Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Logo color
Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 09 mars 2016

Sans expérience québécoise, qu’avez-vous à offrir?

À la trop célèbre question « Avez-vous de l’expérience au Québec? » redoutée par tout nouvel arrivant, que peut-on répondre?

Confrontés à de nouveaux codes, à de nouvelles réalités, vous avez tendance à remettre en question la valeur de l’expérience et des compétences acquises dans votre pays d’origine. Comment surmonter ses incertitudes et rassurer l’employeur?

Vos compétences sont-elles transférables?

Il est indéniable que les recruteurs recherchent des candidats impliqués, qui ont le sens des responsabilités, capables de s’adapter, qui communiquent intelligemment, qui ont l’esprit de synthèse… autant de compétences que tout nouvel arrivant a déjà pu développer dans ses emplois précédents et qu’il a tout intérêt à mettre en valeur!

Pensez à l’ensemble de vos réalisations. Questionnez-vous sur les compétences qui vous ont permis de satisfaire les exigences de vos employeurs. Autrement dit comment faites-vous pour atteindre vos objectifs? Quels savoir-faire et savoir-être mobilisez-vous pour y parvenir?

Faire le point sur ce qui a été acquis et amélioré au cours de sa carrière permet de surmonter les doutes et la remise en question professionnelle liés à l’immigration et vous aidera à être plus convaincant en entrevue.

Pour intégrer plus rapidement le marché du travail, devez-vous retourner aux études? 

Un retour aux études pourrait faciliter votre recherche d’emploi en vous permettant de vous familiariser avec la culture québécoise, et peut-être considéré comme de l’expérience acquise ici. Ce choix doit être bien réfléchi. Il doit s’inscrire dans votre projet professionnel, ou vous permettre de vous familiariser et de vous actualiser sur des spécificités techniques locales exigées par le marché du travail. De plus, assurez-vous qu’il y ait de réels débouchés professionnels!

Surtout, ne vous précipitez pas dans un programme d’études sans avoir pris le temps de valider que celui-ci est nécessaire. Il arrive qu’un retour aux études vous desserve, en contribuant à faire de vous un candidat surqualifié, qui de surcroît est resté sans emploi pendant trop longtemps! Renseignez-vous auprès de l’ordre qui règlemente votre profession ou directement auprès de professionnels de votre secteur : leur regard éclairé peut vous faire gagner un temps précieux.

Une implication bénévole est-elle considérée comme une première expérience?

Il ne tient qu’à vous de la présenter comme telle! Votre implication auprès d’un organisme, d’autant plus si votre rôle se rapproche de votre métier, vous permettra d’appréhender et de comprendre la réalité professionnelle québécoise. Votre bénévolat peut par ailleurs augmenter votre réseau et vous faciliter l’accès au fameux « marché caché ».

Gardez en tête que votre niveau d’employabilité est réel, et que vous êtes compétitifs!

Faites vous confiance!

Vous souhaitez aller plus loin? La Fondation Ressources Jeunesse vous propose des ateliers, formations et rencontres individuelles avec un conseiller en emploi pour vous outiller et vous accompagner dans votre recherche d’emploi.

Pauline Servel, conseillère en emploi, Fondation Ressources Jeunesse

 

Auteur : Fondation Ressources-Jeunesse

Dès sa création en 1979, la Fondation Ressources-Jeunesse (FRJ) axe son intervention sur l’insertion des jeunes adultes au marché du travail.

En savoir plus

Autres conseils d'experts

2b233aaa e73c 4d02 883a 086d1bc11478
Si vous êtes installé en Estrie ou projetez de le faire, sachez pour autant que vous n’êtes pas seul : il existe le Service d’aide aux Néo-Canadiens (SANC) pour vous soutenir dans toutes vos démarches, à commencer par votre installation et votre recherche d’emploi.

Publié le : 16 mai 2018

6b6fe473 8014 496f 83b9 f20ff3d6feb8
Nombreux sont celles et ceux pour qui la perspective d’hivers rigoureux ne constitue pas un frein à leur rêve de Québec. On connaît bien certaines des raisons qui attirent les travailleurs et les familles, comme l’emploi et la qualité de l’enseignement. Mais comment comprendre que tant de gens cherchent à venir vivre ici ?

Publié le : 01 mai 2018