En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d’analyse et de statistiques visant à améliorer le contenu du site et votre expérience En savoir plus
Logo color
Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 10 juillet 2017

Le meilleur des deux mondes

Prénom : Virgine et Cyril Pays d'origine : France

Virginie et Cyrille sont tous les deux français. Elle vient du Sud et lui du Nord, mais ici, ils sont les parents français de deux petits Canadiens. « Pour les enfants, la France, c’est chez les cousins », raconte Virginie dont les enfants ont pourtant la double nationalité. « À leur naissance, il semblait  évident de les inscrire rapidement à l’état civil français. 

Avec le recul, je me demande si ça le serait encore autant aujourd’hui. » La famille vit à Outremont, un quartier avec une forte densité d’immigrants français, ce qui facilite le mélange des deux cultures au quotidien. «Nos enfants prennent le vocabulaire et l’accent québécois et ça ne me dérange aucunement. De mon côté, je m’applique à leur apprendre quelques bons mots d’argot français. » Elle a hésité à les inscrire à l’école privée française, mais le cadre lui a semblé trop strict.

 « Ce que j’aime particulièrement ici, c’est la flexibilité horaire que nous offre le système que ce soit au niveau professionnel ou scolaire. Il nous reste du temps en famille pour des plaisirs simples. » 

Retrouvez l'intégralité du témoignage en téléchargeant gratuitement le webmagazine « Élever ses enfants au Québec ».

Autres témoignages

73357ea7 0da7 41d7 ba7c bfc095b193a2
L’insécurité de l’emploi, le manque de revenus suffisants pour cotiser à un régime de retraite privé ainsi que l'éloignement familial nous ont fait envisager un retour en France.

Publié le : 20 avril 2018

Aac9d94f 5a67 4605 96c9 270f3300fcd8
Après un voyage en été au Québec, puis un autre en hiver, j’ai trouvé un job à Montréal depuis la France. Ce que je recherchais c'était l’aventure et le dépaysement. Je n’ai pas quitté la France parce que j’en étais dégouté, ou frustré, j’y avais une bonne situation et beaucoup d’amis.

Publié le : 26 février 2018