En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins d’analyse et de statistiques visant à améliorer le contenu du site et votre expérience En savoir plus
Logo color
Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 21 août 2016

La préparation : la clé du succès pour créer son entreprise

Prénom : Thomas Arrivée en : 2015 Pays d'origine : France Statut à l'arrivée : Étudiant

Chef d’entreprise d’une agence de webmarketing en France depuis 5 ans, j’avais avec mon associé, le projet de développer notre entreprise à l’international. Cela coïncidait avec un projet personnel de découvrir le Canada avec ma famille. C’était le moment idéal pour concilier mes projets professionnels et personnels. En faisant des recherches sur Internet, j’ai trouvé une annonce de l’Office franco-québécois pour la jeunesse(OFQJ) qui organisait un voyage d’affaires pour des entrepreneurs afin de participer à « Web à Québec », plus importante manifestation numérique dans la ville de Québec. C’était également l’occasion de découvrir l’univers du numérique au Québec. 

En préparant ce voyage nous avons été aidé par Québec International dans la prospection et la mise en relation. Même si l’OFQJ et Québec International nous ont accompagné pour préparer ce voyage, nous avons de notre côté réalisé des études de marché sur les agences influentes dans le web, les personnes à suivre sur Twitter. Nous voulons rencontrer un maximum de personnes intéressantes. Nous avons fixé un rendez-vous avec le directeur d’une des plus grosses agences de web à Québec. 

Après avoir discuté de notre projet, il a été séduit par notre approche et nous a proposés une association pour créer une agence de web marketing à Québec. Nous avons choisi la ville de Québec, car la concurrence y est moins forte qu’à Montréal. Notre société, Kap – Tactiques Numériques, propose des stratégies de visibilité et de rentabilité web : référencement naturel, placement publicitaire et community management, ce sont des services qui se développent beaucoup au Québec. Pour monter la filiale, nous avons fait appel à un avocat en immigration qui nous a couté environ 1000 $ CAN. J’ai obtenu facilement un permis de travail intra filiale de trois ans qui permet à ma femme et mes enfants de m’accompagner. Avoir un associé québécois nous a beaucoup aidés pour monter l’entreprise et bénéficier de son réseau de contacts. Je pense que nous avons gagné ainsi de un an et demi à deux ans dans le lancement de notre filiale. 

Je me suis rendu compte qu’il est très facile de faire des affaires au Québec, mais la base de toute relation reste la confiance. Avoir un associé québécois est un avantage, car il peut nous référer et nous faire bénéficier de son réseau. Je dirai également qu’il ne faut pas avoir d’idées préconçues et de faire preuve de beaucoup d’humilité dans les affaires. Il ne faut pas oublier que nous sommes en Amérique du Nord, la culture est vraiment différente de la nôtre. 

Même si les gens sont très chaleureux, il ne faut pas confondre cela avec de l’amitié, cela reste du business. Il est possible d’obtenir du succès dans son entreprise, mais aussi de tout perdre du jour au lendemain. Il ne faut pas croire que tout sera facile sinon on risque d’être déçu.  

Autres témoignages

Aac9d94f 5a67 4605 96c9 270f3300fcd8
Après un voyage en été au Québec, puis un autre en hiver, j’ai trouvé un job à Montréal depuis la France. Ce que je recherchais c'était l’aventure et le dépaysement. Je n’ai pas quitté la France parce que j’en étais dégouté, ou frustré, j’y avais une bonne situation et beaucoup d’amis.

Publié le : 26 février 2018

76eec47b 0f73 4478 b355 8122c8912406
J'ai grandi à Yamoussoukro, où j'ai fait toute ma scolarité au lycée français, avant d’aller en France poursuivre mes études universitaires. J’espérais m'y installer définitivement, mais après un master en gestion de patrimoine, j'ai eu du mal à trouver du travail.

Publié le : 23 janvier 2018