En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d’analyse et de statistiques visant à améliorer le contenu du site et votre expérience En savoir plus
Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 14 juin 2017

Fuir la Syrie et être accueilli à Québec

Prénom : Jad Moussalli Arrivée en : 2016 Pays d'origine : Syrienne, République arabe Statut à l'arrivée : Permis de travail fermé / jeunes pros

Après avoir fui la Syrie pour le Liban, je voulais aller en Allemagne mais c’était dangereux. Et, puis on m’a parlé du programme de parrainage au Canada. Un ami de ma famille ayant immigré à Montréal il y a 30 ans a accepté de me parrainer. Je suis arrivé au Québec le 1er janvier 2016. Après un mois passé chez mon parrain, j’ai obtenu une place dans un foyer pour les jeunes dans la ville de Québec, où je vis toujours. Je me sens chanceux d’être ici car les gens sont accueillants et essaient toujours de m’aider. En plus, on est entouré par la nature. 

J’aime beaucoup me rendre au Mont-Sainte-Anne ou au Parc national de la Jacques-Cartier.   J’ai commencé par travailler dans un café puis, en mai, j’ai débuté une maîtrise en biomatériaux à l’Université Laval grâce à une bourse d’études. En Syrie, je m’étais spécialisé en science des matériaux lors de mes études en génie mécanique. 

En parallèle, je suis interprète pour un professeur de l’Université, dont les recherches portent sur les réfugiés syriens et je suis bénévole pour la Croix-Rouge. Cela me permet de m’intégrer à la société québécoise. C’est aussi une façon pour moi de dire merci vu que des bénévoles de la Croix-Rouge étaient présents à l’aéroport pour m’accueillir à la descente de l’avion.

Cela me permet aussi de m’intégrer à la société québécoise. Pour moi, il est important de ne pas rester uniquement au sein de sa communauté. Je vois deux familles syriennes de temps en temps mais sinon j’ai des amis au sein du laboratoire de l’université, où les gens viennent de différents pays.   Je parlais déjà bien le français car c’est une langue valorisée en Syrie. 

J’ai rapidement quitté le cours de francisation pour travailler dans un restaurant. Cela me permettait de gagner ma vie et de perfectionner plus efficacement mon français.  

Ce témoignage est publié en collaboration avec Québec International. Retrouvez toutes les informations et les opportunités professionnelles à Québec et ses environs sur quebecentete.com.      

Autres témoignages

Après un voyage en été au Québec, puis un autre en hiver, j’ai trouvé un job à Montréal depuis la France. Ce que je recherchais c'était l’aventure et le dépaysement. Je n’ai pas quitté la France parce que j’en étais dégouté, ou frustré, j’y avais une bonne situation et beaucoup d’amis.

Publié le : 26 février 2018

L’insécurité de l’emploi, le manque de revenus suffisants pour cotiser à un régime de retraite privé ainsi que l'éloignement familial nous ont fait envisager un retour en France.

Publié le : 20 avril 2018