Logo color

Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 16 juillet 2017

Une formation professionnelle en région

Prénom : François Pays d'origine : France

 Après un baccalauréat scientifique et une formation intensive comme ajusteur/monteur en aéronautique en Bretagne, j'ai eu très envie de découvrir de nouveaux horizons. C'est en cherchant des formations en soudure à l'étranger que j'ai constaté que le Québec offrait une variété de formations professionnelles. 

Au cours de ma recherche, je suis tombé sur le site Internet de Québec métiers d'avenir. Après les avoir contactés, tout est allé très vite. Ils m'ont aidé dans les formalités administratives et les inscriptions à la formation. Trois mois plus tard, je posais mes valises à Plessisville, à deux heures de Montréal. 

Je ne suis pas un gars de grande ville alors la vie en région me va très bien. C'est une ville de taille moyenne, mais néanmoins vivante et dynamique. Il y a beaucoup d'étudiants, je me suis déjà fait pas mal d'amis. La formation répond vraiment à mes attentes. Le contenu est varié, l'enseignement axé sur l'acquisition de compétences et j'apprécie particulièrement la proximité avec les professeurs. Il y a un très bon suivi des apprentissages grâce à des sessions de tutorat avec un formateur référent. 

Ces rendez-vous permettent de travailler sur nos faiblesses et nos points forts. Ma formation dure 18 mois et se terminera par un stage. J'attends de voir qu'elles offrent d'emploi s'offriront à moi pour décider si je reste au Québec ou pas, mais pour le moment, je ne regrette pas mon expérience !

Retrouvez d'autres témoignages en téléchargeant gratuitement le webmagazine Venir étudier au Québec.

Autres témoignages

B6fabebf 4105 47cb 9712 3b6d5c72bbe3
Venus à Québec en 2014 pour deux ans, nous sommes toujours là! Le contrat de mon mari, transféré par son entreprise, a été prolongé de 18 mois.

Publié le : 28 décembre 2017

9bcf57f9 73f6 472f a0e9 3d6a40421b8a
C’est pour que nos trois enfants grandissent dans un environnement paisible et non pas violent que ma femme, Vanessa, et moi-même avons quitté Brasilia pour Québec en 2014.

Publié le : 04 janvier 2018