En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d’analyse et de statistiques visant à améliorer le contenu du site et votre expérience En savoir plus
Logo color
Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 09 juillet 2012

Le Québec, la belle vie pour les infirmières !

Prénom : Nicole Lamproye Arrivée en : 2012 Pays d'origine : Belgique

Originaire de Belgique, j'y étais infirmière, plus particulièrement en soins à domicile pour une association. Après avoir travaillé six ans et demi en tant que telle, j’ai changé d’orientation. Je suis devenue déléguée médicale et ce, pendant une dizaine d’années. Ensuite je suis revenue à mes premières amours…infirmière. 

J’ai recommencé à travailler pour des agences intérimaires. J’étais très souvent placée dans des résidences car il y avait longtemps que je n’avais pas exercé. Il fallait que je me remette à jour petit à petit. Notre projet d'immigration au Québec est venu de ma fille aînée qui avait à l’époque 14 ans et demi. Elle m’a dit que je lui avais déjà parlé du Canada (je ne m’en souvenais plus) et m'a annoncé : « ben voilà, je voudrais qu’on aille vivre là-bas ». Il ne m’a pas fallu une demi-seconde pour dire d'accord, à ma grande surprise et à la sienne. Toutefois, j’ai émis trois conditions qui étaient que sa petite sœur, leur père et mes parents soient d’accord. Ce fut le cas. 

Mission de recrutement du Québec à Paris : comment j'y ai trouvé un emploi !

Je me suis mise en quête d'informations et surtout d'un emploi. Cela a été assez simple. Je me suis inscrite à une mission de recrutement organisée à Paris par le Québec à laquelle le ministère québécois de la Santé et des Services sociaux participait. Après m’avoir posé quelques questions de mise en situation, le personnel en santé rencontré m'a demandé ce que j’attendais de mon immigration au Québec, puis m'a dirigée vers une personne qui avait une liste d’hôpitaux en demande d’infirmières. 

J’ai été placée à Saint-Jean-sur-Richelieu (en Montérégie). Je savais que la profession d'infirmière était réglementée par un ordre professionnel car j'avais eu l’occasion de parler avec une Belge qui était au Québec depuis 30 ans. C’est elle qui m’a dit que la première chose à faire était de prendre contact avec l’OIIQ. Ce que j’ai fait ! Nous sommes arrivées le 12 août et mon contrat avec l’hôpital commençait le 12 septembre. Ce contrat avait été signé à Paris. Aujourd'hui, je suis en passe de devenir infirmière au Québec. 

Je travaille actuellement en tant que CEPI (candidate à la profession d’infirmière). J’ai dû passer un examen pour l’OIIQ (l’ordre des infirmières et infirmiers du Québec) pour avoir mon équivalence de diplôme. J’attends les résultats. 

Facile de s'établir en région grâce à des services sur mesure

Notre immigration a été plutôt facile car nous avons été guidées par le service L’Ancre, sur les conseils de l'hôpital de Saint-Jean-sur-Richelieu. Heureusement qu’ils étaient là car il y a beaucoup de choses auxquelles nous n’avions pas du tout pensé. En fait, ce sont eux qui nous ont trouvé un logement une semaine avant notre arrivée, qui sont venus nous chercher à l’aéroport, qui nous ont emmenées magasiner pour avoir de quoi se nourrir et dormir les premiers jours. Ce sont eux aussi qui nous ont donné les informations sur les démarches administratives à faire. 

Mes conseils

Je conseillerais à un futur immigrant infirmier de prendre contact avec l’OIIQ : c’est indispensable et c’est la première chose à faire. Avoir un travail avant de venir ici est tout à fait possible pour cette profession : il faut être patient et attendre les entretiens d’embauche. Il faut accepter le changement. Ne pas avoir d’idée préconçue. Aller vers les gens. 

Ne pas hésiter à poser des questions. Faire répéter quand on ne comprend pas une expression ou un mot car cela peut-être important pour un patient. Accepter qu’ils nous fassent aussi répéter, car ça marche dans les deux sens. J’ai des supers collègues qui m’ont fait un genre de dictionnaire avec leurs expressions. Nous avons bien rigolé. Ils me posent aussi des questions sur la vie en Belgique. C’est un bel échange !  

Autres témoignages

C03c9668 c91a 494f 80be ea3aa38d197d
Assez rapidement après notre installation à Montréal, l'idée d'ouvrir ma propre entreprise a commencé à me caresser.

Publié le : 08 février 2018

Dc9a33c8 7166 4e26 808c e9e1d52a23cd
Nous sommes arrivés au Québec en janvier 2004 avec nos 3 filles alors âgées de 13, 10 et 3 ans. Après un voyage de prospection, de longues recherches sur la vie au Québec et les démarches d'immigration nécessaires, nous déposons nos valises à Sherbrooke par une belle journée à -28 degrés Celsius !

Publié le : 14 mars 2018