En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d’analyse et de statistiques visant à améliorer le contenu du site et votre expérience En savoir plus
Logo color
Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 13 mars 2016

Le bénévolat : une porte ouverte sur le marché du travail

Prénom : Ivan Arrivée en : 2010 Pays d'origine : Vénézuela Statut à l'arrivée : Permis de travail fermé / jeunes pros

Au Venezuela, j’étais conseiller en commerce international dans une chambre de commerce dont l’objectif était de faciliter les relations entre les entreprises colombiennes et vénézuéliennes. J’avais également participé à la création d’un parti politique qui a pris, après quelques années, sa place dans le paysage politique au Venezuela. Cependant, dans un contexte économique et sécuritaire difficile, nous avons décidé avec ma femme d’immigrer au Québec.

Se familiariser avec l’entrepreneuriat au Québec

En attendant notre résidence permanente, nous avons suivi des cours de français à l’Alliance française. Je ne le parlais pas correctement en arrivant et il me manquait le vocabulaire nécessaire pour évoluer dans le milieu des affaires. J’ai donc suivi des cours de francisation et ensuite à HEC Montréal un Certificat en affaires internationales pour améliorer mon vocabulaire. À la fin de ma formation, j’ai eu l’opportunité de suivre le programme Interconnexion de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain. Cela a été une véritable chance pour moi car j’ai pu réaliser un stage dans cette Chambre en développement des affaires à l’international. C’est à ce moment que j’ai découvert l’écosystème de l’entrepreneuriat à Montréal et que j’ai eu mes premiers contacts avec des entreprises et des gens d’affaires.

Saisir les opportunités

Par le biais de ce stage, j’ai découvert la Chambre de Commerce Latino-américaine du Québec (CCLaQ). J’ai rencontré le  directeur qui recherchait un bénévole pour établir un service à l’international, je me suis proposé pour ce bénévolat. Suite à ce projet, j’ai été recruté par la CCLaQ pour être en charge d’un couple de projets de novembre 2013 à février 2015. J’ai ensuite eu la chance d’obtenir le poste de directeur de la CCLaQ. C’est le meilleur défi de ma vie professionnelle. Le bénévolat est une porte d’entrée au Québec pour de réelles opportunités professionnelles. Au Venezuela, faire du bénévolat n’est pas courant, les gens ont davantage de contraintes économiques. Ici, c’est complètement différent.  

Autres témoignages

76eec47b 0f73 4478 b355 8122c8912406
J'ai grandi à Yamoussoukro, où j'ai fait toute ma scolarité au lycée français, avant d’aller en France poursuivre mes études universitaires. J’espérais m'y installer définitivement, mais après un master en gestion de patrimoine, j'ai eu du mal à trouver du travail.

Publié le : 23 janvier 2018

Aac9d94f 5a67 4605 96c9 270f3300fcd8
Après un voyage en été au Québec, puis un autre en hiver, j’ai trouvé un job à Montréal depuis la France. Ce que je recherchais c'était l’aventure et le dépaysement. Je n’ai pas quitté la France parce que j’en étais dégouté, ou frustré, j’y avais une bonne situation et beaucoup d’amis.

Publié le : 26 février 2018