En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d’analyse et de statistiques visant à améliorer le contenu du site et votre expérience En savoir plus
Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 14 septembre 2018

Passez maître dans l'art des activités parascolaires

enfants activités parascolaires scolaires

Pour bon nombre d’enfants, la rentrée des classes marque la reprise des activités parascolaires, qui ont lieu généralement après l’école. Les parents se trouvent ainsi face à un large choix d’options dont les bénéfices sont essentiels pour l’enfant. Mais ils sont aussi tiraillés entre plusieurs réalités : celle de répondre aux souhaits et aspirations des enfants, celle du budget et celle de l’accès parfois difficile à certaines activités très populaires. Dans tous les cas, un maître-mot : anticipez !

 Encourager la pratique d’activités parascolaires ? Oui, mais dans de justes proportions

 La pratique d’activités parascolaires est reconnue bénéfique pour le développement de l’enfant. Parmi les points positifs, on retrouve des éléments qui ont traità la condition physique, à la santé mentale, aux compétences sociales ou encore aux fonctions cognitives.C’est donc sans surprise que l’on apprend que près de 80% des élèves du secondaire au Québec participent à des activités parascolaires.

Parmi les options disponibles, il y a en premier lieu :

  • les activités physiques individuelles ou collectives, Santé Canada recommandant au moins 60 minutes par jour d’activité physique entre 6 et 17 ans : soccer, hockey, natation, basketball, etc. ;
  • les activités socioculturelles : danse, théâtre, pratique d’un instrument de musique, photographie et autres.

Mais il est possible également d’opter pour :

  • des activités dites « sociales » : intégrer une association, un club (littéraire, par exemple) et effectuer du bénévolat et/ou s’impliquer dans un projet « citoyen » ;
  • des activités d’apprentissage et de développement personnel : activités scientifiques, langues, cuisine etc.

En un mot, il y en a pour tous les goûts et tous les âges. Il est préconisé cependant de limiter les inscriptions à un cours par session par enfant afin de ne pas susciter chez lui un sentiment de surcharge et une réelle démotivation.

Pensez qu’au moment du choix de l’activité, il faut tenir compte :

  • du coût global : frais d’inscription et d’acquisition d’équipements. En cas d’achats à prévoir, pensez aux articles de seconde main ;
  • du lieu où se déroule l’activité pour la logistique des horaires afin d’éviter que cela ne devienne une contrainte, en particulier l’hiver.

 Enfin, certaines activités étant plus prisées que d’autres et les places étant limitées, il faudra peut-être faire preuve de patience, mais aussi avoir un plan de repli en cas d’impossibilité d’inscrire votre enfant à l’activité souhaitée.

Où pratiquer des activités parascolaires ? 

Les écoles québécoises proposent des activités parascolaires depuis longtemps mais l’offre varie beaucoup d’une école à une autre. Pour en savoir plus, consultez le site de l’école de votre enfant ou celui de la commission scolaire à laquelle il est rattaché. Les programmations et dates d’inscription pour la session d’automne sont souvent disponibles dès le mois d’août pour des activités qui débutent vers le 20 septembre. Les inscriptions peuvent se faire sur Internet via des formulaires en ligne, par voie postale ou directement à l’école, c’est selon. Les frais dépassent rarement les 100 $CAN par session. Certaines écoles proposent des tarifs dégressifs en fonction du nombre d’enfants inscrits par famille et permettent des règlements en plusieurs versements.

Dans la communauté, de nombreux organismes à but non lucratifs locaux, spécialisés en loisirs et sports, offrent une panoplie d’activités de qualités. Des informations sont disponibles sur les sites des mairies d’arrondissement ou tout simplement via les moteurs de recherche, si vous avez une idée précise du type d’activité. De nombreuses organismes proposent des portes ouvertes. N’hésitez pas au besoin à tester différentes activités avec votre enfant.

Le « crédit d’impôt pour activité des enfants »

Pour finir, il est possible de demander un crédit d'impôt remboursable pour les activités physiques ou les activités artistiques, culturelles ou récréatives. Pour connaître les conditions d’admissibilité, consultez la rubrique d’aide du site Revenu Québec à : Crédit d’impôt pour activités des enfants. Pensez, pour cela, à conserver le reçu attestant des frais d’inscriptions ou d’adhésion qui donnent droit au crédit d’impôt. Vous pourriez avoir à le fournir sur demande.

Bon à savoir également :

  • un programme d'activités parascolaires offert dans une école n'est pas considéré comme faisant partie d'un programme d'études d'une école ;
  • le crédit d'impôt est égal à 20 % du montant des frais d'inscription ou d'adhésion donnant droit à ce crédit. Le montant maximal de ces frais est de 500 $ par enfant pour un crédit d'impôt maximal de 100 $CAN par enfant ;
  • les frais payés pour un programme de sport-études ne donnent pas quant à eux droit au crédit d’impôt.

En conclusion, n’oubliez pas qu’il n’est jamais trop tôt pour vérifier l’adage, « un esprit sain dans un corps sain » !

Auteur : Aude Maignien

Diplômée de l’École du Louvre et de la Sorbonne, Aude est une passionnée de culture sous toutes ses formes. Curieuse et créative, elle aime jouer avec les mots, connecter les idées et développer des concepts pour faire passer des messages et générer de l’émotion. Installée depuis 2012 au Québec, elle n’a de cesse de (faire) découvrir la Belle Province.

Autres conseils d'experts

Si Montréal voue un tel culte à son équipe de hockey, c’est que la légende des Canadiens va bien au-delà du sport : ils sont un fascinant témoin de plus d'un siècle d'histoire d'une ville et d'un peuple.

Publié le : 28 février 2019

Que l’on soit salarié ou travailleur autonome, apprendre les subtilités des déductions d’impôts peut s’avérer gagnant. Voici comment y arriver.

Publié le : 21 février 2019