En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d’analyse et de statistiques visant à améliorer le contenu du site et votre expérience En savoir plus
Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 12 juin 2019

De professeur à professionnel en assurance de dommages

assurance de dommages Québec emploi avenir

Ce n’est pas parce que vous n’êtes pas familier avec les assurances que ce milieu vous est fermé, au contraire. Quand Jean-Grégory Destin est arrivé au Québec en 1995 depuis Haïti, où il était professeur de langues, les organismes d’aide aux nouveaux arrivants n’étaient pas aussi nombreux que maintenant. C’est progressivement que son parcours l’a amené à l’assurance de dommages. « J’ai repris des études en informatique pendant trois ans puis, faute d’emploi, j’ai été chauffeur de taxi. J’ai continué à garder un œil ouvert sur les possibilités et j’ai découvert le monde de l’assurance de dommages ». Une attestation d’études collégiales (AEC) en assurance de dommages suivie intensivement en 11 mois le propulse chez Wawanesa, où il travaille depuis maintenant dix ans et où il occupe le poste de superviseur à la souscription.

L’assurance de dommages : une carrière à considérer pour les nouveaux arrivants

Il se peut qu’en arrivant d’un autre pays, vous ayez déjà un bagage (diplôme ou expérience professionnelle) dans le secteur des assurances. Toutefois, certaines professions en assurance de dommages nécessitent l’obtention préalable d’un permis délivré par l’Autorité des marchés financiers (AMF). C’est le cas pour les agents en assurance de dommages, courtiers en assurance de dommages et experts en sinistre qui doivent réussir une série d’examens de l’AMF puisque ces professionnels sont en relation avec le public. D’autres professions, comme celle de souscripteur, n’y sont pas soumises.

C’est avec beaucoup d’enthousiasme que M. Destin partage son expérience à ce sujet : « Il y a plusieurs façons de vous préparer. Vous pouvez suivre une attestation d’études collégiales qui vous prépare très bien aux examens. Un stage rémunéré de 6 à 12 semaines complète les conditions requises. Vous pouvez aussi commander les livres, les étudier chez vous, passer les examens et ensuite réaliser votre stage. »

Bien que les entreprises se tournent volontiers vers les candidats ayant une formation comme l’attestation d’études collégiales (AEC) en assurance de dommages ou le diplôme d’études collégiales (DEC) Techniques de services financiers et d’assurances, les habiletés relationnelles élevées sont des critères pesant également dans la balance.

Jean-Grégory souligne aussi l’importance des mises à jour : « Depuis que j’ai débuté, je continue à suivre des formations. Il y a toujours tellement de choses à apprendre, qu’il ne faut pas se contenter des connaissances acquises et des diplômes. Cela nous aide à évoluer à l’intérieur même de notre poste, mais aussi à bénéficier de promotions ».

L’assurance de dommages : un secteur en développement

L’industrie de l’assurance de dommages est en pleine mutation, conséquence de la transformation des habitudes des consommateurs ainsi que des technologies de plus en plus innovantes. Pour les nouveaux arrivants, c’est le moment d’envisager une carrière dans cette industrie qui propose plus de 1 500 postes à pourvoir chaque année au Québec, selon la Coalition pour la promotion des professions en assurance de dommages.

Au cours des dernières années, les embauches visaient surtout à pallier les départs à la retraite. Aujourd’hui, elles répondent, pour six embauches sur dix, à la croissance du secteur. Les principales professions en demande sont :

Si les agents proposent les produits d’assurance d’une seule compagnie, il en va différemment des courtiers, dont le travail est de trouver pour son client le produit d’assurance le mieux adapté parmi ceux de plusieurs compagnies.

Les souscripteurs interviennent auprès des courtiers pour analyser le risque des dossiers des clients et déterminent s’il répond bien aux normes de la compagnie.

Les experts en sinistre, eux, entrent en jeu après un sinistre (accident, incendie, inondation, etc.) pour évaluer les dommages et prendre action pour aider l’assuré à revenir à sa vie normale.

***

Séduits par les professions en rapport avec l’assurance de dommages ? Informez-vous auprès de la Coalition pour vous ouvrir les portes de cet univers.

Auteur : Prosdelassurance.ca

Vous êtes nouvellement arrivés au Québec et désirez une carrière prometteuse? L’assurance de dommages offre des possibilités de carrière intéressantes et diversifiées!

En savoir plus

Autres conseils d'experts

Chaque mois, Immigrant Québec vous livre le portrait d'une personne issue de la diversité et de son intégration au Québec.

Publié le : 06 juin 2019

Le domaine de l’aérospatiale et de l’aéronautique n’est pas près de manquer d’air. Plus de 37 000 emplois seront à combler au Québec d’ici 2028.

Publié le : 23 mai 2019