En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d’analyse et de statistiques visant à améliorer le contenu du site et votre expérience En savoir plus
Logo color
Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 13 octobre 2016

Bien se renseigner pour être prêt à partir

Prénom : Olga Arrivée en : 2015 Pays d'origine : Liban Statut à l'arrivée : Permis de travail fermé / jeunes pros

Quand nous avons pris la décision d’immigrer avec mon mari et nos deux enfants en 2006, nous avions sélectionné deux pays : le Canada et l’Australie. Le fait que nous étions francophones et que nos enfants auraient la possibilité d’être bilingues nous a fait choisir le Québec. Nous avons fait appel à un avocat en immigration de Montréal qui s’est déplacé plusieurs fois au Liban. J’avais auparavant vérifié qu’il était bien assermenté par le ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI). Cela nous a coûté 10 000 $ CAN, la moitié pour les frais d’avocat et l’autre pour les frais d’immigration.

Mettre à profit l’attente pour se renseigner

Lorsque notre choix s’est porté sur le Québec, nous voulions que les choses aillent vite. Entre l’envoi de notre dossier et la réception de notre résidence, il a fallu attendre 5 ans. Nous avons mis cette période à profit pour économiser et faire des recherches sur la vie à Montréal. Nous avions quelques doutes au début mais, après nos recherches et les 5 années d’attente, ils s’étaient dissipés. Au début, je faisais beaucoup de recherches sur les sites Internet du ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion et du Gouvernement du Canada. Lorsque nous avons passé notre entretien de sélection, deux ans et demi après le début des démarches, nous avons reçu le guide « Apprendre le Québec » qui contient de nombreuses informations très utiles pour les immigrants. Je regrette cependant que la majorité des témoignages soit ceux d’Européens, j’aurais aimé davantage de diversité. J’ai consulté également le site Internet d’Emploi-Québec et de l’Information sur le marché du travail (IMT) en ligne et rempli le Plan d’action personnalisé. Un an avant de venir, nous avons commencé à regarder les journaux et magazines liés à l’immigration. Nous savions plus ou moins à quoi nous attendre.

Emploi : être prêt dès l’arrivée

J’ai gagné beaucoup de temps en faisant mes recherches. J’ai, par exemple, appris que je devais faire une évaluation comparative des études effectuées hors du Québec, je l’ai donc faite avant de venir.  Je voulais poursuivre mon expérience professionnelle dans le domaine de l’enseignement et j’ai pris contact avec des orthopédagogues au Québec pour me renseigner sur le secteur d’activité. C’est ainsi que j’ai appris qu’il était nécessaire d’avoir un permis d’enseigner.  J’ai donc entamé les démarches depuis le Koweït où nous résidions à l'époque et, quand je suis arrivée au mois de mai, j’avais déjà envoyé tous les éléments nécessaires et il ne me restait plus qu’un test de français à passer. Dès mon arrivée, j’étais préparée à rechercher du travail. J’avais réalisé mon CV aux normes québécoises et commencé à regarder les sites de recherches d’emploi spécialisés. J’ai également rencontré la présidente de l’association des orthopédagogues qui m’a beaucoup aidée. Finalement, j’ai eu un entretien dans une école privée et j’ai été recrutée pour être orthopédagogue à la rentrée de septembre. Un conseil pour les immigrants : pensez à demander à vos anciens employeurs des lettres d’expérience. Je l’avais fait mais je ne savais pas que, pour le domaine de l’éducation, ces lettres doivent préciser s’il s’agit d’un emploi à temps complet ou partiel et le nombre de jours. Cela fait une grosse différence car, selon le barème de l’école, sans ces lettres je serai rémunérée à l’échelon 5 mais avec à l’échelon 12 ou 13.

Vie quotidienne : faire des repérages

Afin de bien choisir notre quartier, nous avions loué un logement meublé pour un mois sur le Plateau Mont-Royal pour 1700 $ CAN. Une fois sur place, nous avons fait un mois de recherches intensives et finalement nous nous sommes installés dans le quartier de Côte-des-Neiges. Nous louons un 5 ½ pour 1025 $ CAN par mois. Nous avons dû acheter tous les meubles et équipements pour la maison et le reste arrivera par conteneur dans quelques semaines. Je voulais une garderie proche de notre domicile et, dès notre logement définitif trouvé, je me suis renseignée sur les modes de garde près de chez moi. J’ai trouvé une garderie proche pour mes garçons de 16 mois et trois ans et demi qui nous revient à 37 $ CAN par jour pour le grand et 42 $ CAN pour le petit. Nous avons droit à des allocations familiales et provinciales ainsi que des crédit d’impôt pour nous aider.      

Autres témoignages

C03c9668 c91a 494f 80be ea3aa38d197d
Assez rapidement après notre installation à Montréal, l'idée d'ouvrir ma propre entreprise a commencé à me caresser.

Publié le : 08 février 2018

Ca92c371 706f 464c b4b0 7916f8f15ba6
En arrivant, j’ai trouvé le rythme de vie très bien organisé, ce qui m’a aidé à apprendre à planifier mes journées, mes études, bref, ma vie !

Publié le : 05 mars 2018