En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d’analyse et de statistiques visant à améliorer le contenu du site et votre expérience En savoir plus
Logo color
Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 17 novembre 2017

Préparez votre installation

Montréal, ses arrondissements et ses quartiers au charme si différent les uns des autres ont beaucoup à offrir, en fonction des goûts et des besoins de chacun : parcs, écoles, services variés et bien sûr vie culturelle... Prenez le temps d'en découvrir les attraits avant de vous y établir !

Le choix entre dix-neuf arrondissements 

Que vous soyez à Montréal temporairement ou de façon permanente, célibataire ou en famille, vos attentes ne seront pas les mêmes. Promenez-vous et prenez le pouls de ses quartiers pour trouver le lieu d'installation qui répondra le mieux à vos attentes. Il arrive que l’environnement change totalement d’une rue à l’autre. Ne négligez pas les conseils éclairants du site Montréal nouveau départ qui donneront, au locataire comme à l'acheteur, toutes les clés pour bien se loger à Montréal. Il est aussi possible de vous procurer un guide touristique, qui peut vous aider à affiner votre sélection. N'hésitez pas à poser vos questions aux différents centres communautaires : on s'y fera un plaisir de vous orienter.

 

Doux foyer

Une fois que vous avez votre « chez-vous », il s’agit de le rendre à votre goût. Si vous ne souhaitez pas investir dans du mobilier, il est facile de trouver une maison ou un condo déjà meublé(e). Ceux qui doivent investir et optent pour des meubles d'occasion pourront s'adresser aux centres communautaires. Les centres de récupération mettent également en vente une variété de produits candidats à une deuxième et une troisième vie. Bon débarras vous donne accès aux ventes de garage à travers tout le Québec pour dénicher l'objet qui vous manque. Pensez aussi au troc. Un siège bébé qui ne sert plus contre une table rétro par exemple. Des sites comme Kijiji vous aideront à faire votre marché. Et si vous ne trouvez pas toujours votre bonheur, retroussez vos manches et mettez-vous au DIY (Do It Yourself) !

Se promener à Montréal

À nouveau, Montréal nouveau départ s'avère d'une aide précieuse pour s'orienter et se déplacer dans la métropole. Vous y verrez que bus, métro, taxis collectifs sont les moyens les plus simples de se rendre au travail ou rejoindre des amis pour un souper. Le site de la Société de transport de Montréal (STM) vous informe quant à lui des horaires, des arrêts, des temps d’attente. Pensez à demander votre carte Opus à votre arrivée pour faciliter vos transactions et faire des économies. Les plus sportifs se feront plaisir en marchant à travers la ville, que ce soit en surface ou en empruntant le réseau souterrain qui englobe quelques 32 km de galeries piétonnes. Certaines pistes cyclables sont également praticables à l’année, pour peu que vous ayez un vélo adapté (et un passe-montagne). 

La vie sociale

Vous n’aurez pas le temps de vous ennuyer tant l’offre de services culturels, sportifs et de loisirs est abondante à Montréal. Ayez le réflexe d’aller dans les bibliothèques, les maisons de la culture et les centres communautaires comme les maisons de la famille, où vous pourrez tisser votre réseau tout en prenant part aux évènements organisés. Même chose pour les adolescents qui se feront des amis dans les maisons de jeunes, où ils pourront participer à des activités pensées pour eux. Que ce soit en période scolaire, ou pendant les congés, été comme hiver, il y a toujours quelque chose à faire à Montréal.

Pour vous aider à être informé tout ce qui se passe dans votre nouvelle ville et faciliter votre intégration, branchez-vous sur le site Montréal nouveau départ.

(L’usage du masculin a pour but d’alléger le texte sans préjudice pour la forme féminine.)

Auteur : Ville de Montréal

Les services offerts par la Ville de Montréal sont nombreux : sports, culture, logement, ...

En savoir plus

Autres conseils d'experts

6ad9f51a fdb8 4343 ac8d 913167d47716
Profitons de l'approche du temps des fêtes et de tous les bons moments à venir pour nous familiariser avec l’un des vocabulaires les plus utiles de l’année  !

