En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d’analyse et de statistiques visant à améliorer le contenu du site et votre expérience En savoir plus
Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Concilier enfants et finances

Publié le 10 juillet 2017
Prénom : Maria Arrivée en : 2011 Pays d'origine : Argentine

Si immigrer met parfois les finances à rude épreuve, démarrer une nouvelle vie au Québec impacte encore plus le budget quand on a des enfants. Maria, une Argentine arrivée avec son mari français et leur petite fille en 2011, estime que la famille a vu ses dépenses en épicerie augmenter depuis qu’ils vivent à Montréal. 

« Bien manger nous coûte presqu’autant d’argent que l’hypothèque, plaisante-t-elle. Par contre, on habille les enfants pour pas cher grâce aux vêtements de seconde main. Cela aide à alléger le budget. » 

Inquiète à l’idée de nourrir ses petits avec du bœuf élevé aux hormones et aux antibiotiques ou avec du poulet lavé à l’eau de Javel, cette maman de trois enfants tient à acheter des aliments de qualité et privilégie les produits issus de l’agriculture biologique.

 Pour le moment, l’aînée va dans une école publique, mais, Maria et son mari Yann comptent se tourner vers le privé quand leurs enfants auront l’âge d’entrer au secondaire. Pour financer ce projet ainsi que les études universitaires de sa progéniture, Maria, qui a arrêté de travailler pour s’occuper de ses enfants, sait qu’elle n’aura pas d’autre choix que de reprendre un emploi. 

Retrouvez l'intégralité de l'article en téléchargeant gratuitement le webmagazine "Bien gérer ses finances au Québec".

Autres témoignages

Je m’appelle Éma Gingras. J’ai 22 ans et je suis originaire de Nantes en France. Je suis arrivée au Québec au mois de janvier 2017 dans le froid et la neige, en laissant derrière moi parents, conjoint et amis.
Finalement, nous avons tellement aimé Québec et sa région que nous sommes restés. C’est tellement pittoresque et romantique. On a l’impression d’être dans un décor de carte postale ici. Il y a plein de festivals, les gens sont très gentils et on y mange très bien.