En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d’analyse et de statistiques visant à améliorer le contenu du site et votre expérience En savoir plus
Logo color
Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 13 juillet 2016

« Parlez moi de vous? », comment faire bonne impression dès la première question?

Cette question qui débute souvent les entrevues d’embauche, que ce soit par téléphone ou en personne, déstabilise plus d’un candidat! Pourtant, il s’agit d’un simple brise glace et non d’un piège : c’est l’occasion pour le candidat et le recruteur de s’apprivoiser.  Il est important d’envisager « le parlez-moi de vous » comme un moyen de donner le ton dès le début de l’entrevue et de séduire le recruteur, car la première impression laissée est difficile à changer. Voici quelques conseils pour y parvenir :

1-Pertinence : mettez-vous en valeur!

Cette question peut vous paraître floue, aussi est-il important de poser un cadre autour de votre réponse. Votre âge, votre statut marital, vos animaux sont autant d’informations qui n’apporteront aucune valeur ajoutée à votre candidature et qui n’intéresseront pas le recruteur! Concentrez- vous plutôt sur les formations, sur l’expérience et les compétences qui représentent le professionnel que vous êtes et qui sont directement reliées au poste et/ou à  l’entreprise.

2-Cohérence : Racontez votre histoire!

Le fil conducteur est indispensable pour apprivoiser et séduire le recruteur : vous devez le prendre par la main. Autrement dit, vous devez faciliter sa compréhension et stimuler son attention. Choisir un ordre chronologique ou anti chronologique pourrait vous aider à organiser votre réponse. Vous pourriez aussi choisir de structurer votre réponse autour de vos compétences clés (toujours en lien avec le poste) que vous avez développées durant votre parcours.

3-Synthèse : Soyez concis!

Gardez en tête que le recruteur qui vous reçoit à déjà pris connaissance de votre CV, il n’est donc pas nécessaire de revenir sur toutes les étapes qui composent votre parcours professionnel. Cette question est aussi un moyen de démontrer votre esprit de synthèse. Rappelez-vous que d’autres questions vont suivre et que vous aurez tout le loisir de vous étendre sur l’ensemble de votre expertise.

4-Authenticité : Restez vous-même!

Vos ambitions et vos intérêts professionnels, vos valeurs, vos motivations et les défis professionnels que vous avez relevés, sont autant d’éléments qui vous définissent, qui constituent votre individualité et qui pourraient faire la différence. Ces informations sont à intégrer parce qu’elles permettent bien souvent  de s’éloigner des réponses toutes faites et donne au recruteur l’occasion de découvrir le « vrai vous ».

Ne négligez pas l’importance de savoir vous introduire. « Le parlez-moi de vous » est partout, qu’il s’agisse de réseautage, de médias sociaux ou d’ entrevue. Sachez que la pratique reste la clé d’une réponse de qualité. N’hésitez pas à rédiger votre réponse, à tester votre présentation sur votre entourage.  Travailler la rédaction de votre résumé LinkedIn par exemple, est un très bon exercice et peut se révéler très inspirant.

Pauline Servel, Conseillère en emploi

Auteur : FRJ

L’histoire de la FRJ commence en 1979, à partir d’une vision partagée entre le Père Jacques Dostie et Robert Busilacchi, celle que le travail est un vecteur d’intégration sociale dans la société Québécoise. Depuis 40 ans la FRJ, Organisme à But Non Lucratif (OBNL) est un acteur important et reconnu dans le secteur de l’emploi à Montréal.

En savoir plus

Autres conseils d'experts

0abd0045 8d9f 4ade 8002 5dfa15d1c6a2
Un professeur au Collège de Maisonneuve, nous donne les clés pour bien comprendre les moyens faire valoir ses diplômes et ses expériences de travail précédentes, à son arrivée au Québec.

Publié le : 08 novembre 2018

5a6cf773 a28f 420d 9d25 181f07e81663
Elles s’appellent Cortland, Lobo, Empire, Spartan ou encore McIntosh. À l’automne, c’est tout le Québec qui vit au rythme de la pomme et pour cause : derrière le fruit se cache un art de vivre québécois dont on n’a aucune raison de se priver !

Publié le : 12 octobre 2018