Logo color

Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 04 octobre 2016

Les enjeux de l'employabilité des nouveaux arrivants

Les statistiques sont là, qu’on le veuille ou non. Selon Statistique Canada, en 2011, le taux de chômage des immigrants au Québec était de 11,9 %, soit le double que celui des Québécois nés au Canada. Chose, à première vue étonnante, le chômage frappe plus particulièrement les travailleurs qualifiés. Pourtant, tant la communauté immigrante que la société d’accueil gagneraient à une intégration professionnelle rapide des nouveaux arrivants, première étape d’une intégration sociale réussie.

Le premier obstacle à l’emploi des immigrants est certainement la barrière linguistique. Un grand nombre de nouveaux arrivants ne maîtrisent ni le français ni l’anglais, et les francophones qui s’installent à  Montréal ont des lacunes en anglais alors que le marché du travail y est bilingue. En revanche, les non-francophones sont très disposés à apprendre le français, contrairement à ce qui se dit.

Il semble également que les études et l’expérience que les immigrants ont obtenues à l’étranger soient peu reconnues par les employeurs québécois. Certes, la nécessité d’appartenir à un ordre professionnel n’explique pas tout, car les immigrants dont la profession est régie par un ordre ne sont pas si nombreux. En fait, les employeurs québécois accordent une grande importance à l’expérience que les demandeurs d’emploi ont pu obtenir au Canada et au Québec en particulier.

Enfin, les nouveaux arrivants ne sont pas suffisamment bien préparés pour répondre rapidement aux conditions requises par les employeurs et ils ne disposent pas d’un réseau professionnel conséquent.

Toutefois, la société d’accueil n’est pas la seule à blâmer et les immigrants eux-mêmes ont leur part de responsabilité dans leur intégration. Nombre d’entre eux intégreraient plus rapidement le marché du travail s’ils acceptaient de retourner aux études, ne serait-ce que pendant une courte période afin d’actualiser ou d’ajuster leurs acquis. Un déménagement de Montréal vers d’autres régions ne devrait pas non plus être vécu comme une épreuve angoissante ni un échec.

La solution à ces écueils réside dans l’obtention d’informations pertinentes sur le marché du travail du pays d’accueil. Les nouveaux arrivants doivent toutefois se méfier des informations disponibles, parfois faussées par la prolifération des sources sur les réseaux sociaux.

Le Centre d’appui aux communautés immigrantes (CACI), conscient de ces enjeux, a placé l’employabilité des communautés immigrantes au cœur de ses activités. Ses intervenants et conseillers en emploi accompagnent les immigrants dès leur arrivée sur le territoire québécois à travers une gamme complète de services allant de formations en groupe à des entretiens individuels. Les nouveaux arrivants peuvent également bénéficier de cours de français, de soutien à la recherche d’un logement, d’aide alimentaire, de sorties culturelles, et bien plus encore.

Auteur : Centre d’appui aux communautés immigrantes (CACI)

Le CACI est un organisme à but non lucratif dont la mission est d’accompagner les nouveaux arrivants dans leur processus d’intégration

En savoir plus

Autres conseils d'experts

4a63a5f2 6566 4a9d b1a7 74d55daff323
Les défis posés aux nouveaux arrivants sont nombreux et, entre le logement, le travail, et la scolarité des enfants, la question de la retraite passe souvent inaperçue.

Publié le : 06 février 2018

Cbb7a826 0797 4aed b51e 05acb2de50b6
Virginie Jocteur Monrozier a créé OptimExpat à son retour d'une expatriation de trois ans en Roumanie. Son expérience à l'étranger lui a donné l'envie et la force de lancer son entreprise de soutien en développement professionnel à l'international.

Publié le : 17 janvier 2018