Logo color

Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 09 août 2016

Conduire au Québec

Si vous venez d’arriver au Québec, une des premières difficultés que vous allez devoir surmonter est celle de la conduite locale. Pour le meilleur comme pour le pire, vous devrez vous adapter aux règles propres à la province car beaucoup diffèrent de votre pays d’origine. Pour commencer, vous devez contacter la Société d’Assurances Automobile du Québec (SAAQ) afin d’obtenir votre permis de conduire québécois. Gardez cependant à l’esprit que votre permis est provincial, ce qui veut dire que si vous quittez le Québec pour une autre province canadienne, vous devrez faire une nouvelle demande. Voici quelques conseils pour affronter la route ici.

L’ambiance sur la route

Vous l’entendrez dans les bouches de tous les nouveaux arrivants : au Québec, les gens sont beaucoup plus civilisés sur la route que dans la majorité des pays. Moins stressés, les Québécois klaxonnent peu et pour cause : on ne l’utilise ni pour manifester sa colère, ni pour célébrer un événement mais uniquement en cas d’extrême nécessité, sous peine de recevoir une amende de 100$ minimum.

Quelques particularités

Si l’ambiance est plutôt bonne sur la route, libre à vous de la maintenir en connaissant le code de la route québécois, car même entre les villes de la province, certaines règles peuvent changer.

  • Le virage à droite au feu rouge est permis partout au Québec, sauf sur l'île de Montréal et aux intersections où un panneau de signalisation l'interdit.
  • Les sens uniques sont très nombreux au Québec, tout particulièrement à Montréal. Bien souvent de petits panneaux  indiquent (souvent en tout petit) que la rue est à sens unique et viennent remplacer le fameux « sens interdit ».
  • Les embouteillages aux heures de pointe peuvent être très importants (le taux de congestion moyen est de 26% à Montréal)
  • Les feux de signalisation – ou « lumières » comme appelés localement - sont de l’autre côté du croisement (donc après le passage piéton !). Prenez garde à bien vous arrêter avant pour ne pas vous retrouver au milieu du carrefour
  • Bien souvent vous tomberez sur 4 panneaux « ARRÊT »  aux carrefours - l’équivalent du panneau STOP – auquel cas la priorité est donnée au conducteur qui s’est arrêté en premier
  • Lorsqu’un autobus scolaire est arrêté avec ses feux clignotant, ne le dépassez surtout pas ; que vous soyez derrière lui ou que vous le croisiez. Cette infraction est l’une des plus lourdement punies par le code de la route Québécois.

Zoom autoroutes

Même si certaines autoroutes ont des noms (Autoroute de l’Acier par exemple), vous les verrez plus souvent indiquées par des numéros. Les nombres pairs renvoient aux autoroutes qui vont d’est en ouest tandis que les nombres impairs font référence à celles qui vont du nord au sud. L’autoroute 50 relie ainsi Gatineau à l’Ange Gardien tandis que l’autoroute 15 relie Montréal à Mont-Tremblant.

Plus encore, les autoroutes à deux chiffres désignent les autoroutes principales alors que les autoroutes à trois chiffres indiquent les routes secondaires, souvent préférées aux premières pour leurs paysages idylliques et villages pittoresques en cas d’excursion. Gardez toutefois à l’esprit qu’il n’y a presque jamais d’aires d’autoroutes. Pour l’essence, les encas et les envies pressantes, vous devez quitter l’autoroute ; une information non négligeable pour vos voyages en famille.

Enfin la vitesse maximale autorisée n’est que de 100km/h alors modérez vos ardeurs !

Autres conseils d'experts

5cf94d53 d241 48bb b563 e2872bc1b335
Vous êtes un étudiant en fin de baccalauréat ou une personne en reconversion professionnelle, et vous souhaiteriez exercer un métier passionnant, offrant de bonnes conditions de travail et des perspectives d’emplois intéressantes ?

Publié le : 31 janvier 2018

4fc7b116 86c3 41b1 8c11 02f3b854a7a3
Être bien intégré dans son milieu de travail est une des clés du bonheur en emploi.

Publié le : 25 janvier 2018