En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d’analyse et de statistiques visant à améliorer le contenu du site et votre expérience En savoir plus
Logo color
Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 01 mai 2016

Immigrer en famille

Prénom : Catherine Arrivée en : 2015 Pays d'origine : France Statut à l'arrivée : Étudiant

Cela faisait 15 ans que nous venions au Québec en vacances et c’est une province qui nous attirait énormément. Nous avions avec mon mari une très bonne situation professionnelle en France. À 46 ans ce n’est pas évident de se dire que l’on va tenter autre chose dans un nouveau pays, mais nous voulions voir ce qui se passe ici. Nous ne voulions pas venir en tant que résidents permanents car la procédure nous semblait assez longue. Mon mari a donc décidé de reprendre ses études et nous sommes arrivés ici en juillet 2015 avec deux de nos enfants de 17 et 11 ans.

Inscrire mes enfants dans le système scolaire français

En arrivant à Montréal, nous ne savions pas si notre immigration serait temporaire ou définitive. Notre fils ainé venait de passer le bac de français en France et nous voulions qu’il puisse suivre le reste de sa scolarité selon le système éducatif français. Nous nous étions renseigné avant notre départ notamment lors d’un voyage de prospection au mois d’avril. On nous avait conseillé d’inscrire notre ainé au Collège Stanislas qui suit le programme français. Ainsi, quand nous rentrerons en France nous pourrons lui proposer une continuité dans sa scolarité. Pour le plus jeune, nous nous sommes posé la question de l’inscrire dans le système scolaire québécois. Sur les conseils d’amis et pour davantage de facilité dans l’organisation de notre vie quotidienne nous avons choisi de les inscrire dans le même établissement scolaire. L’intégration des enfants dans cet établissement a été très facile. Comme me disait mon fils, tous les élèves viennent d’horizons et de pays différents et beaucoup ont connu l’immigration. Ils ont donc tendance à aller voir les autres et à s’entraider. De plus j’aime l’idée que mes enfants rencontrent d’autres enfants du monde entier, le brassage ethnique est important et riche. Les enfants suivent le même programme qu’en France, mais ici il est réparti sur 5 jours au lieu de 4 et demi. Cela leur permet de finir plus tôt dans la semaine et leur laisse le temps de faire des activités sportives ou artistiques proposées par le collège.

Calculer son budget

Quand nous avons pris la décision de venir au Québec, nous savions qu’il fallait prévoir un budget important. Nous avons amené de quoi tenir un an sans revenu, pour une famille de 4 personnes. Nous avons trouvé une maison à louer dans le quartier d’Ahuntsic pour 1700 $ CAN par mois. Pour l’ameublement et l’équipement  nous avons dépensé 7500 $ CAN. Nous avons également acheté une voiture. Il faut partir avec des économies importantes, surtout lorsque l’on vient en famille. Ainsi l’école des garçons revient à 9000 $ pour une année, ce qui semble important, mais reste très raisonnable pour une école privée en Amérique du Nord. Mon mari a repris des études et avec ses horaires de cours et le travail personnel il ne peut pas pour le moment travailler en parallèle. Quant à moi, je ne me suis pas fixer d’objectif professionnel à mon arrivée, je voulais juste profiter de la ville. J’ai demandé par hasard au Collège Stanislas s’il cherchait une personne dans le domaine de la comptabilité et j’ai eu la chance de tomber au bon moment. Je suis donc actuellement assistante à la gestion financière. Les missions sont différentes du poste de directrice d’agence bancaire que j’occupais en France, mais j’aime le contact avec les clients qui viennent d’horizons différents.

Autres témoignages

158112a2 94a9 4a45 ba77 3a3af924cf38
Je m’appelle Éma Gingras. J’ai 22 ans et je suis originaire de Nantes en France. Je suis arrivée au Québec au mois de janvier 2017 dans le froid et la neige, en laissant derrière moi parents, conjoint et amis.

Publié le : 16 mars 2018

73357ea7 0da7 41d7 ba7c bfc095b193a2
L’insécurité de l’emploi, le manque de revenus suffisants pour cotiser à un régime de retraite privé ainsi que l'éloignement familial nous ont fait envisager un retour en France.

Publié le : 20 avril 2018