En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d’analyse et de statistiques visant à améliorer le contenu du site et votre expérience En savoir plus
Logo color
Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 14 février 2018

Tout pour une entrevue d’embauche réussie au Québec !

Vous ne savez pas comment préparer votre première entrevue d’embauche au Québec ? Vous sentez que celles que vous avez déjà passées auraient pu donner de meilleurs résultats ? Voici un petit guide pour vous présenter les us et coutumes des employeurs québécois lors d’entrevues d’embauche !

1- L’entrevue téléphonique

Si un employeur du Québec s’intéresse à votre candidature, sachez que votre premier contact avec le recruteur se déroulera fort probablement au téléphone. C’est ce que l’on appelle la pré-entrevue téléphonique. Cela permet à la personne responsable du recrutement de faire un premier tri dans les CV qu’elle aura jugé intéressants.

Sachez qu’il n’est pas du tout mal vu de demander de remettre la discussion téléphonique à un moment qui vous convient mieux. Les recruteurs s’y attendent. Cela vous permettra de refaire une lecture de l’offre d’emploi qui vous intéresse et de mieux vous préparer. Pensez également à enregistrer un message de boîte vocale professionnel dans la langue dans laquelle vous souhaitez travailler. Cela évitera toute confusion pour l’employeur.

2- L’importance de la ponctualité

Une fois l’entrevue téléphonique passée, et si tout s’est bien déroulé, le recruteur vous conviera ensuite à une entrevue d’embauche aux bureaux de l’entreprise pour laquelle vous souhaitez travailler. Vous devez impérativement arriver à l’heure. Si le recruteur vous invite pour une entrevue à 15h, tâchez même de vous présenter quelques minutes plus tôt.

Prenez donc soin de préparer votre déplacement et de tenir compte de la météo qui pourrait vous ralentir en chemin. Si par malheur vous ne croyez pas pouvoir arriver au rendez-vous à l’heure prescrite, prenez le temps d’appeler le recruteur pour l’informer de la situation.

3- Faire une bonne première impression

C’est bien connu, on n’a jamais une deuxième chance de faire une bonne première impression, et cela est d’autant plus important en recherche d’emploi. Ainsi, prenez soin de bien choisir vos vêtements, votre parfum, vos chaussures et vos accessoires et de vous coiffer en prévision d’une entrevue d’embauche. Pour ce faire, vous pouvez vous inspirer du poste que vous convoitez et imaginer de quelle façon vous vous présenteriez lors de votre première journée de travail ou d’une rencontre d’affaires. Vous pouvez également consulter la page Facebook ou la page Instagram de l’entreprise pour voir quel semble être le code vestimentaire et l’image qu’elle souhaite dégager.

La poignée de main est aussi un élément déterminant d’une bonne première impression. Sachez que le recruteur québécois s’attend à une poignée de main ferme, pleine de confiance, et d’un contact visuel positif.

4- Maîtriser son domaine d’expertise… dans la langue de l’employeur

Pour bien vendre votre candidature à un employeur, il est primordial que vous parliez le même langage que lui. Et pas seulement par rapport à langue d’usage, mais aussi par rapport au jargon propre à votre domaine d’expertise. Avant de vous présenter à une entrevue, assurez-vous que vous connaissez les termes employés au Québec dans votre domaine et prenez soin de faire traduire vos documents importants par quelqu’un qui s’y connaît bien.

5- Être préparé

Une bonne façon d’impressionner un employeur lors d’un entretien d’embauche, c’est de répondre à ses questions de façon préparée. Ainsi, avant le rendez-vous, assurez-vous d’être en mesure de répondre au moins aux questions suivantes :

  • Pourquoi êtes-vous le meilleur candidat pour ce poste?
  • Pourquoi souhaitez-vous travailler avec nous?
  • Pourquoi souhaitez-vous quitter votre emploi actuel?

Ce sont des classiques. Pour répondre aux deux premières questions, prenez soin de bien comprendre l’offre d’emploi, de faire des liens avec votre propre parcours professionnel et d’explorer le site Web et les réseaux sociaux de l’entreprise qui vous intéresse pour bien la connaître. Vous serez ainsi en mesure de répondre avec aplomb. Pour la troisième, souvenez-vous de rester honnête, sans parler en mal de votre employeur actuel ou passé.

En faisant quelques recherches et en vous préparant pour ces trois questions, vous devriez aussi être en mesure de répondre aux autres qui porteront sur vos expériences de travail et les exigences du poste convoité.

6- Discuter de vos attentes salariales et des conditions de travail

Au Québec, cela est tout à fait normal de discuter du salaire, des conditions de travail et des avantages sociaux offerts par l’employeur. Vous devez ainsi être prêt à partager vos attentes salariales et à poser des questions sur ce qu’offre l’employeur. Vous trouverez facilement sur le Web le salaire moyen, au Québec, du poste qui vous intéresse.

Si vous ressentez le besoin d’avoir plus de conseils ou d’accompagnement pour bien vous préparer en vue d’une entrevue d’embauche au Québec, n’hésitez pas à contacter les organisations de votre région liées à l’emploi et à l’immigration.

Par Marie-Claude Savoie, rédactrice marketing chez Jobillico

Auteur : Jobillico

Nous croyons que tout le monde mérite d’être plus heureux au travail. Vraiment. Nous sommes aussi convaincus que toutes les entreprises doivent avoir accès aux meilleurs talents.

En savoir plus

Autres conseils d'experts

0239fe7a b938 4c64 8a4c de3853424c38
Pour le nouvel arrivant, la maîtrise du français est un facteur déterminant pour une intégration rapide. Pour les non-francophones, il s’agit donc de planifier son apprentissage du français en fonction de son objectif professionnel et du parcours « scolaire » (professionnel, universitaire ou collégial), nécessaire à sa réalisation.

Publié le : 23 mai 2018

Ab7e4e45 5215 410c aa04 612f3afa3ed2
Les papillons virevoltent, les oiseaux chantent, et l’idée des vacances nous sourit déjà. Pour les nouveaux arrivants allophones, c’est le moment de s’approprier le vocabulaire français des vacances.

Publié le : 12 juin 2018