En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d’analyse et de statistiques visant à améliorer le contenu du site et votre expérience En savoir plus
Logo color
Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 13 septembre 2018

Entrevue avec Kathy Baig, présidente de l'Ordre des ingénieurs du Québec

kathy baig oiq entretien réforme

Nous avons rencontré Madame Kathy Baig, ing., FIC, MBA, présidente de l’Ordre des ingénieurs du Québec, à l'occasion de l'entrée en vigueur du très attendu nouveau règlement qui encadre le processus d'admission des professionnels formés à l'étranger. Elle nous en explique ici la portée et les conséquences.

IQ : Madame Baig, l’intégration des professionnels formés à l’étranger est un enjeu important. Comment l’Ordre des ingénieurs du Québec arrive-t-il à mieux intégrer lesimmigrantsqui souhaitent pratiquer le génie au Québec ?

KB : Parmi les ordres qui reçoivent et acceptent le plus de demande, l’Ordre des ingénieurs du Québec occupe déjà une position de leader en matière d’intégration des professionnels formés à l’étranger (PFÉ) dans le domaine du génie et des sciences appliquées. Malgré cela, nous sommes conscients que nous pouvons faire encore mieux.

La révision du règlement encadrant le processus d’admission des professionnels formés à l’étranger (PFÉ) est ainsi entré en vigueur le 31 mai dernier à l’Ordre des ingénieurs du Québec. Ces nouvelles règles sont une bonne nouvelle pour les PFÉ qui souhaitent pratiquer le génie au Québec, mais leur intégration repose également sur le travail et la collaboration de nombreux intervenants, notamment les organismes de soutien aux personnes immigrantes, les universités et les diverses instances liées au marché du travail qui doivent être solidaires pour faciliter leur parcours. Leur admission se fera également en maintenant notre rigueur habituelle dans l’évaluation des dossiers pour s’assurer de délivrer des permis à des professionnels détenant toutes les compétences requises pour assurer la protection du public dans le cadre de leurs fonctions.

IQ : Comment ce nouveau règlement facilitera l’admission des PFÉ ?

KB : Selon le pays où le professionnel a été formé, il y a deux voies d’accès pour pratiquer le génie au Québec :

  • avec accords de reconnaissance mutuelle de diplômes ;
  • sans accord de reconnaissance mutuelle de diplômes.

C’est principalement pour cette deuxième catégorie de PFÉ que le nouveau règlement s’avère facilitant. Le règlement permettra une approche plus personnalisée de l’évaluation des demandes d’équivalence. Auparavant, l’étude des dossiers sans accord de reconnaissance se basait uniquement sur les diplômes et la formation obtenus.Avec la nouvelle réglementation, non seulement l’analyse va prendre en compte les diplômes et la formation obtenus, mais elle va aussi considérer l’expérience de travail des candidats.

Une autre différence importante entre l’ancien et le nouveau règlement porte sur les moyens mis à la disposition des candidats à la profession, lorsque, suite à l’étude du dossier, des lacunes sont observées. Avec l’ancien règlement, les candidats pouvaient se voir prescrire jusqu’à 11 examens visant à tester et compléter leurs connaissances, ce qui pouvait s’avérer une étape exigeante nécessitant un certain retour aux études.

Avec le nouveau règlement, les lacunes pourront être comblées de différentes façons, notamment en suivant un cours universitaire ou en participant à un projet supervisé.

Avant la mise en vigueur du nouveau règlement, il est vrai que le processus pouvait être long pour certains PFÉ, ce qui occasionnait un taux important d’abandon. J’espère sincèrement que les modalités de ce nouveau règlement aideront les immigrants qui souhaitent pratiquer le génie au Québec à poursuivre leur cheminement, qui peut parfois s’avérer difficile.

Selon les statistiques dont nous disposons, nous espérons au cours des prochaines années :

  • augmenter le taux d’obtention du permis chez les PFÉ de 58 % à 75 % ; 
  • réduire le délai moyen d’accession à la profession de 16 mois à 8 mois.

Ce nouveau règlement a été élaboré en se basant sur les meilleures pratiques des associations canadiennes d’ingénieurs.

IQ : L’Ordre des ingénieurs aide-t-il les PFÉ à se trouver un emploi ?

 KB : Bien que nous ayons revu notre règlement pour faciliter l’accès des PFÉ à la profession, l’intégration au travail d’un professionnel formé à l’étranger n’est pas du ressort de l’Ordre, car ce n’est pas sa mission. Le mandat premier d’un Ordre est d’assurer la protection du public. Le seul fait d’obtenir son permis de pratique en génie au Québec ne garantit pas qu’un PFÉ accède avec succès au marché de l’emploi. Certains organismes externes ont déjà mis en place des activités de recherche et d’aide à l’emploi pour les ingénieurs formés à l’étranger. Cependant, nous pouvons rassurer les employeurs sur la validité des mécanismes en place pour valider les compétences des professionnels formés à l’étranger.

IQ : Immigrant Québec est heureux de travailler en collaboration avec vous pour aider vos PFÉ à immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec. Avez-vous contacté d’autres organismes pour vous aider ?

KB : Une collaboration entre les divers intervenants concernés de près ou de loin par la réalité de l’immigration est essentielle pour assurer l’intégration des PFÉ au marché du travail. Les universités, les organismes de soutien des personnes immigrantes, les nombreux partenaires qui sont en contact avec les personnes qui souhaitent immigrer au Québec, la communauté des affaires et les diverses instances liées au marché de l’emploi doivent être solidaires pour faciliter le parcours des PFÉ. Ils doivent mettre l’épaule à la roue pour assurer l’intégration des nouveaux arrivants.

C’est plus qu’un changement de règlement dont nous avons besoin. Les ordres professionnels représentent le premier maillon d’une longue chaîne vers l’intégration complète des PFÉ au marché de l’emploi. L’obtention d’un permis pour pratiquer le génie n’est que le début du processus. C’est un véritable changement de culture au sein de notre société qui permettra aux PFÉ de faire partie intégrante du marché de l’emploi et de continuer à faire rayonner le génie eux aussi au Québec et ailleurs.

***

Nous vous invitons à visiter le permis.oiq.qc.ca pour avoir plus d’information sur le nouveau règlement encadrant le processus d’admission des PFÉ. Si vous avez des questions, nous vous invitons à joindre notre service à la clientèle par courriel à sac@oiq.qc.ca ou par téléphone au 514 845-6141, ligne sans frais : 1 800 461-6141 au poste 2398 du lundi au vendredi de 8 h 30 à 17 h.

Auteur : Ordre des ingénieurs du Québec

L’Ordre des ingénieurs du Québec a pour mandat d’encadrer l’accès à l’exercice de la profession et, par conséquent, de faciliter l’intégration des nouvelles recrues

En savoir plus

Autres conseils d'experts

55cb0742 a8e1 4a17 8790 092dc6261792
Repartir de zéro d'un point de vue professionnel implique souvent de cesser l'exercice de son ancien métier et d'en réapprendre un. Le Québec offre un large choix de programmes destinés aux personnes qui souhaitent réorienter leur carrière.

Publié le : 12 septembre 2018

316d6506 6387 4ab5 a79e c3fd10b694e2
Que vous projetiez de retourner dans vos familles ou simplement vous faire bronzer sous le soleil du Mexique pendant les premières vagues de froid, mieux vaut s’y prendre en avance pour profiter des meilleurs tarifs et s’éviter les mauvaises surprises

Publié le : 06 septembre 2018