En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d’analyse et de statistiques visant à améliorer le contenu du site et votre expérience En savoir plus
Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 23 mai 2019

Envolez-vous vers les métiers aéronautiques

Le domaine de l’aérospatiale et de l’aéronautique n’est pas près de manquer d’air. Plus de 37 000 emplois seront à combler au Québec d’ici 2028, dont une bonne partie pour des techniciens qualifiés. Pour les nouveaux arrivants, avoir une formation offerte par une maison d'enseignement reconnue comme l'École nationale d'aérotechnique est le meilleur moyen d’intégrer ce milieu.

Des emplois en demande et bien rémunérés

Selon la grappe sectorielle Aéro Montréal, l’aérospatiale et l’aéronautique emploient un travailleur québécois sur 111, ce qui représente la plus forte densité au monde dans le domaine. La réputation d’excellence de sa main-d’œuvre attise les ambitions d’un secteur qui place l’innovation, l’agilité et l’audace au cœur de ses valeurs.

Si le domaine est en demande de techniciens connaissant bien leur travail, il propose aussi un environnement de travail stimulant et gratifiant, notamment par une rémunération intéressante avec des salaires moyens oscillant entre 38 903 $ CAN et 68 869 $ CAN annuels.

Non seulement le taux de placement des diplômés est près de 100 %, mais certains d’entre eux sont préembauchés pendant leurs études, les entreprises attendant patiemment qu’ils terminent leur cursus.

Les opportunités de carrière

Dans ce contexte de perspectives d’emploi particulièrement diversifiées, c'est une chance d’avoir à Montréal la plus importante école d’aéronautique d’Amérique du Nord — la seule à former les techniciens de l’industrie au Québec. L’École nationale d’aérotechnique propose ainsi cinq types d’attestations d’études collégiales (AEC) destinées aux adultes en réorientation de carrière ou qui désirent se perfectionner dans leur domaine. Le choix se fait en fonction des intérêts des candidats et par rapport à leur niveau de scolarité. Si vous êtes davantage manuel et que vous avez l’équivalent d’un diplôme d’études secondaires, le métier de technicien en maintenance d'aéronefs est fait pour vous. À l’issue de cette AEC d’une durée de quinze mois (comprenant un stage réalisé à l'École) vous attendent l’entretien, la réparation et l'inspection des aéronefs et de leurs composants. Vous êtes davantage porté sur la gestion, la planification ou le côté technique et administratif ? C’est l’AEC Agent de méthode assemblages structuraux en aéronautique qui vous tend les bras. Pour cette formation de six mois, une expérience dans le secteur de la production industrielle ou un diplôme équivalent à celui d’ingénieur, obtenu dans son pays de provenance est nécessaire.

Des cours adaptés à la réalité du terrain

« À l'École nationale d'aérotechnique (ÉNA), ce qui est intéressant, ce sont les laboratoires qui sont les plus proches de ce que l’on peut voir sur le marché du travail. Tout est concret et on va directement au contenu » expliquent Gabriel Laliberté et Simon Chartrand, tous deux diplômés de l'ÉNA dans un programme s'apparentant à l'AEC en Contrôle de la qualité en aéronautique.  Ce nouveau programme d’une durée de cinq mois forme des inspecteurs dont le rôle est de participer, entre autres, aux activités d’amélioration continue. Michel Fossouo, technicien en avionique chez Bombardier et passionné par le milieu, évoque des professeurs chevronnés toujours disponibles. « Ce qui compte vraiment, c’est la qualité de l’enseignement et des professeurs motivés, qui savent comment construire leurs matières », rappelle Vincent Benedetti, qui a choisi la maintenance d’aéronefs. L'ÉNA (affiliée au Cégep Édouard-Montpetit) se donne comme mission de préparer ses diplômés à être immédiatement opérationnels en dispensant des cours qui répondent directement aux besoins actuels des entreprises. Ses 35 laboratoires pratiques ainsi que ses six hangars abritant 38 avions et hélicoptères plongent directement les étudiants dans la pratique. C’est ce qui explique l’excellent taux de placement des étudiants.

De quoi vous donner envie de vous inscrire à la soirée d’information du 12 juin prochain à l'ÉNA et de réaliser votre rêve d’intégrer ce secteur en effervescence. Et si vous ne vous sentez pas l’âme de l’aventure des airs, une autre séance d’information, organisée le 4 juin au Cégep Édouard-Montpetit, propose d’autres programmes tels que l'AEC en Assurance de dommages ou l'AEC en Techniques d’éducation à l’enfance.

***

Vous avez envie de faire carrière dans l’industrie aérotechnique ? Visitez le site de l’ÉNA affiliée au Cégep Édouard-Monpetit.

Auteur : FORMATION CONTINUE CÉGEP ÉDOUARD-MONTPETIT

La Formation continue du cégep Édouard-Montpetit forme des adultes souhaitant parfaire leurs compétences.

En savoir plus

Autres conseils d'experts

L'immigration au Québec est une compétence partagée entre la province et l'État fédéral. Comment fonctionne ce dispositif unique au Canada ?

Publié le : 20 septembre 2019

La gestion de ses comptes bancaires relève, au Québec, de pratiques nord-américaines que les nouveaux étudiants internationaux doivent rapidement maîtriser pour profiter pleinement de leur vie financière.

Publié le : 03 septembre 2019