminatoire et pourrait se retourner contre lui. Dans la pratique, rares sont les locataires refoulés qui mettent en cause un refus abusif d’un propriétaire.

La solution du cautionnement

Ne désespérez pas pour autant si vous venez d’arriver au Québec et que vous n’êtes pas en mesure de présenter les garanties exigées par le propriétaire. Si le propriétaire se montre hésitant à signer un bail avec vous, vous pourrez toujours lui proposer une solution de cautionnement, à ne surtout pas confondre avec la caution. Vincent Dufay, directeur de la communication de Locnest, résume situation et solution ainsi : « Il arrive que les nouveaux arrivants ne connaissent pas la législation et se retrouvent à bloquer l’équivalent d’une année de dépôt de garantie. Nous les accompagnons dans le processus de cautionnement, qui est très différent du dépôt de garantie, puisque vous ne bloquez aucun fonds et votre argent reste accessible ». Le cautionnement revient pour le locataire à faire appel à un organisme dont la fonction est de garantir le paiement de son loyer et, par conséquent, de protéger les intérêts du propriétaire du logement. Seuls prérequis : une simple enquête de solvabilité et le paiement, par le locataire, d’une rémunération correspondant à un pourcentage fixe du montant de la location. De quoi lever les éventuelles inquiétudes d’un propriétaire récalcitrant, qui n’aurait rien à débourser. Une opération gagnant-gagnant, pour vous comme pour lui, et sans doute le meilleur moyen de garantir votre accès au logement, en toute sécurité !

***

Vous venez d’arriver au Québec et n’avez aucun antécédent vous permettant de prouver votre solvabilité dans le cadre d’une signature de bail ? Prenez contact avec Locnest qui se chargera de votre cautionnement.

Auteur :

Locnest propose aux Canadiens et aux personnes souhaitant s'installer au Canada, ses services de cautionnement de baux résidentiels pour offrir plus de sécurité aux propriétaires et plus d’options aux locataires.

Autres conseils d'experts

L’industrie du transport est confrontée à un fort besoin de main-d’œuvre, au Québec. Quels sont les métiers les plus demandés et quelles sont les conditions pour pouvoir les exercer ?

Publié le : 27 mai 2019

Vous voulez immigrer au Canada ? Encore faut-il déterminer le programme qui vous correspondra le mieux !

Publié le : 14 juin 2019