En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d’analyse et de statistiques visant à améliorer le contenu du site et votre expérience En savoir plus
Logo color
Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 16 mars 2018

J’ai découvert ma passion au Québec !

Drapeau Francais
Prénom : Éma Gingras Arrivée en : 2017 Pays d'origine : France

Je m’appelle Éma Gingras. J’ai 22 ans et je suis originaire de Nantes en France. Je suis arrivée au Québec au mois de janvier 2017 dans le froid et la neige, en laissant derrière moi parents, conjoint et amis. Une semaine plus tard, soit exactement 3 mois après avoir pris ma décision de venir étudier au Québec, je débutais une formation professionnelle en décoration intérieure à Longueuil. Aujourd’hui, après plus d’un an, je suis heureuse de mon choix et je ne regrette aucunement ma décision.

J’ai décidé de quitter la France sur un coup de tête, car j’avais le sentiment qu’il n’y avait vraiment rien pour moi. Je changeais de travail tous les 3 mois et je ne trouvais rien qui m’intéressait ou qui offrait de bonnes perspectives d’emploi. Bref, mon avenir semblait incertain. J’ai choisi le Québec, car j’y ai de la famille, mais aussi parce que j’avais le sentiment que je pourrais enfin faire quelque chose de ma vie là-bas.

Ma belle-mère qui travaille à l’Office franco-québécois pour la jeunesse (OFQJ) m’a parlé de Québec métiers d’avenir (QMA). Intéressée par l’art, j’ai regardé sur leur site les programmes qui étaient offerts dans ce domaine. J’y ai découvert le cours Décoration intérieure et présentation visuelle. Tout de suite, je me suis renseignée auprès d’eux. Ils ont répondu à toutes mes questions, m’ont conseillée et ont vraiment porté une attention particulière à ma candidature. Cela m’a donné envie de débuter le projet.

Mon intégration s’est très bien déroulée et a été rapide. Après seulement 2 mois, je considérais déjà que ma vie était au Québec. Tous les gens ont été d’une grande gentillesse avec moi en commençant par les professeurs, très accessibles et disponibles pour répondre à nos questions.

En plus de mon travail à temps partiel, j’ai de 3 à 4 cours par session, organisés en modules. Nous avons la chance de n’être que 12 par classe ce qui favorise un enseignement plus personnalisé. Le cours que je préfère est Projet résidentiel. Nous avons le mandat de redécorer tout le rez-de-chaussée d’une maison. Nous sommes autonomes et nous décidons de chaque décoration. Nous faisons les recherches, les devis et les plans. Comme dans un vrai emploi !

Depuis que je suis ici, j’ai le sentiment d’avoir trouvé mon domaine. Je vois ma vie enfin avancer. J’aimerais rester au Québec pour donner suite à mes études. Nos professeurs nous parlent beaucoup des débouchés professionnels et ce que nous pourrons faire après nos études. Il y a plusieurs possibilités : étalagistes de magasin ; décorateur pour le privé ou le public ; dessinateur de maison, etc. C’est très diversifié, au point que mon choix n’est pas encore arrêté.

On me demande parfois si ce que je vis correspond à ce à quoi je m’attendais. En fait, cest encore mieux ! Les cours, les gens… et sur le plan plus personnel, j’ai découvert des aspects de moi que je ne connaissais pas, notamment la patience et la persévérance… mais aussi, la passion !

Auteur : Québec métiers d'avenir

Éducation internationale est la coopérative sans but lucratif mandatée par le Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur du Québec pour coordonner la promotion des études en formation professionnelle à l’étranger.

En savoir plus

Autres témoignages

F9001d28 1a26 48ee 943b 275875bfb201
Tout a commencé avec la rencontre d’un beau Québécois lors de vacances en République dominicaine. Après notre mariage en 2005, nous avons vécu à Atlanta, puis à Las Vegas.

Publié le : 25 janvier 2018

Aac9d94f 5a67 4605 96c9 270f3300fcd8
Après un voyage en été au Québec, puis un autre en hiver, j’ai trouvé un job à Montréal depuis la France. Ce que je recherchais c'était l’aventure et le dépaysement. Je n’ai pas quitté la France parce que j’en étais dégouté, ou frustré, j’y avais une bonne situation et beaucoup d’amis.

Publié le : 26 février 2018