Logo color

Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 14 décembre 2015

Nouvel arrivant, nouvel appartement : faut-il s’assurer?

C’est vrai que les questions d’assurance font rarement partie des conversations que l’on a entre amis devant un bon repas. Pourtant, connaitre ses droits, ses obligations et se prémunir en cas de pépins est essentiel pour démarrer son immigration du bon pied.

Ça y est, votre nouvelle vie au Québec peut commencer! Vous avez trouvé un appartement dans un quartier agréable, vous l'avez meublé à votre goût et vous vous sentez enfin chez vous! C’est vrai que recommencer sa vie à zéro dans un autre pays c’est grisant…, mais ça coûte cher aussi. Si l'on calcule le coût de tous les nouveaux meubles, électroménagers, vêtements d’hiver et autres bricoles pour la maison, la facture grimpe rapidement. C’est pourquoi, afin de protéger votre nouveau chez-vous, il serait judicieux de souscrire une assurance habitation.

Au Québec, l’assurance habitation n’est pas obligatoire. Cependant, il est fortement recommandé d’en souscrire une, et ce, pour plusieurs raisons. Pour commencer, une assurance habitation pour locataire vous permet de protéger vos biens ainsi que ceux de votre famille (l’assurance du propriétaire du bâtiment ne vous offre aucune protection). Par conséquent, en cas de sinistre, votre assureur répare ce qui peut être réparé, nettoie certains biens et remplace ceux qui ne peuvent être récupérés.

Par exemple, si un incendie ravage votre salon et que le contenu de cette pièce est une perte totale, votre assureur vous indemnisera selon votre contrat d’assurance. C’est-à-dire qu’il remplace vos biens par des neufs (que vous vous procurez chez le marchand de votre choix, bien entendu), si vous avez opté pour un contrat avec une valeur à neuf (c’est ce qui se fait le plus couramment). Si vous n’avez pas la valeur à neuf, à ce moment-là votre assureur vous rembourse le montant de vos biens avec une valeur dépréciée au jour du sinistre.

En ce qui concerne le reste de vos biens, ceux qui n’ont pas été détruits par le feu, votre assureur s’occupera de les faire nettoyer et de les entreposer pendant les travaux, au besoin.

De plus, si l’état de votre appartement exige que vous soyez relogé ailleurs temporairement, votre assureur vous versera alors une allocation pour vos frais de subsistance supplémentaires.

La responsabilité civile

Au-delà de couvrir vos biens et ceux des personnes qui vivent avec vous, une assurance habitation vous offre également une protection en responsabilité civile. En d’autres termes, si vous, l’un de vos proches assuré au contrat, ou même votre chien endommagez involontairement le bien d’un tiers (voisin, propriétaire, etc.), et que celui-ci vous demande réparation, votre assureur paiera la note, incluant les frais de défense, si vous êtes reconnu responsable du dommage.

La majorité des contrats offre une protection de deux millions de dollars en responsabilité civile. Cette somme peut paraître très élevée, mais à bien y penser elle ne l’est pas. Un locataire qui met accidentellement le feu à son logis et au logis de ses voisins peut être reconnu responsable et avoir à débourser des sommes faramineuses pour réparer les dégâts faits au bâtiment et aux biens des autres locataires. Une autre bonne raison de ne pas faire l’impasse sur l’assurance habitation même si vous êtes locataire, car elle vous procure une réelle tranquillité d’esprit.

Pour en apprendre davantage sur l’assurance habitation et l’assurance automobile, rendez-vous sur le site www.infoassurance.ca

Auteur : Bureau d’assurance du Canada

Le Bureau d'assurance du Canada (BAC) est l'association qui représente la majorité des assureurs de dommages (auto, habitation, entreprise).

En savoir plus

Autres conseils d'experts

4fc7b116 86c3 41b1 8c11 02f3b854a7a3
Être bien intégré dans son milieu de travail est une des clés du bonheur en emploi.

Publié le : 25 janvier 2018

9e28190e c513 46b5 bc7c c7e6a9f3a3b0
Le Tremplin DEC pour immigrants allophones est une formation intensive de 4 mois qui permet au nouvel arrivant non-francophone d’accroître ses compétences en français écrit.

Publié le : 06 février 2018