Votre média pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec, Canada

Persévérer pour atteindre son objectif

Publié le 11 décembre 2016
Prénom : Ali
Arrivée en : 2009
Pays d'origine : Yémen
Statut à l'arrivée : Permis de travail fermé / jeunes pros

Je suis arrivé dans la ville de Québec en 2009 avec mes frères pour rejoindre mon père qui habitait déjà là-bas. J’avais alors 19 ans et depuis mes 14 ans, je travaillais comme monteur de lignes au Yémen. Dès mon arrivée, j’ai suivi durant trois ans des cours de francisation. Je savais que je voulais poursuivre dans le montage de lignes, mais ce n’était pas possible sans parler français. J’ai ensuite poursuivi mes études secondaires jusqu’en 2015 avec une option en mathématiques. À l’issue de mon secondaire, j’ai essayé de rentrer dans une formation de monteur de lignes mais cela n’a pas marché. 

La reconnaissance de mes acquis et compétences n’a pas fonctionné et j’ai été refusé. J’ai réessayé l’année suivante en passant les tests d’inscription, mais j’ai été recalé une seconde fois. Malgré tout, je persévérais pour atteindre mon objectif et cela a fonctionné : j’ai été admis à mon troisième essai au Centre de formation en montage de lignes à Lévis près de Québec. Le diplôme d’études professionnelles (DEP) de montage de lignes est une formation à temps plein composée de cours pratiques et théoriques. Au Yémen, j’avais intégré ce métier en gravissant les échelons petit à petit, mais sans formation. Ici, c’est complètement différent. 

Le vocabulaire change, les termes techniques sont ne sont pas les mêmes et il y a beaucoup plus de mesures de sécurité à connaître. J’ai commencé les cours quelques semaines après les autres élèves et je devais rattraper 3 ou 4 modules et être à jour sur le reste de la formation. Cela n’a pas été facile au début, mais j’y suis arrivé. À l’issue de la formation, j’ai même obtenu un certificat d’excellence. Les professeurs et le personnel de l’école m’ont beaucoup accompagné pour réussir mon DEP. 

J’ai également été très bien accueilli par les élèves et je me suis fait de véritables amis. À la fin de ma formation, j’ai travaillé durant 5 semaines pour l’école puis j’ai trouvé un emploi de monteur de lignes dans le nord du Québec.

Autres témoignages
Un emploi permanent après deux semaines de stage

Dès mon arrivée au Québec, j'ai fait une demande de reconnaissance de mes diplômes auprès du gouvernement avec l'aide d'Emploi-Québec, mais j'ai rapidement compris que cela ne suffirait pas pour trouver un emploi.

Quand une escale se prolonge

Finalement, nous avons tellement aimé Québec et sa région que nous sommes restés. C’est tellement pittoresque et romantique. On a l’impression d’être dans un décor de carte postale ici. Il y a plein de festivals, les gens sont très gentils et on y mange très bien.