En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d’analyse et de statistiques visant à améliorer le contenu du site et votre expérience En savoir plus
Logo color
Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 16 mars 2016

Quelle institution financière choisir et pourquoi?

Pour préparer au mieux votre arrivée au Québec, vous avez beaucoup à faire, notamment en ce qui concerne votre argent. Mais quelle institution financière choisir et pourquoi? Voici quelques explications qui vous aideront à y voir plus clair.

Sachez avant tout que le système financier canadien est considéré comme « le plus solide au monde », selon une étude récente du Conference Board du Canada, un organisme de recherche économique indépendant internationalement reconnu. Quel que soit votre choix, votre argent sera donc entre bonnes mains.

Banque ou coopérative de services financiers : c'est vous qui décidez

Au Québec, vous entendrez parler de banques et de coopératives de services financiers tel que Desjardins. Bien que ces institutions financières présentent des différences, elles vous offrent toutes la possibilité de :

  • déposer votre argent
  • retirer de l'argent
  • emprunter de l'argent
  • obtenir une carte de crédit
  • payer vos factures
  • effectuer des placements
  • etc.

Notez qu'en ce qui concerne l'octroi d'un prêt ou d'un crédit, toutes les institutions financières examinent le dossier de crédit de leurs clients pour évaluer le risque qu'ils représentent. En tant que nouvel arrivant, si vous n'avez pas de dossier de crédit; celui-ci sera créé lorsque vous ferez votre première demande de prêt ou de crédit. Il sera alors très important de faire vos remboursements et de payer vos comptes à temps pour conserver un bon pointage   de crédit. C'est principalement sur ce chiffre que les prêteurs se baseront pour accepter ou refuser de vous consentir un prêt ou du crédit.

Voici un tableau qui illustre les principales différences entre les banques et les coopératives de services financiers au Canada.

Banque

Coopérative de services financiers


Société à but lucratif.

Société sans but lucratif ayant pour principale mission de contribuer au mieux-être économique et social des personnes et des collectivités.


Vous n’avez pas à être membre pour ouvrir un compte.

Vous devez devenir membre pour ouvrir un compte. Pour devenir membre, il faut acquérir une part sociale, généralement offerte pour une somme modique.


Détenue par des actionnaires. Les actions sont vendues en Bourse. Une action = un vote lors de l’assemblée générale annuelle.


Détenue par les membres. Le fait d’être membre vous donne le droit de vote et vous permet de faire partie du conseil d’administration ou de comités et, ainsi, de choisir les orientations de la coopérative.


Au Canada, on trouve des banques de propriété canadienne et étrangère.

Le lien qui unit les membres est variable. C’est parfois la reli­gion, l’ethnie, l’intérêt social, la profession, l’emploi ou la région géographique.


Jusqu’à 100 000 $ d’assurance-dépôts par l’intermédiaire de la Société d’assurance-dépôts du Canada (SADC). Cette assurance signifie que vous récupérerez votre argent si la banque fait faillite. L'assurance ne couvre que les comptes de dépôt et non les produits de placement qui fluctuent en valeur.
L’assurance est accordée par personne et par institu­tion financière. Les comptes conjoints et les régimes enregistrés sont assurables séparément.


L’assurance-dépôts varie selon la province. Elle va de 100 000 $ à un montant illimité. Tout comme pour les banques, cette assurance vous garantit que vous récupérerez votre argent si la caisse populaire ou la coopérative de crédit fait faillite. Elle ne couvre que les comptes de dépôt et non les produits de placement qui fluctuent en valeur. L’assurance est accordée par personne et par institu­tion financière. Les comptes conjoints et les régimes enregistrés sont assurables séparément.

Les coopératives : des différences qui rapportent

La ristourne

À la fin de l'année, les excédents générés au cours de l'année sont réinvestis dans la coopérative, mais aussi redistribués aux membres et à leur communauté, plutôt qu'à des actionnaires externes. C’est lors de l’assemblée générale annuelle que les membres sont appelés à voter sur la répartition des excédents. Cette ristourne est généralement remise aux membres au prorata des intérêts gagnés ou payés durant l'année.

Être membre d’une coopérative                      

Lors de l’ouverture de votre compte, vous achetez votre part sociale (environ 5 $). Vous ne la payez qu'une fois et elle vous sera remboursée si vous fermez votre compte. En agissant ainsi, vous devenez copropriétaire d’une coopérative de services financiers et profitez de tous les produits et services financiers qu’elle offre. Et vous posez aussi un geste pour la collectivité! En effet, les coopératives utilisent chaque année une partie de leurs excédents pour financer des œuvres charitables, des organismes de développement de quartier, des bourses d'études, etc.

Faire partie du conseil d'administration

Tous les membres de la coopérative peuvent, s’ils le désirent, présenter leur candidature pour faire partie du conseil d’administration. Ce sont les autres membres, lors de l’assemblée générale, qui procèdent à l’élection de leurs dirigeants. C’est un excellent moyen de participer à la vie de votre communauté et d’en apprendre encore plus sur le système financier et le monde coopératif.

Quelle que soit l’institution financière que vous choisirez, n'hésitez pas à communiquer avec un conseiller pour lui poser vos questions ou pour prendre rendez-vous. Pensez aussi à consulter les sites Web des institutions financières – ce sont également d'excellentes sources d'information!