Publié le : 11 décembre 2018

Bb71c267 85ee 4588 8542 20ed0783371d

Le français est la langue officielle du Québec, il est donc fortement recommandé de savoir parler, lire et écrire le français si l’on souhaite travailler ou poursuivre des études dans la province. Quand on n’est pas francophone, on peut le devenir en suivant un certain nombre de programmes, dont celui de l’Université de Montréal : certificat en français langue seconde.  

Pourquoi ce programme  ? 

Parce qu’une grande partie des nouveaux arrivants est allophone, c’est-à-dire que sa langue première est différente de la langue officielle au Québec. Si certains viennent avec des bases qui leur permettent de se débrouiller au quotidien, ces acquis ne sont plus suffisants pour ceux qui souhaitent évoluer dans le milieu universitaire ou professionnel. C’était le cas de Carla Simon : « Quand je suis arrivée à Montréal pour ma maîtrise en études internationales, je savais que le français serait le plus grand obstacle pour moi. J’avais suivi des cours de français au Brésil, mais je n’étais pas très à l’aise à l’idée poursuivre mes études universitaires dans ce qui serait ma quatrième langue. À l’Université de Montréal, j’ai eu accès à une panoplie complète de services dont les cours du certificat en français langue seconde. J’ai suivi des ateliers de phonétique et de français écrit et me suis inscrite au “tutorat” du Centre de communication écrite où j’ai eu six rencontres avec une professeure qui m’aidait à travailler sur mes faiblesses. C’est très important de s’investir pour améliorer nos connaissances d’une langue étrangère, mais cela s’avère beaucoup plus facile quand on a derrière nous une institution qui nous appuie dans ce processus ».

À qui est destiné ce programme  ? 

Tout le monde ou presque. Il est tout de même nécessaire d’avoir les bases du niveau 4 — intermédiaire. Pour être titulaire du certificat, il faut avoir suivi tous les cours et réussir les examens jusqu’au niveau 7. Il est cependant possible de quitter le programme avant la fin et c’est le cas des personnes qui trouvent un emploi en cours de route. Certains reviennent pour parfaire leur français, en s’inscrivant à un niveau supérieur à celui qu’ils ont quitté, puisqu’ils ont pu pratiquer la langue dans le cadre de leur activité. D’autres fois, ils ont eu une parenthèse dans un univers non francophone et ont vu leur niveau de français régresser et ils doivent alors retourner sur les bancs de l’université à un niveau plus bas que celui qu’ils ont quitté. En revanche, l’élément constant demeure la flexibilité du programme, notamment au niveau des horaires. Libre ou régulier, c’est l’étudiant qui le choisit, avec pour seule contrainte le respect de la progression. Si la moitié des cours a été suivie et les examens correspondants réussis, cela donnera lieu à des crédits universitaires.

Un diplôme à la clé

À l’issue de la formation, un diplôme vous attend, à condition d’avoir obtenu les trente crédits qui la composent. Monique Beaulac, responsable du programme certificat de français langue seconde à l’Université de Montréal souligne les nombreuses alternatives : « On peut compléter le français langue seconde par deux autres certificats tels que traduction et communication par exemple, de façon à obtenir un baccalauréat par cumul. On peut aussi associer les 30 crédits du certificat à 60 crédits d’un certificat spécialisé et déboucher sur un baccalauréat majeur mineur. La majeure sera liée au domaine particulier et la mineure en français langue seconde ». Enfin si vous choisissez de ne passer que ce dernier, vous pourrez vous prévaloir d’un premier diplôme universitaire québécois. S’il ne remplace pas les tests de compétence linguistique, c’est une excellente préparation pour les réussir en toute sérénité et surtout pour vous ouvrir les portes de la francophonie.

***

Nouvel arrivant à Montréal ? Vous souhaitez parfaire votre français ? L’Université de Montréal vous permet d’avoir accès à un programme de qualification spécialement étudié pour vous. Informez-vous.

Publié le : 10 décembre 2018