En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d’analyse et de statistiques visant à améliorer le contenu du site et votre expérience En savoir plus
Logo color
Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 15 novembre 2015

Commencer à la base pour évoluer

Prénom : Alice Arrivée en : 2014 Pays d'origine : France Statut à l'arrivée : Étudiant

Je suis arrivée en mars 2014 avec un permis de travail rattaché à mon conjoint qui était étudiant. Puisque je ne faisais pas partie de l'Ordre des ingénieurs du Québec et que je n'avais pas encore mon équivalence de diplôme, je visais des entreprises dans lesquelles je pourrais commencer à la base et évoluer ensuite en tant qu'ingénieur. J'ai ainsi débuté ma première expérience québécoise en tant que journalière. Je travaillais de soir ce qui me laissait le temps dans la journée de poursuivre mes recherches d'emploi.

L'évaluation comparative des diplômes, un coup de pouce dans ma recherche d'emploi

Avant de venir, je m'étais déjà renseignée concernant la pratique de la profession d'ingénieur au Québec. Mon diplôme n'étant pas reconnu, j’avais besoin de le faire reconnaitre. Les démarches étant assez longues, je l’ai demandée dès la réception de mon diplôme, en novembre 2013. J'ai réalisé ma demande sur le site Internet du ministère de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion. Les démarches sont bien expliquées et assez simples. De plus, la France et le Québec ont des ententes pour la Reconnaissance mutuelle des qualifications professionnelles, cela peut faciliter les choses. À la fin du mois d'août 2014, j'ai obtenu la reconnaissance de mon diplôme. La différence a été évidente. J'envoyais de nombreux CV auparavant sans aucun retour et avec mon équivalence, j'ai tout de suite obtenu trois entrevues pour des postes de chargée de projets dans le secteur de l’ingénierie mécanique, mon domaine de prédilection. Je pense que ma première expérience québécoise était également un atout dans ma recherche d'emploi.

Des services d'aides pour les immigrants

En mai 2014, je me suis rendue à Montréal au Salon de l'immigration et de l'intégration au Québec. J'ai rencontré durant ce salon le Service d'aide aux néo-canadiens et Pro-Gestion Estrie. J'avais commencé mes recherches d'emploi avant mon arrivée au Québec mais je n'avais pas les outils adaptés. Grâce aux organismes rencontrés au Salon de l'immigration, j'ai rédigé mon CV en respectant les critères québécois. En effet ici il ne faut pas mentionner son âge, son statut ni mettre de photo sur son CV. J'ai également commencé à développer mon réseau même si les événements de réseautage n'étaient pas mon point fort.

Autres témoignages

Dc9a33c8 7166 4e26 808c e9e1d52a23cd
Nous sommes arrivés au Québec en janvier 2004 avec nos 3 filles alors âgées de 13, 10 et 3 ans. Après un voyage de prospection, de longues recherches sur la vie au Québec et les démarches d'immigration nécessaires, nous déposons nos valises à Sherbrooke par une belle journée à -28 degrés Celsius !

Publié le : 14 mars 2018

C03c9668 c91a 494f 80be ea3aa38d197d
Assez rapidement après notre installation à Montréal, l'idée d'ouvrir ma propre entreprise a commencé à me caresser.

Publié le : 08 février 2018