Auteur : Desjardins

1er groupe financier coopératif au Canada. Afin de faciliter votre intégration, nous vous accompagnons pour tous vos besoins financiers.

En savoir plus

Autres conseils d'experts

38cc51f2 3358 4c72 a548 29d0cacd2965

Même si les universités québécoises demeurent très compétitives par rapport à l’offre nord-américaine, elles n’en demeurent pas moins coûteuses. Mais si les frais de scolarité peuvent s’avérer élevés pour les étudiants étrangers, un certain nombre de mesures et d’initiatives d’aide au financement existent pour que ces derniers ne soient pas un frein à l’éducation et à la mobilité internationale des étudiants.

 Avantages financiers 

Au Québec, tous les étudiants paient des droits de scolarité, dont le montant est fixé par le gouvernement provincial. Les sommes sont bien évidemment différentes selon le statut de l’étudiant, son pays d’origine, ainsi que le niveau d’études envisagé. Étudiant du Québec et étudiant canadien non-résident du Québec, réfugié, étudiant étranger titulaire d’un permis d’études, résident permanent, premier, second et troisième cycle : à chaque cas de figue, les frais de scolarité sont susceptibles de varier sensiblement. Certains pays ont signé avec le Québec des accords bilatéraux de mobilité universitaire, qui prévoient aménagements de frais de scolarité à destination des étudiants. En plus des accords bilatéraux, certains étudiants étrangers peuvent être exemptés de droits de scolarité supplémentaires en fonction de l’excellence de leur dossier académique par exemple. D’autres bénéficient de programmes de bourses privées, voire de bourses et de prêts gouvernementaux.

Des ressources variées

Isabelle Dalceggio, coordinatrice ressources socio-économiques à l'Université de Montréal, conseille vivement de s’informer sur les aides financières offertes aux jeunes venus étudier dans les programmes pédagogiques québécois : « Quelle que soit votre situation, vous pouvez en savoir plus en vous rendant dans les bureaux des étudiants internationaux situés sur votre campus. Il y a là des conseillers qui peuvent vous orienter». En effet, il serait dommage passer à côté d’une aide dont vous pourriez bénéficier, faute d’avoir reçu les bonnes informations. Isabelle Dalceggio rajoute qu’outre ces aides régulières, il y a aussi des volets d’offres d’urgence de type bons alimentaires ou de transport, voire des paniers de Noël : « Nous avons aussi des ententes en externe, avec les centres communautaires ou ceux liés au logement. On guide nos étudiants dans les domaines nécessaires et il arrive fréquemment que notre référencement sorte du cadre des études ».

Programme de prêts et bourses du gouvernement

Le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur du Québec offre un programme qui accorde des aides financières jumelant prêts et bourses, calculées en fonction de votre situation financière. On parle de programme à caractère contributif car vous en êtes responsable. Marcus Vinicius, résident permanent en maîtrise de démographie à l'Univeristé de Montréal a expérimenté ce volet. Arrivé en 2015 du Brésil et bien qu’il ait préparé son immigration en mettant de l’argent de côté, il a eu besoin d’étoffer ses revenus : « Je me suis renseigné auprès du bureau pour ce type de demande. Ils m’ont conseillé de déposer un dossier dans le cadre du programme prêts et bourses du gouvernement, ce que j’ai fait. Il faut savoir que j’ai une partie en bourse et l’autre en prêt, dont l’avantage est le taux d’intérêt extrêmement bas. Je dois commencer à rembourser le prêt six mois après la fin de mes études ». Si vous avez un emploi rémunéré, le montant de la bourse diminue proportionnellement : « Mais avoir un emploi peut finalement s’avérer être doublement payant : j’ai ainsi travaillé en collaboration avec des professeurs sur des sujets directement connectés à mon sujet de recherche, ce qui s’est avéré être un réel atout dans mes recherches autant qu’en matière d’expérience professionnelle ».

Les bourses philanthropiques 

Si vous n’avez pas pu adhérer au programme gouvernemental de prêts et bourses, ne baissez pas les bras pour autant. Il y a des centaines d’autres moyens de vous faire aider financièrement. Isabelle Dalceggio évoque la planification budgétaire pour une meilleure gestion optimale de vos ressources, avec l’aide de conseillers dédiés. Enfin, votre université propose certainement un répertoire des bourses, alimenté par des donateurs privés tels que des entreprises. Les critères fort éclectiques d’obtention vont du domaine d’études à la nationalité en passant par le programme suivi. Alors qu’attendez-vous pour soumettre votre candidature ?

***

Étudiant à l’Université de Montréal ? Vous vous posez des questions sur le financement de vos études ? L’Université de Montréal vous permet d’avoir accès à un large panel d’aides financières. Informez-vous.

La date limite d'admission dans plusieurs programmes d'études est le 1er février. Faites vite si vous souhaitez débuter votre programme d'études en septembre !

Publié le : 31 janvier 2019

02f0566f 73f1 4db9 a7c2 7b1f68228fab
L’absence des garanties financières habituelles ne signifie pas que le nouvel arrivant est dépourvu de levier pour rassurer le propriétaire du logement qu'il convoite.

Publié le : 06 février 2019