En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d’analyse et de statistiques visant à améliorer le contenu du site et votre expérience En savoir plus
Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 11 mai 2016

"Références fournies sur demande" : mode d'emploi

Avant de vous embaucher, le recruteur doit s'assurer de prendre la bonne décision et vous demande des références. De votre côté, vous êtes-vous préparé à cette étape? 

La prise de références, c'est quoi?

Le recruteur peut vérifier auprès de vos contacts professionnels les activités et les renseignements vous concernant évoqués lors d’une entrevue. Cette étape arrive souvent à l'issue d'un processus de recrutement, autrement dit cette vérification permet au recruteur de valider son intention de vous embaucher!

La prise de référence est-elle automatique?

Dans un contexte professionnel où la mobilité et les postes occupés se multiplient, la vérification des références devient de plus en plus une étape incontournable d'un processus de recrutement.

Dans ce cas, votre futur employeur à l'obligation d'obtenir votre consentement pour contacter vos références. Il n'est pas nécessaire de les mentionner dans votre CV ou de les joindre à votre candidature, vous ne les fournirez qu'à la demande du recruteur.

Qui sont les meilleures références?

Lors de l'entrevue vous devriez avoir avec vous les coordonnées d'au moins 3 références à fournir au besoin. Vos anciens ou actuels superviseurs sont souvent les références privilégiées par les recruteurs.

Aussi est-il d'autant plus important de quitter vos emplois (démission ou licenciement) dans les meilleurs termes possibles pour garantir votre réputation professionnelle.

En réalité, toute personne vous ayant côtoyé dans un cadre professionnel et pouvant attester de vos compétences pourraient servir de référence. Autrement dit, des collègues et d'anciens professeurs peuvent aussi figurer sur votre liste de références.

Vous devez prévenir vos références qu'elles pourraient être contactées et vous assurer de ce qu'elles transmettront comme message vous concernant. Assurez-vous d'avoir choisi les bonnes personnes!

Et si je n'ai pas de références québécoises?

Sachez qu'aujourd'hui on peut contacter facilement vos références par courriel ou par téléphone même à l'international. La seule exigence est d'indiquer des références qui parlent français ou anglais. Le bénévolat est une autre piste à envisager, en plus de vous familiariser avec le marché du travail ici et de vous offrir votre première expérience, votre implication pourrait vous servir de référence québécoise!

Pour résumer, prenez vos précautions et soyez en contrôle de ce qui se dit sur vous : vous avez la responsabilité de prendre en charge votre image de marque!

Pauline Servel
Conseillère en emploi
Fondation Ressources-Jeunesse

Auteur : FRJ

L’histoire de la FRJ commence en 1979, à partir d’une vision partagée entre le Père Jacques Dostie et Robert Busilacchi, celle que le travail est un vecteur d’intégration sociale dans la société Québécoise. Depuis 40 ans la FRJ, Organisme à But Non Lucratif (OBNL) est un acteur important et reconnu dans le secteur de l’emploi à Montréal.

En savoir plus

Autres conseils d'experts

Découvrez le potentiel et la diversité des opportunités offertes par la Baie-James, dans le Nord-du-Québec !

Publié le : 30 avril 2019

Pour les nouveaux arrivants, trouver un emploi peut s’avérer plus compliqué que prévu, qu’il faille ou non faire reconnaître son expérience ou ses diplômes acquis précédemment.

Publié le : 24 avril 2019