Logo color

Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 26 février 2015

Exercer sa profession au Québec : do you speak French ?

Vous aimeriez bien vous installer au Québec et y pratiquer votre profession ! 

Votre profession figure à la liste des 53 professions réglementées au Québec. Vous devez alors vous adresser à l’Ordre professionnel concerné pour connaître les exigences particulières auxquelles doit répondre une personne qui désire obtenir un permis d’exercice. Cependant, il existe des considérations générales d’obtention d’un permis qui sont applicables à l’ensemble des 45 ordres professionnels. Parmi ces considérations figure l’obligation de posséder une connaissance de la langue française appropriée à l’exercice de la profession.

Pourquoi devez-vous maîtriser la langue française ?

Le Québec est une société majoritairement francophone. Une loi, adoptée par l’Assemblée nationale du Québec, la Charte de la langue française, a établi la langue française comme langue officielle. En vertu de cette loi, la connaissance adéquate du français est exigée pour obtenir un permis d’un ordre professionnel. Selon l’article 35 de la Charte, une personne est considérée avoir une connaissance adéquate de la langue française si elle a complété trois années d’études de niveau secondaire ou postsecondaire données en français. Dans les autres cas, toute personne formée à l’étranger qui veut obtenir un permis d’un ordre professionnel doit obtenir une attestation délivrée par l’Office québécois de la langue française.

Comment obtenir cette attestation?

Pour obtenir cette attestation, le candidat doit réussir un examen de l’Office. Cet examen évalue différents critères de connaissance de la langue soit : la compréhension écrite, la compréhension orale, l’expression écrite et l’expression orale. Pour passer l’examen, il faut s’inscrire auprès de l’Office. Pour en apprendre davantage, nous vous conseillons de consulter la Foire aux questions sur l’examen de français destiné aux candidats aux ordres professionnels.

Qu’arrive-t-il si j’échoue l’examen ?

Un ordre professionnel peut délivrer un permis temporaire d’une durée d’au plus un an à une personne qui ne satisfait pas complètement aux exigences portant sur la connaissance de la langue française, mais qui, par ailleurs, est jugée apte à exercer la profession. Ce permis temporaire peut, conditionnellement au respect de certains critères, être renouvelé au plus trois fois. Un des critères de renouvellement est de vous être présenté aux examens de l’Office québécois de la langue française au moins une fois dans l’année suivant l’émission du permis temporaire et de son renouvellement. Pour en apprendre davantage sur le processus d’évaluation de la connaissance de la langue française pour l’obtention d’un permis d’un ordre professionnel, consultez le dépliant publié par l’Office et intitulé Le français, un tremplin pour exercer sa profession au Québec. www.professions-quebec.org

386b31af f77b 4fe7 93ea 1aff53a8b933

Auteur : Conseil interprofessionnel du Québec

Le Conseil interprofessionnel du Québec (CIQ) agit à titre de voie collective des ordres sur des dossiers d’intérêt commun et à titre d’organisme-conseil auprès de l’autorité publique. Comme regroupement des ordres, il est voué à la promotion et à la défense du système professionnel, selon les valeurs qui rassemblent les ordres et en fonction de l’intérêt public. Comme organisme-conseil, il se prononce notamment sur les projets de loi ou de règlement touchant le système professionnel et sur la constitution d’un nouvel ordre ou l’intégration d’un groupe de professionnels à un ordre existant. <a href="https://professions-quebec.org/">Site internet</a>

Autres conseils d'experts

5cf94d53 d241 48bb b563 e2872bc1b335
Vous êtes un étudiant en fin de baccalauréat ou une personne en reconversion professionnelle, et vous souhaiteriez exercer un métier passionnant, offrant de bonnes conditions de travail et des perspectives d’emplois intéressantes ?

Publié le : 31 janvier 2018

6c63f478 ade1 49b9 b570 68730c426716
L’hiver, le plus dur n’est pas forcément de savoir conduire sur chaussée glissante. Des actes anodins, comme trouver une place de parking praticable et retrouver son véhicule à l’endroit où on l’a garé, sont en réalité semés d’embûches.

Publié le : 23 janvier 2018