En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d’analyse et de statistiques visant à améliorer le contenu du site et votre expérience En savoir plus
Logo color
Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 08 juillet 2014

La restauration et l’hôtellerie, des métiers en demande

Prénom : Virginie Arrivée en : 2006 Pays d'origine : Belgique Statut à l'arrivée : Étudiant

J’ai découvert la Belle-Province à l’occasion d’un stage de 5 mois dans le domaine du tourisme à Québec, la ville. À mon retour, en Belgique, je souhaitais absolument revenir au Québec et j’ai donc cherché tous les moyens possibles pour y immigrer. En 2006, le PVT (permis Vacances-Travail) n’existait pas pour les jeunes Belges. J’ai dû attendre 2007 pour y participer et j’ai donc été une des premières Belges à bénéficier du PVT. J’ai même été invitée au lancement officiel du PVT à l’ambassade du Canada à Bruxelles avec d’autres PVTistes belges.

Au Québec, les employeurs te laissent ta chance

J’ai d’abord travaillé dans une auberge B&B à Montréal pendant 3 ans. Ensuite, j’ai eu l’opportunité de travailler pour un grossiste réceptif en voyage au Canada. Une expérience totalement nouvelle pour moi, et j’ai quasiment tout appris du métier sur le tas. L’avantage au Québec, c’est que les employeurs ne te jugeront pas sur ton diplôme et vont te laisser ta chance. Depuis 3 ans, je travaille à l’ITHQ (Institut de tourisme et d'hôtellerie du Québec), au service des stages.

Des opportunités professionnelles nombreuses au Québec dans les domaines du tourisme, de la restauration et de l’hôtellerie

Avant mon départ au Québec, je m’étais renseignée sur ma profession. Je m’étais rendu compte que je n’avais pas besoin de passer par un ordre professionnel pour exercer mon métier. Et puis, grâce à mon précédent stage à Québec, j’avais déjà pu constater que les opportunités étaient nombreuses. Il y a un véritable manque de main-d’œuvre dans les domaines de la restauration, l’hôtellerie et le tourisme au Québec. Je le constate tous les jours avec mon poste actuel où je reçois de nombreuses offres d’emploi. Mais il faut aussi être conscient que ce sont des métiers pas toujours bien payés.

L’importance du réseautage dans la recherche d’emploi

L’hôtellerie et la restauration sont de petits milieux au Québec, entretenir de bonnes relations avec les différents acteurs du secteur est très important. C’est d’ailleurs grâce à la patronne de mon précédent emploi que j’ai pu obtenir mon poste à l’ITHQ. J’étais restée en contact avec elle grâce à Facebook ! Par rapport à la Belgique, où j’ai dû attendre 9 mois avant d’avoir une réponse pour une demande de stage, j’ai été très surprise de constater que, au Québec, les employeurs ne vont pas te juger tout de suite sur tes diplômes ou ton expérience et vont te laisser ta chance.

Des métiers en demande mais pas toujours bien payés

Pour travailler dans la restauration ou l’hôtellerie au Québec, en tant qu’immigrant, il ne faut pas avoir peur de repartir de zéro avant d’obtenir des postes intéressants. Ce n’est pas toujours facile à accepter mais on évolue rapidement. Ce sont des métiers en demande mais pas toujours bien payés. En revanche, les conditions de travail sont meilleures qu’en Europe. J’ai d’ailleurs eu un retour plutôt amusant d’un étudiant français venu ici faire son stage dans un restaurant qui avait été très surpris de constater que ça ne criait pas dans les cuisines ! Au niveau de l’intégration, ça ne se fait pas du jour au lendemain. C’est à nous d’aller vers les Québécois. Je me mets à leur place, vu le nombre d’immigrants qui viennent chaque année ici, on ne peut pas exiger d’eux d’être tout de suite leurs amis. Il faut se faire sa place et ne pas rester au sein de sa communauté, s’ouvrir aux autres. 

(Si l'image pour télécharger le guide n'apparait pas, pensez à désactiver le module Adblock dans les paramètres de votre navigateur Internet)  Retrouvez d'autres témoignages d'immigrants dans notre guide Immigrer au Québec en téléchargement gratuit !

Autres témoignages

C03c9668 c91a 494f 80be ea3aa38d197d
Assez rapidement après notre installation à Montréal, l'idée d'ouvrir ma propre entreprise a commencé à me caresser.

Publié le : 08 février 2018

71cf2ce5 8fee 46cc 9439 fe5127ae09c6
Dès mon arrivée au Québec, j'ai fait une demande de reconnaissance de mes diplômes auprès du gouvernement avec l'aide d'Emploi-Québec, mais j'ai rapidement compris que cela ne suffirait pas pour trouver un emploi.

Publié le : 31 janvier 2018