En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d’analyse et de statistiques visant à améliorer le contenu du site et votre expérience En savoir plus
Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 24 avril 2019

La formation professionnelle au Québec : un véhicule de reconversion

formation professionnelle reconversion diplôme expérience

Pour les nouveaux arrivants, trouver un emploi peut s’avérer plus compliqué que prévu, qu’il faille ou non faire reconnaître son expérience ou ses diplômes acquis précédemment. Beaucoup d’entre eux choisissent de donner une nouvelle direction à leur carrière. Faisons le point sur la reconversion professionnelle au Québec.

Démontrer son adaptation

Immigrant ou pas, changer d’emploi ou de secteur d’activité est une démarche de plus en plus plébiscitée, dans un contexte généralisé de mutation des métiers et professions. Si ce phénomène était encore marginal il y a quelques décennies, les travailleurs de tous les milieux socioprofessionnels n’hésitent plus à mettre en question leurs choix passés. Une impulsion qui peut trouver sa source aussi bien dans un licenciement, l’envie de capitaliser sur son expérience pour développer de nouveaux savoir-faire ou encore la décision, parfois longuement murie, de donner à sa vie une orientation inédite. Quelle qu’en soit la raison, le message sera généralement perçu de manière positive par les employeurs, qui y voient une capacité d’adaptation et de remise en question chez la personne.

Qui est concerné

Toutes les catégories socioprofessionnelles ainsi que tous les groupes d’âge sont touchés par ce phénomène. Bien que les plus de 30 ans soient majoritaires, il n’en demeure pas moins que 14 % des jeunes qui possèdent un diplôme universitaire ont changé d’orientation professionnelle deux ans après avoir obtenu leur diplôme et plus de 70 % des moins de 30 ans y ont songé.

Comment faire, par où commencer

L’idée séduit, mais passer de la théorie à la pratique soulève de nombreuses questions : par où commencer, où s’informer, où trouver de l’aide, la complexité des démarches et les coûts de formation ? Pourtant, 60 % des gens ayant déjà changé de métier ou de secteur, le processus semble être plus facile qu’on ne le pense. On peut débuter par un bilan de ses compétences et de ses intérêts, tout en tenant compte de ses besoins et de ses valeurs, comme ces 77 % des gens qui avaient déjà une idée de ce à quoi ils aspiraient avant de débuter la reconversion. Plus de 6 personnes sur 10 ont changé de métier, ce qui démontre l’importance d’une formation adaptée.

La formation professionnelle au Québec, un moteur de reconversion

Ce n’est pas un secret que le Québec a un grand besoin en main-d’œuvre. Or ces milliers d’emplois disponibles requièrent, pour la plupart, une formation professionnelle, ce qui signifie de très bonnes perspectives pour les futurs diplômés de la province mondialement reconnue pour la qualité de ses programmes et ses méthodes d’enseignement.Il n’y a pas moins de 200 programmes d’études regroupés dans 21 secteurs d’activité, qui proposent entre autres, l’apprentissage d’un nouveau métier ou d’un domaine différent. L’avantage de ces formations de courte durée (1 à 2 ans) est d’acquérir des compétences en lien direct avec les besoins des employeurs et d’accéder au marché du travail rapidement. Outre les sessions d’automne et d’hiver, de nombreuses formations offrent d’être intégrées à d’autres moments.

Certaines formations permettent de se perfectionner en effectuant une attestation de spécialisation professionnelle (ASP) dont la durée varie entre 3 et 6 mois. Ces diplômes officiels, reconnus internationalement, sont délivrés par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur du Québec.

Pour les immigrants, l’un des avantages déterminants est le permis de travail qui leur est automatiquement octroyé et leur confère le droit de travailler jusqu’à 20 heures par semaine pendant la formation et à temps plein partout au Canada une fois le diplôme d’études obtenu (DEP). Enfin, les étudiants français à ce programme bénéficient de certains avantages non négligeables : non seulement ils n’ont aucun droit de scolarité à verser, mais en plus il y a un accès gratuit au Régime d’assurances maladie du Québec.

***

Vous songez à une reconversion professionnelle ? Québec métiers d’avenir, le représentant officiel des centres de formation professionnelle du Québec peut vous aider à planifier et valider votre projet, gratuitement. Que ce soit pour le choix de votre formation ou de la région dans laquelle vous aimeriez habiter, l’équipe de Québec métiers d’avenir possède toute l’expertise et les compétences nécessaires pour vous permettre de réaliser votre projet, seul, en couple ou en famille.

Auteur : Québec métiers d'avenir

Éducation internationale est la coopérative sans but lucratif mandatée par le Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur du Québec pour coordonner la promotion des études en formation professionnelle à l’étranger.

En savoir plus

Autres conseils d'experts

Chaque mois, Immigrant Québec vous livre le portrait d'une personne issue de la diversité et de son intégration au Québec.

Publié le : 06 juin 2019

Le cautionnement est sans doute le moyen le plus simple de sécuriser la location d'un bien immobilier. Mais comment fonctionne le système et quelles sont les modalités pour y souscrire ?

Publié le : 21 mai 2019