En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d’analyse et de statistiques visant à améliorer le contenu du site et votre expérience En savoir plus
Logo color
Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 20 avril 2018

« L'insécurité de l'emploi et l'éloignement familial nous ont fait envisager le retour. »

Prénom : Celia Bohada Lopez Arrivée en : 2013 Pays d'origine : Colombie Statut à l'arrivée : Résident permanent

Je suis diplômée d'un master en sciences de la langue en français langue étrangère, ce qui me permet d’enseigner le français aux personnes dont ce n’est pas la langue maternelle. Mon mari est colombien et nous vivions à Bogota avant de nous établir au Québec. Nous étions à la recherche d'une vie tranquille, stable professionnellement et plus sécuritaire qu'en Colombie. Nous avons choisi le Québec où nous sommes arrivés en 2013 comme résidents permanents.

Nous avions entendu dire qu’il était facile et rapide d'avancer professionnellement. Je souhaitais enseigner le français, aux immigrants au sein du programme du ministère de l'immigration (le MIDI) et mon mari qui est ingénieur industriel a repris un DESS en développement durable.

Nous sommes restés presque 5 ans. Mon mari n’a pas trouvé de travail en développement durable, mais a réussi à décrocher au bout de 3 ans, un poste dans une grosse entreprise en ingénierie. De mon côté, je n’ai jamais pu me stabiliser professionnellement, et j’ai cumulé les petits contrats précaires dans les écoles de langues. Le MIDI a ouvert une convocation il y a un an, mais n’a reconnu ni mon diplôme ni mon expérience professionnelle.

L’insécurité de l’emploi, le manque de revenus suffisants pour cotiser à un régime de retraite privé ainsi que l'éloignement familial nous ont fait envisager un départ en France.

J’ai passé le concours pour être professeur titulaire en France et je l'ai réussi, suite à quoi nous avons organisé notre départ. Je suis arrivée à Nantes le 22 août 2017 pour prendre un poste de professeur d'espagnol à la rentrée scolaire. Mon mari est encore au Québec mais me rejoindra en France bientôt.

Le fait d'avoir un travail qui m'attendait a grandement facilité mon retour. Mes collègues sont charmants et disponibles, et je me suis déjà fait de nombreux amis.

Vous désirez découvrir d’autres témoignages et articles en liens avec le retour dans son pays d'origine ? Téléchargez notre guide Partir ou rester ? Envisager le retour au pays.

Auteur :

Autres témoignages

76eec47b 0f73 4478 b355 8122c8912406
J'ai grandi à Yamoussoukro, où j'ai fait toute ma scolarité au lycée français, avant d’aller en France poursuivre mes études universitaires. J’espérais m'y installer définitivement, mais après un master en gestion de patrimoine, j'ai eu du mal à trouver du travail.

Publié le : 23 janvier 2018

71cf2ce5 8fee 46cc 9439 fe5127ae09c6
Dès mon arrivée au Québec, j'ai fait une demande de reconnaissance de mes diplômes auprès du gouvernement avec l'aide d'Emploi-Québec, mais j'ai rapidement compris que cela ne suffirait pas pour trouver un emploi.

Publié le : 31 janvier 2018