Logo color

Toutes les informations pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec (Canada)

Publié le 14 juin 2017

Priorité à la famille

Prénom : Aurélie Arrivée en : 2016 Pays d'origine : France Statut à l'arrivée : Permis de travail fermé / jeunes pros

En 2011, je suis venue en vacances au Québec avec mon mari qui voulait me faire découvrir le pays où son père, depuis décédé, avait immigré 20 ans auparavant. Je suis tombée en amour des paysages de cette province, de la gentillesse de ses habitants et de la tranquillité qui y règne. Ici, on se sent toujours bien accueillis partout, même avec quatre enfants !   

Dès que nous avons décidé d’immigrer au Québec, nous avons pleinement associé nos enfants à notre projet en leur parlant de cette province et en leur montrant des photos. Si notre aîné s’est tout de suite bien adapté à sa nouvelle vie québécoise, le choc a été plus rude pour notre second fils, âgé de six ans à l’époque. Il ne connaissait personne à l’école et avait du mal avec des mots peu utilisés en France comme chandail. Mais, aujourd’hui, aucun des deux ne veut repartir!   

Nous avons élu domicile à Pont-Rouge car c’est là que se trouvait la maison que nous avons louée à notre arrivée au mois de février. Comme nos fils ont débuté l’école en milieu d’année, nous n’avons pas voulu les faire changer à nouveau d’environnement au bout de quelques mois. Alors, nous avons acheté une maison à Pont-Rouge.   

Tout est fait pour que les familles s’y sentent bien. Nous avons trouvé un médecin de famille en seulement trois mois. On est à la campagne mais avec tous les services d’une ville : piscine, patinoire, magasins... Et si besoin, Québec n’est qu’à 20 minutes de voiture.   

Nouvelle vie, nouvelles expériences professionnelles   

C’est Accès Travail Portneuf, un organisme qui fournit des services aux immigrants, qui nous a trouvé notre logement temporaire. Avoir un appartement en arrivant était indispensable car nous avons débarqué de l’avion avec quatre enfants mais aussi un chat et un chien ! Ils étaient là pour nous accueillir à l’aéroport, pour nous appuyer dans les démarches administratives et nous conseiller dans l’achat d’une voiture ainsi que dans le choix d’un opérateur téléphonique.   

Ils ont également aidé mon mari à rédiger un CV à la québécoise. Une fois les travaux de rénovation de notre maison achevés, mon mari s’est lancé dans la recherche d’emploi. Au bout d’un mois, il a trouvé un poste d’électromécanicien alors qu’il était technicien en centrale nucléaire en France. Il y a du travail ici mais il faut savoir recommencer plus bas que dans son pays d’origine.   

Mon mari a arrêté au bout de quatre mois car l’entreprise était trop loin : il devait faire une heure de route pour s’y rendre. Puis, il a retrouvé du travail en tant que préposé de production dans une fromagerie où il est resté six mois avant de démissionner pour devenir opérateur de machines dans une biscuiterie, car le salaire et les avantages étaient meilleurs. 

Cela représente un changement de voie professionnelle mais puisque nous avons opté pour une nouvelle vie, autant choisir une autre branche !   

Ce témoignage est publié en collaboration avec Québec International. Retrouvez toutes les informations et les opportunités professionnelles à Québec et ses environs sur quebecentete.com.  


Autres témoignages

Aujourd’hui, presque toutes les entreprises profitent de cette richesse qu’est d’avoir des employés issus de nationalités différentes. C’est le cas chez Jobillico où nous avons des collègues de l’Europe, de l’Amérique du Sud ou encore de l’Afrique.

Publié le : 13 octobre 2017

Après un baccalauréat scientifique et une formation intensive, j'ai eu très envie de découvrir de nouveaux horizons.

Publié le : 16 juillet 2017

Publicité
Publicité
Publicité